🤘 Nouveau : Vous pouvez désormais commenter l'actu et écrire vos propres reviews sur Metalzone ! 🤘

Slipknot : Chaque album du groupe de Metal classé du pire au meilleur

à 12 h 09 min
Lecture 7 min.
Slipknot : Chaque album du groupe de Metal classé du pire au meilleur
© Press

Louder a classé les sept albums de Slipknot du pire au meilleur en termes de qualité.

Il serait difficile de trouver un groupe qui ait plus défini le Metal au XXIe siècle que Slipknot. En 24 ans et 7 albums, les neuf membres de Des Moines sont passés d’un groupe marginal composé de lunatiques à des têtes d’affiche de festival. Leur héritage est déjà tout puissant, mais une question demeure : quel est leur meilleur album ?

7. Mate. Feed. Kill. Repeat. (1996)

Il semble à peine juste d’inclure le premier album de Slipknot dans cette liste. Il manquait Corey Taylor, Sid Wilson et Jim Root, et le groupe était très jeune. Mate. Feed. Kill. Repeat. ne vaut vraiment la peine d’être revu que comme un exercice de recherche, exécuté lors des premiers jours d’existence du groupe. Certaines chansons, telles que Only One et Tattered And Torn, ont été reprises et incluses dans l’album éponyme (le vrai premier album du groupe) en 1999. Il est intéressant de les entendre ici sous leur forme embryonnaire, mais il n’y avait pas beaucoup de preuves que Slipknot deviendrait un groupe qui définirait une génération. Réservé aux fans inconditionnels.

À lire aussi : Corey Taylor (Slipknot/Stone Sour) : "Je déteste la plupart des nouveaux trucs Rock"

6. All Hope Is Gone (2008)

Il est regrettable que All Hope Is Gone soit le dernier opus enregistré qui présente le line-up “classique” de Slipknot, alors qu’il s’agit d’un disque si profondément imparfait. Deux ans après sa sortie, le bassiste Paul Gray est décédé, et trois ans plus tard, le batteur Joey Jordison a été évincé sans cérémonie officielle. Bien que ces événements aient été tragiques et regrettables, il est clair que quelque chose devait changer dans le camp de Slipknot, car leur quatrième album ne passe pas à l’examen. Le désordre qu’est la chanson éponyme et l’oubliable Dead Memories ne représentent guère la force musicale que Slipknot était auparavant. Même Psychosocial, qui sauve l’album, est essentiellement une relecture de moins bonne qualité des albums précédents du groupe.

5. .5: The Gray Chapter (2014)

Après le véritable traumatisme que le groupe a subi au début des années 2010, c’est une chance que nous ayons obtenu un cinquième album de Slipknot. Alors, peut-être ne devrions-nous pas être trop sévères sur le fait que ce n’est certainement pas l’un de leurs meilleurs. .5 : The Gray Chapter – dédié au regretté Paul Gray – est un disque déséquilibré. Il est compréhensible qu’il y ait beaucoup plus d’éléments sombres dans ce disque – ce qui n’est pas toujours une mauvaise chose, comme dans le cas du puissant et émouvant morceau d’ouverture XIX – et quand Slipknot se lance dans des morceaux plus lourds comme Custer et le menaçant The Devil In I, ils sonnent bien. Le principal problème est qu’avec 14 pistes et une durée d’environ une heure, il aurait fallu un peu de montage pour transformer ce qui est un opus mou en un disque vraiment formidable.

4. Vol.3: The Subliminal Verses (2004)

Il n’est pas facile d’assurer la suite de deux albums véritablement révolutionnaires, mais c’est dans cette position que Slipknot s’est retrouvé pour l’enregistrement de son troisième opus. Ce n’est donc en aucun cas un échec que Vol.3 se trouve à cet endroit dans notre classement. C’est une collection de chansons vraiment formidables, et c’est l’endroit où Slipknot a commencé à se diversifier et à devenir de meilleurs compositeurs. Pour preuve, il y a l’énorme Duality, qui pourrait bien être leur chanson préférée pour les festivals, mais aussi des morceaux comme Prelude 3.0 et Circle, qui s’appuient sur le côté mélodique sans rien perdre de la célèbre intensité du groupe. S’il y a une critique, ce serait le fait qu’une fois de plus, à un peu plus d’une heure, il traîne vers la fin. Cela mis à part, le Vol.3 surpasse certains des meilleurs opus de la plupart des groupes de Metal.

