MetalZone débarque sur ton mobile !
Erra annonce les détails de son nouvel album éponyme, et sort le single Divisionary

Erra
Erra

Review de , le

La détermination et le dévouement sans faille ont défini la voie de Erra, forgeant un lien unique avec un public toujours plus large, sans les inconvénients liés à une notoriété traditionnelle.

Des riffs monumentaux et des mélodies envoûtantes jonchent les paysages sonores immersifs qui alimentent chacun des albums du groupe de Metalcore Progressif, pour culminer avec un cinquième album, audacieusement intitulé Erra, marquant le plus haut sommet de sa carrière à ce jour. Cet album très attendu sortira le 19 mars via UNFD.

Sur Erra, les prolifiques musiciens affrontent la dépression, l’anxiété et le désespoir. Le groupe emmène les auditeurs dans un voyage presque métaphysique à Aokigahara, la tristement célèbre Suicide Forest du Japon, dans des récits épisodiques qui feraient la fierté des auteurs de Black Mirror, et dans les œuvres littéraires de Cormac McCarthy et Hubert Selby Jr.

Erra a été enregistré, mixé et masterisé par le duo Carson Slovak et Grant McFarland, nominé aux Grammy Awards. C’est une déclaration définitive pour le frontman Jesse Cash, le chanteur J.T. Cavey, le batteur Alex Ballew, le bassiste Conor Hesse et le guitariste Sean Price, chacun d’entre eux étant déjà des joueurs très respectés pour leur technicité inspirante et leur talent brut et naturel.

La décision de donner le nom du groupe comme titre à l’album est conforme aux thèmes de réflexion et de confrontation tissés tout au long des 12 chansons envoûtantes du disque. “C’est clairement une évolution du même groupe, cela ressemble à un disque que nous avons écrit, mais c’est un si grand pas en avant par rapport au dernier que le moment semblait idéal pour en faire un disque éponyme”, explique Jesse Cash. “Nous voulions donner aux gens qui ont suivi Erra le sentiment que nous commençons un nouveau chapitre, avec quelque chose de frais”.

J.T. Cavey est d’accord. “Nous avons toujours essayé d’avoir un équilibre entre les éléments classiques et la recherche expérimentale. Cet album est principalement composé de musique écrite pour les musiciens, mais qui s’adresse aussi au grand public. Il y a beaucoup plus de breakdowns sur ce disque, mais aussi des mélodies plus grandioses. Le plus important était d’écrire de la musique que nous aimons”.

La fanbase dévouée de Erra et la communauté en ligne organisée autour de la musique dense du groupe et de ses paroles captivantes et parlantes ont contribué à faire avancer leur mission, en les plaçant dans divers classements. Les albums précédents de Erra, Impulse (2012), Augment (2013), Drift (2016), et Neon (2018) ont vu le groupe mis en avant sur des playlists majeures, permettant au groupe de dépasser le cap des 72 millions de streams sur Spotify. Et grâce à ses tournées mondiales, Erra s’est attiré à juste titre un public massif et dévoué, avide de chaque nouvelle chanson.

Alors que leur musique trouve l’équilibre entre la lourdeur écrasante et la mélodie entêtante, les membres du groupe cherchent à trouver une harmonie entre les besoins de l’individu et le flux naturel de la réalité dans laquelle nous vivons ensemble. Erra, en tant que groupe de frères et force créative, s’efforce de vivre en harmonie avec le moment présent. Erra, l’album, représente la rédemption pour le groupe, qui a émergé du processus créatif avec une concentration, une confiance et une certitude de soi renouvelées.

Vous avez déjà voté !

1 Commentaire

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.