Les reviews utilisateurs sont de retour !

Mario Duplantier de Gojira : "10 batteurs qui ont changé ma vie"

à 15 h 33 min
Lecture 10 min.

De Lars Ulrich à Pete Sandoval, voici les plus grands batteurs du Metal selon Mario Duplantier, la machine derrière le kit de Gojira (via LouderSound.com).

Lorsqu’il s’agit de Gojira, de nombreux éléments frappants captent l’attention. Mais si les visuels épiques et les sons de guitare d’un autre monde peuvent étourdir les sens, rien ne frappe plus fort que les immenses prouesses percussives du batteur Mario Duplantier. Depuis le premier album du groupe français, Terra Incognito (2001), jusqu’à l’excellent Fortitude de cette année, Mario s’est imposé comme l’un des batteurs les plus passionnants du Metal moderne.

Mario Duplantier a déclaré :

Il y a tellement de grands batteurs que cela vous permet de rester humble. Je sais que j’ai mes qualités et des choses dans lesquelles je suis bon, mais le travail n’est jamais terminé : si vous arrêtez de travailler votre batterie pendant six mois, vous perdrez beaucoup. C’est une vraie discipline et je n’ai pas encore fini [de m’améliorer].

Mario Duplantier – “10 batteurs qui ont changé ma vie” :

À lire aussi : La tournée européenne d'Ozzy Osbourne avec Judas Priest est reportée à 2023

Lars Ulrich (Metallica) :

Lars Ulrich est probablement le premier batteur qui m’a vraiment impressionné. J’avais dix ou onze ans et mon frère a reçu le coffret Metallica Live Shit : Binge & Purge pour Noël. Nous étions assis à le regarder et je ne pouvais détacher mes yeux de Lars ; sa façon de jouer, la couleur des toms, les mouvements… C’était vraiment génial. J’ai immédiatement dit à mon frère : “Ce batteur est le meilleur du monde !”. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que je voulais jouer de la batterie. Lars est un génie ; si vous écoutez les cinq premiers albums de Metallica, la batterie est si spéciale, surtout la façon dont il écrit ces motifs [rythmiques]. Même aujourd’hui, je pense qu’il est le meilleur batteur showman du monde. Ce n’est pas une question de tempo ou de technicité, c’est autre chose. Personne ne pourrait imaginer Metallica avec un autre batteur.

Igor Cavalera (Sepultura) :

Quand j’ai entendu Arise [1991] de Sepultura, ça a été un autre choc comme pour Metallica. Igor Cavalera avait cette approche tribale de la grosse caisse – “ta-toun-KAH ta-toun-KAH” et il la plaçait d’une manière inhabituelle qui mettait également en valeur la façon dont il accordait les toms. Même son look était unique ; j’ai vu une photo de lui et il était là, avec ses longs cheveux blonds, complètement possédé. Igor reste l’une de mes plus grandes références. L’espace qu’il laisse entre les notes des chansons fait qu’il y a toujours beaucoup d’amplitude dans les chansons de Sepultura. Il n’étouffe pas les guitares ou le chant – tout est parfaitement en place. Son jeu est incroyablement technique, mais il peut aussi revenir à quelque chose de simple et vous donner un coup de pied au visage. Mon objectif est d’être aussi bon qu’Igor Cavalera. Des chansons comme Amazonia sont vraiment inspirées par son énergie.

Sean Reinert (Death) :

Je vais être honnête, je pourrais remplir une liste des meilleurs musiciens avec les membres de Death. En fait, c’est le premier groupe de Death Metal qui m’a vraiment contaminé – j’adore toutes les époques du groupe et la façon dont il a évolué au fil du temps sur le plan stylistique. Sean Reinert était dans le groupe Death à une époque où les batteurs – surtout dans le Death Metal – étaient incroyablement techniques et innovants. Il y avait tellement d’excellents batteurs sur la scène [Metal], mais ensuite je l’ai entendu jouer et il y avait des éléments qui étaient lourds, rapides et mélodiques. J’ai réalisé qu’il était possible de repousser les limites et Human [1991] m’a fait entrer dans de toutes nouvelles dimensions de jeu. Il m’a appris que l’on pouvait être incroyablement rapide tout en jouant comme un batteur de Jazz ; il a repoussé les limites de ce que pouvait être la musique extrême et c’est quelque chose que je garde toujours à l’esprit lorsque je travaille sur les chansons de Gojira.

