Toutes les nouvelles fonctionnalités sur MetalZone (et leur statut)

Le groupe de Rock qui était trop satanique pour les maisons de disques (à l'époque de Black Sabbath)

à 12 h 16 min
Lecture 5 min.
Le groupe de Rock qui était trop satanique pour les maisons de disques (à l'époque de Black Sabbath)
© Danny Matson, Getty Images / Richard E. Aaron, Getty Images

Coven a été l’un des premiers groupes de Rock occulte d’Amérique, alimentant les flammes de l’éventuel mouvement satanique qui allait envahir les paroles et l’imagerie du Heavy Metal. Selon la chanteuse Jinx Dawson, le groupe pionnier était trop satanique pour les maisons de disques à l’époque où Black Sabbath commençait son ascension.

Formé à Chicago (Illinois), en 1967, Coven a sorti son premier album controversé, Witchcraft Destroys Minds & Reaps Souls, en 1969, qui, peut-être par coïncidence, comprenait un morceau d’ouverture intitulé Black Sabbath.

Dans le cadre de l’épisode inaugural de Backstaged : The Devil in Metal, animé par Jon Wiederhorn, contributeur de Loudwire et rédacteur dans le milieu du Metal, Dawson a parlé de son expérience directe en tant que l’un des principaux acteurs de l’occultisme et du satanisme dans la musique heavy et de la réaction aux thèmes extrêmement sombres du groupe.

Oh, et la frontwoman avait quelque chose à dire sur l’utilisation par le groupe du geste de la main des “cornes du diable”, dont l’origine et la popularisation sont intensément débattues à ce jour.

Au passage, Coven est à l’origine un mot écossais de la fin du Moyen-Âge signifiant un rassemblement de personnes. Il dérive du latin convenio qui signifie être ensemble ou se rassembler, qui a également donné le mot anglais convene et le mot français convent.

Elle a déclaré :

Nous faisions le signe des cornes partout où nous allions. Les gens avaient tendance à mal le faire. Le signe des cornes est un signe de reconnaissance, comme si vous faisiez partie du Coven. Vous vous approchiez de la porte où se tenait une réunion et faisiez ce signe pour que les autres sachent que vous en faisiez partie.

Elle a poursuivi en parlant du temps qu’elle a passé dans un manoir habité par deux grandes tantes “excentriques” qui étaient de l’idéologie de la “voie de la main gauche” :

Quand j’étais petite, je restais dans ce grand manoir, je voyais les gens venir aux portes et faire [le signe des cornes] à l’envers, puis ils entraient et allaient dans la salle de rituel, qui était une sorte de cave à vin.

La musique de Coven est sortie au cours de l’été 1969, ce qui, pour le groupe, peut avoir été un moment inopportun en termes de marketing potentiel. Le mois suivant, les infâmes meurtres rituels de l’actrice Sharon Tate et de quatre autres personnes, perpétrés sur l’ordre des adeptes du chef de la secte Charles Manson, ont provoqué un choc national et sont largement considérés comme le point de départ de ce que l’on a appelé la “panique satanique”.

Il faut se rappeler qu’il y a eu les meurtres de [Charles] Manson. Il y avait de la superstition. Il y avait toutes sortes de choses vraiment mauvaises à ce sujet. On avait un album très blasphématoire à l’époque. Bien sûr, aujourd’hui, tout cela est omniprésent, mais à l’époque, les gens avaient peur.

Fervente adepte de l’idéologie de la voie de la main gauche, Dawson a expliqué :

J’ai enregistré [le premier album de Coven] comme un travail d’érudition. En premier lieu, ce n’était pas censé être un travail commercial en soi. Après les meurtres de Manson, nous avons quitté Chicago parce que [la maison de disques] Mercury ne nous soutenait pas et je pense que c’était parce qu’ils pensaient que nous étions trop controversés.

Elle a ajouté que le critique de Rolling Stone, Lester Bangs, a un jour décrit Black Sabbath comme une combinaison de Cream et de Coven, mais c’était plus ou moins l’apogée de l’exposition plus grand public du groupe à l’époque.

C’est l’une des seules choses qu’on a eues, une pub dans Rolling Stone et ensuite… on a été blackboulés. Vraiment – on a été blackboulés. On nous a retirés des magasins de disques.

En ce qui concerne ses expériences personnelles avec l’occulte à l’époque, Dawson a mentionné qu’elle pratiquait la magie noire et le hoodoo depuis son enfance. “Le manoir était incroyable”, a-t-elle ajouté, offrant des exemples uniques de son éducation, qui comprenait la pratique afro-caribéenne de l’Obeah, ainsi que la pratique africaine du Hoodoo et d’autres formes de magie plus courantes en Europe.

Ils avaient l’habitude de me garder quand [mes tantes] quittaient le manoir, et les Obeahs sortaient et faisaient des feux de joie, ils tuaient des poulets et mettaient leurs pattes sur un collier autour de mon cou.

Précisant son propre système de croyance, Dawson a souligné :

Je ne dirais pas que je suis une sataniste. Pour les gauchistes, Satan est plutôt une mascotte. C’est pour faire peur aux gens. […] Je ne crois pas en un vrai Satan. Je ne crois pas en un vrai Dieu. Je crois en la nature, je crois en moi-même, comme Aleister Crowley l’a dit : “Fais ce que tu voudras sera le tout de la Loi”.

Backstaged : The Devil in Metal — The Satanic Verses, Vol. 1 :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Rock
Source : loudwire.com