Éclairage sur les Triomphes du Metal : Révélations et Perspectives

à 17 h 03 min
Lecture 9 min.
Éclairage sur les Triomphes du Metal : Révélations et Perspectives
© Tetralens

En novembre dernier, Arthur Alternatif a donné le coup d’envoi de la nouvelle édition des Triomphes du Metal, une initiative visant à mettre en lumière les talents de la scène française. Les groupes ont été invités à soumettre leurs candidatures en envoyant un single sorti en 2023, accompagné d’un clip vidéo officiel, à une adresse dédiée avant mi-décembre.

Les Triomphes du Metal suivent un concept simple, similaire aux Victoires de la Musique, mettant en avant des groupes français et récompensant les lauréats par catégorie. Le choix des vainqueurs repose sur un jury composé de membres de la communauté metal, incluant musiciens, professionnels des médias, et organisateurs.

Cette année, les Triomphes du Metal vont au-delà de la simple reconnaissance en décernant divers prix aux artistes nominés et lauréats. Parmi les récompenses figurent le mix et le mastering de trois titres chez VAMACARA STUDIO, une invitation à l’émission BangBang! de RSTLSS, un shooting photo offert avec Kevin Merriaux, d’éventuels passages sur FIP Metal grâce à Luc Frelon, 10% de réduction sur la fabrication de merch avec DISTROLUTION MERCH, et une mise en avant des gagnants par NRV Promotion et Ellie Promotion auprès d’un réseau média ciblé.

Pour assurer une sélection objective, le jury de cette année est composé de professionnels éminents du secteur artistique, dont Jérome Riera de Nuclear Blast, Pierre Janaszak de RSTLSS, Julien Menielle, créateur de contenus, Mathieu David de Rolling Stone, Pierrot Cléry de Crève Clothing, Aurélie, frontwoman du groupe AKIAVEL, Christie, programmatrice au Hellfest, Pascal Gueugue de la Fédération des Musiques Metalliques, Gaël Mectoob, créateur de contenus, et bien sûr, Arthur Alternatif.

Tetralens, notre reporter, a récemment eu la chance de s’entretenir avec Arthur Alternatif pour MetalZone. Ils ont exploré son lien avec la musique heavy, les origines de son projet, ses perspectives d’avenir, et bien plus encore. Plongez-vous dans cette conversation captivante avec Tetralens pour découvrir les coulisses de cet événement inédit de la scène metal française.

Une projection en avant-première du spectacle aura lieu le 24 février à Lille.

Comment est né ce projet, Arthur ?

Un jour, alors que je regardais des vidéos sur YouTube, j’ai vu un youtubeur faire une vidéo sur les “Oscores”, les Oscars du Metalcore, avec uniquement des groupes américains. Ça m’a bien fait rire. C’est à ce moment-là que l’idée a germé : pourquoi ne pas organiser mes propres Victoires du Metal en France ? En 2021, la première vidéo est sortie, avec un nom à rallonge, “Les Victoires de la Musique 100 % Metal Français“. C’est beaucoup moins sexy que les Triomphes maintenant, mais c’est de là que tout est parti. J’ai tourné seul en facecam dans mon bureau, faisant une rétrospective des groupes que j’avais adorés en 2021. Ensuite, on a constitué une équipe, et la deuxième année a vu le premier plateau de tournage. L’année dernière, on l’a fait à L’Empreinte, et cette année, on a vu encore plus grand. Je suis [bluffé] par l’évolution du projet.

Quelle place attribues-tu au metal dans le panorama culturel français actuel ?

C’est un milieu qui vit énormément et qui occupe une place significative grâce aux événements culturels majeurs dédiés en France. Cela vaut également pour les artistes de grande qualité qui émergent. C’est peut-être cliché, mais sans ces grands événements et sans des artistes dévoués à pousser leur art au maximum, la culture metal ne serait pas aussi présente en France. Nous pouvons vraiment nous réjouir d’avoir cette dynamique ici. C’est un sentiment partagé unanimement par les membres du jury cette année. Tout le monde était là à se dire : “Cette année, il se passe quelque chose de vraiment exceptionnel.” Je ne m’attendais pas à trouver autant de groupes de qualité dans une diversité de styles aussi importante, rendant le processus de sélection particulièrement difficile.

Peux-tu nous parler du choix du lieu pour les festivités cette année ?