Gene Hoglan (Death) :

Quand Godzilla [le nom original de Gojira] s’est formé – vers 1996 – nous étions à fond dans Death. Je me souviens être allé dans un magasin de musique à l’époque où il n’y avait que Joe et moi – Christian [Andreu, guitare] et Alexandre [Cornillon, le bassiste original de Gojira jusqu’en 1998] n’avaient pas encore rejoint le groupe. Nous avons mis une annonce pour un bassiste et un guitariste et nous avons juste noté : “Influences : Symbolic [1995] de Death”. C’est dire l’impact que le jeu de Gene Hoglan a eu sur nous au début. En tant que jeunes musiciens du sud-ouest de la France, nous savions qu’il serait difficile de trouver quelqu’un qui connaisse et comprenne ces albums. Nous n’étions qu’une copie de Death au départ, après tout ! J’ai vraiment aimé l’incroyable précision de Gene, il s’est différencié de Sean Reinert et a mis sa propre empreinte sur ce que Death faisait à l’époque. Son travail avec d’autres groupes est également incroyable, il est très cohérent.

David Silveria (Korn) :

Il suffit d’écouter l’un des cinq premiers albums de Korn. N’importe lequel de ces albums serait dans mon Top 20 des meilleurs albums de tous les temps, jusqu’à Untouchables [2002]. David Silveria est sans aucun doute l’une des principales raisons pour lesquelles j’aime tant ce groupe, mais je pourrais aussi mentionner les guitares, le son de la basse, la façon dont Jonathan Davis chante… Tout est parfait et contribue à la puissance globale de la musique. Il y a tellement de variété et de puissance dans la musique de Korn, mais David Silvera en particulier a créé son propre style. Sur les deux premiers albums, il joue une quantité folle de notes fantômes, sans utiliser de métronome, de sorte que son rythme change tout le temps – c’est tellement savoureux et groovy. Puis, sur Issues [1999], il s’est débarrassé de toute la complexité du premier album et a créé ce style frais et simple qui a vraiment inspiré mon approche de l’écriture.

Abe Cunningham (Deftones) :

Le son de Deftones est l’équilibre parfait des trois éléments fondamentaux – batterie, basse et guitare. Je ne peux pas imaginer que quelqu’un d’autre joue de la batterie pour eux, car Abe Cunningham a un groove tellement unique. Il suffit d’écouter la façon dont il place tant de notes fantômes entre la caisse claire et la grosse caisse ; le groove et le tempo sont tellement uniques et spéciaux que son style de jeu me touche vraiment. C’est presque comme s’il transformait la batterie en un instrument mélodique – il ne joue pas de manière percussive, il construit vraiment les éléments musicaux. Il n’y a personne d’autre qui joue vraiment comme ça et il y a des chansons comme My Own Summer (Shove It) où ses rythmes vous saisissent dès le début de la chanson. J’aime vraiment ce genre d’approche et je l’ai utilisée pour nos chansons à plusieurs reprises.