3. We Are Not Your Kind (2019)

On vous pardonnerait de croire que, malgré leur succès continu et leurs spectacles toujours aussi grandioses, Slipknot n’allait jamais atteindre les sommets de ses premières compositions alors que son sixième album se profilait à l’horizon au début de l’année 2019. Mais ils ont certainement fait taire les sceptiques avec We Are Not Your Kind. Ce n’est pas seulement un retour aux sources, c’est un tout nouveau chapitre et un signe de ce que Slipknot peut encore accomplir. Une fois que le groupe a sorti le premier single de l’album, Unsainted, il était clair qu’ils avaient quelque chose de spécial entre les mains. Les membres de Slipknot en 2019 avaient une plus grande maîtrise de la mélodie que jamais, avec un plus grand nombre d’influences – il suffit d’écouter Spiders pour en avoir la preuve. Pourtant, le feu qui s’était rallumé dans leur ventre a alimenté des trépans métalliques écrasants à l’image de Solway Firth, avec une intensité qui n’avait pas existé depuis des années. Un retour bienvenu à leurs racines.

2. Iowa (2001)

Certainement l’album le plus lourd qui ait jamais été en tête du hit-parade britannique, Iowa est véritablement unique. Sorti à une époque où il semblait que la meilleure façon pour un groupe d’obtenir un succès commercial dans un monde dominé par le Nu Metal était de se faire passer pour quelque chose de plus Pop, plus câlin, plus caricatural et peut-être même d’y mettre une pochette des années 80, Slipknot est devenu le groupe le plus laid de la planète. Dès la seconde où les cris macabres et tourmentés de (515) se mêlent à People = Shit, il est évident que Slipknot n’a pas fait de compromis. Il y a très peu de répit pendant les 66 minutes de l’album et la seule raison pour laquelle il n’est pas en tête du classement est que l’absence de nuances affecte un peu l’oeuvre dans son ensemble. Mais c’est du pinaillage. Iowa est une œuvre étonnante, aussi sombre, bouillonnante, furieuse et imprégnée de haine que le Metal ne l’a jamais été dans le courant dominant. Ce n’est pas une coïncidence si, dans la foulée des albums, on a assisté à une augmentation directe de la quantité de Metal Extrême qui a commencé à fleurir sur la scène – ce qui est difficile à imaginer sans les riffs et la violence de ce disque. Si ce seul fait est l’héritage de Iowa, alors c’est assez impressionnant.

1. Slipknot (1999)

N’y a-t-il jamais eu d’ouverture plus parfaite pour un album dans l’histoire du Metal que la série de cinq chansons qui donne le coup d’envoi des débuts de Slipknot sur Roadrunner Records ? (Sic), Eyeless, Wait And Bleed, Surfacing et Spit It Out – Si la carrière de Slipknot s’était arrêtée là, ils auraient fait plus que 90 % des autres groupes de Metal. Malgré les protestations d’une poignée de pinailleurs qui affirment que l’album est trop chargé à son détriment, cet opus de Slipknot est un sacré numéro. Il commence par le plus furieux des coups de poing imaginables avant de descendre lentement, en passant par des pistes rampantes et psychotiques comme Tattered And Torn et Prosthetics, jusqu’au cauchemar de 8 minutes et demie de dépression nerveuse de Scissors qui clôt le disque. Slipknot changeait et mutait, augmentant la brutalité, poussant sa musique jusqu’à un niveau stratosphérique, écrivant des refrains géants et des hymnes qui définissaient une génération. Néanmoins, ils ne sonneront plus jamais aussi dérangés, imprévisibles et efficaces qu’à ce moment là.

Source : Louder

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.