Cette année, nous avons choisi de déplacer l’événement à Lille, adoptant ainsi une approche novatrice. […] Une autre innovation majeure pour cette édition a été l’intégration de quatorze jurés, doublant ainsi la taille de notre jury habituel. Cette expérience s’est avérée fantastique et enrichissante, apportant une diversité d’opinions supplémentaires. Nous avons également revu notre barème afin de garantir un processus d’évaluation aussi objectif que possible. Cette démarche a abouti à des notations exhaustives et précises, permettant à chacun d’exprimer ses préférences tout en respectant les critères établis. Une approche qui a suscité un vif intérêt et qui a ajouté une dimension encore plus captivante à l’événement.

Parlons des candidatures.

Cette année, nous avons reçu près de 200 candidatures, une augmentation significative par rapport aux années précédentes. C’est trois fois plus qu’il y a deux ans et deux fois plus qu’en 2022. Nous sommes extrêmement fiers de l’engouement de la scène metal française. En ce qui concerne les groupes que nous avons contactés directement, cela concerne généralement des artistes de renom. Une des nouveautés cette année est l’introduction de la catégorie “All Stars Band”, spécialement créée pour regrouper les têtes d’affiche françaises qui ont une actualité, les distinguant ainsi des autres catégories. Nous sommes ravis de cette nouveauté, d’autant plus qu’elle sera présentée en premier lors de l’émission. C’est un ajout significatif. Parallèlement, nous continuons à mettre en avant les groupes émergents, donnant une place privilégiée à la découverte et à l’innovation. Cela répond aussi à un besoin exprimé par le public. Cependant, 95% des participants passent toujours par le processus de candidature standard. Cette année, nous avons remarqué des oublis de groupes que nous connaissions, mais qui n’avaient pas postulé. Cela souligne le fait que, quelle que soit la notoriété du groupe, l’actu est la clé, et il suffit de postuler. Le processus est simple, un e-mail, pas trop de temps requis. L’objectivité est primordiale, et c’est ce qui me rend légitime dans ce projet. Il n’y a pas de favoritisme ou de relations privilégiées. C’est ce que j’apprécie, l’aspect objectif.

Comment se répartissent les groupes “connus” et “inconnus” dans la sélection cette année ?

C’est particulièrement fascinant, car nous avons une répartition d’environ 20% de groupes déjà familiers du public et de 80% de groupes encore inconnus. Une caractéristique inédite de cette édition réside dans la mise en avant de l’origine géographique de chaque groupe. Cette année, il a été remarqué que de nombreux groupes émergent de diverses régions, allant bien au-delà de Paris, comme souligné dès le début de l’émission. Notre intention était de renforcer le lien entre le public et les groupes en les encourageant à s’identifier à leur lieu d’origine. Nous souhaitions que les spectateurs se disent : “Oh, c’est près de chez moi, c’est familier. Génial ! J’attends avec impatience de les voir en concert.” Cela contribue à instaurer une proximité avec le public, les rapprochant de leur scène musicale locale.

Un dernier mot ? 

Cette année, tous les styles atteignent un niveau exceptionnel. On constate une homogénéité remarquable dans toutes les catégories en termes de production, ce qui est véritablement impressionnant. Personnellement, je trouve cela incroyable, et c’est une réaction partagée à l’unanimité par tous les membres du jury ainsi que par l’équipe. Lorsque les participants ont été annoncés, tous, sans exception, ont exprimé la même pensée : le niveau est en train d’atteindre des sommets. La France regorge de créations de qualité, et cette diversité ne cesse de croître. C’est rassurant de constater que la France possède cette richesse artistique, et il est peut-être réconfortant de souligner le retour en force du metal, même si cela peut susciter des critiques.

Cet entretien a été édité et raccourci pour plus de clarté.

À propos de Tetralens

Cette interview a été réalisée par Tetralens, qui est également la propriétaire de certaines des photos que vous avez vues ci-dessus.

Tetralens est une photographe basée à Paris. Si vous souhaitez discuter avec elle de son travail et/ou collaborer avec elle, vous trouverez toutes ses informations ci-dessous !

TETRAlens rassemble toutes les expressions de mon travail photographique, récent ou datant de plusieurs années. J’y présente principalement un extrait de mes captures de concerts live, essentiellement issus de la scène Metal et Rock, ainsi qu’un petit aperçu de mes autres sujets photographiques, tels que les paysages, les détails et l’architecture. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu capturer à travers mon objectif ce que mes yeux voulaient immortaliser : le tranchant d’une lumière, la force d’un instant, la douceur d’un regard, l’énergie d’un moment, ces choses qui rendent le monde plus beau. Depuis mon plus jeune âge, cette passion m’a suivi dans mon quotidien ou dans mes voyages, mes yeux regardant constamment la nature, les villes et les gens comme une source d’inspiration pour nourrir mon expression artistique. Le canal le plus emblématique étant la musique live, les événements à travers lesquels l’humain est un vecteur des vibrations les plus positives.

Tags : Heavy Metal