Pete Sandoval (Morbid Angel) :

Les albums Domination [1995] et Covenant [1993] de Morbid Angel ont vraiment contribué à façonner l’identité de Gojira lorsque nous avons commencé. Domination a probablement été le plus grand choc que j’ai eu en tant que fan de musique/musicien. Le groupe a sorti cet album et nous en sommes devenu instantanément accro, pour ensuite revenir en arrière et découvrir des choses comme Covenant. Ce sont deux de mes albums de Death Metal préférés et j’écoute Covenant quand je me sens frustré, quand j’ai beaucoup de peine ou de tristesse… c’est un remède pour mon âme. La façon dont Pete Sandoval joue sur ces albums m’a vraiment marqué et il est toujours bon d’écouter ces chansons. Il a un style et un rythme mémorables ; la caisse claire, la ride, l’atmosphère… Il y a quelque chose de si agréable et de si mystique dans le jeu de batterie de Pete Sandoval. Ce n’est pas un élément en particulier non plus – c’est son jeu dans son ensemble !

Kenneth Schalk (Candiria) :

Candiria est un groupe originaire de New York ; avant Code Orange et Knocked Loose, il était le parrain de ce style Hardcore lourd – super groovy et progressif, intelligent mais accrocheur. Kenneth Schalk avait une approche d’un autre monde – il utilisait beaucoup de gospel chops et était très groovy. C’est une vraie bête ! Je me suis vraiment imprégné de son style de jeu, qui a ensuite beaucoup influencé From Mars To Sirius [2005]. La chanson Ocean Planet a été directement inspirée par Candiria – et en termes de batterie, mon objectif était simplement de sonner comme lui. Je les ai vus en concert au premier Hellfest – appelé Fury Fest à l’époque – et il était ce putain de monstre ultra-musclé ; il devait s’entraîner tous les jours ! Il détruisait totalement ses toms et était tellement énergique que j’avais l’impression qu’il était à un tout autre niveau – j’étais un débutant comparé à lui.

Brad Wilk (Rage Against The Machine) :

Brad Wilk montre vraiment à quel point un jeu de batterie simpliste peut servir la musique. J’étais un grand fan de Rage Against The Machine – la batterie est si simple, il s’agit de faire sonner les riffs de manière incroyable – ce qui est encore mieux en mettant ses rythmes à côté des guitares de Tom Morello. Il m’a beaucoup influencé, notamment parce qu’il n’en fait pas trop lorsqu’il s’agit d’intégrer la batterie à une chanson. Brad a quelque chose de spécial – on peut écouter n’importe quelle chanson de n’importe lequel des trois albums de Rage Against The Machine et sentir que c’est lui. Je pense qu’il s’est amélioré sur chaque album ; j’ai vraiment aimé The Battle Of Los Angeles [1999] parce que la batterie est tout simplement parfaite. Il n’y a pas d’autre façon de le dire – il pirate complètement votre cerveau et vous donne envie de danser, en se connectant directement à vos émotions.

Vinnie Paul (Pantera) :

Comme beaucoup de jeunes métalleux dans les années 90, j’ai grandi en écoutant beaucoup de Pantera. Je ne les écoute plus autant aujourd’hui, mais j’aime toujours leur musique et Vinnie Paul était l’un des batteurs les plus talentueux de la scène Metal et se distinguait vraiment en tant que batteur. Il avait un groove unique, mais était aussi incroyablement précis et savait exactement où placer ses parties pour donner aux chansons un véritable impact. Ses pieds étaient super rapides et précis et la façon dont il frappait les toms était incroyablement puissante – il était un véritable roi du Thrash Metal. Batteur visuel au grand charisme qui a inventé nombre des parties de batterie les plus mémorables du genre, il a eu une grande influence sur moi et j’adore le sens du style qu’il a apporté à la batterie.

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : loudersound.com
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Les maîtres du Death Metal Mélodique, Be'Lakor, sont de retour avec Hidden Window

Be'Lakor
Coherence

Par Adrien, le 13/11/2021
Baptize

Atreyu
Baptize

Par Tetralens, le 02/07/2021
Light The Torch annonce son nouvel album, You Will Be The Death Of Me (détails & single)

Light The Torch
You Will Be The Death Of Me

Par Tetralens, le 29/06/2021
Plus d'actus sur Gojira
L'actu Death Metal