James Hetfield de Metallica : "C'était un objectif futile d'être le plus rapide ou le plus complexe, ou d'avoir le riff le plus fou de la planète"

à 17 h 13 min
Lecture 3 min.
Metallica embrase le Stade de France ! (réactions et photos du concert de vendredi)
© Tetralens

La sortie du Black Album de Metallica en 1991 a marqué un tournant dans la carrière du groupe. Alors que les premiers albums de la formation Metal étaient principalement composés de chansons Thrash Metal avec un soupçon de Metal Progressif, l’album éponyme de Metallica a adopté une approche plus groovy et plus lente, en partie influencée par des groupes de rock britanniques tels qu’AC/DC.

La première ballade du groupe, Nothing Else Matters, ainsi que le single légendaire Enter Sandman ont propulsé Metallica, déjà très apprécié, au rang de sensation grand public.

Cependant, le Black Album n’a pas été créé dans l’unique idée d’être diffusé sur les radios et d’envahir les ondes. Par le passé, les musiciens ont expliqué que l’opus était en réalité né lors de la tournée d’And Justice For All, au cours de laquelle ils jouaient des chansons complexes de dix minutes à chaque concert (et commençaient à saturer).

Une interview de 2018 avec le frontman James Hetfield (disponible ci-dessous) nous éclaire également sur les raisons pour lesquelles le groupe a opté pour plus de lenteur et de simplicité en 1991.

Lors de l’entretien susmentionné avec le journaliste David Fricke, Hetfield déclare : “La compétition est une chose formidable. Nous étions alimentés par beaucoup de haine et par la peur de ne pas être assez bons. Ces deux choses combinées nous ont amenés là où nous devions être pour [créer] And Justice For All. Puis, un jour, on s’est dit : ‘Qu’est-ce qu’on est en train de faire ? Vous avez entendu cet autre groupe ? Il est plus rapide que nous. Alors, que faire ? Qu’est-ce qu’on peut apporter d’autre ?’.”

Il ajoute : “Nous avons décidé de rendre [notre musique] plus musclée, plus puissante. Cela nous a aidés à changer de direction, en réalisant que c’était un objectif futile d’être le plus rapide ou le plus complexe, ou d’avoir le riff le plus fou de la planète. Ce sont des objectifs très limitatifs – soyons simplement nous-mêmes et soyons spontanés.”

Metallica (communément appelé le Black Album) a été largement salué par la critique et est devenu l’album le plus vendu du groupe. Il a débuté à la première place dans dix pays et a passé quatre semaines consécutives en tête du Billboard 200.

Avec plus de 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde, il est l’un des albums les plus vendus de la planète, et également l’un des disques les plus vendus aux États-Unis depuis que le système de suivi Nielsen SoundScan a commencé à être utilisé.

Avec plus de 488 semaines au Billboard 200 des États-Unis, Metallica est l’un des trois albums à avoir passé le plus de temps au palmarès dans la période moderne, derrière The Dark Side Of The Moon de Pink Floyd et Tapestry de Carole King.

Pour célébrer le 30e anniversaire de Metallica, un album de reprises de 53 titres intitulé The Metallica Blacklist est sorti le 10 septembre 2021. L’album propose des reprises de chansons de Metallica par plus de 50 artistes dans des styles variés. Tous les bénéfices de cet opus sont reversés à la fondation All Within My Hands du groupe ainsi qu’à des œuvres caritatives du choix de chaque artiste contributeur.

Extrait de l’interview de James Hetfield avec David Fricke :

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Metallica
L'actu Heavy Metal