Un concert de Cro-Mags dégénère ; le groupe aurait été attaqué par le personnel d'un magazine

à 15 h 17 min
Lecture 3 min.
Cro-Mags

Il semble qu’une altercation physique ait eu lieu lors d’un récent concert, impliquant des membres du groupe Cro-Mags et deux membres du personnel de Destroy Zine.

Le chanteur et bassiste de Cro-Mags, Harley Flanagan, a abordé cet incident sur les réseaux sociaux, et a partagé des images des blessures qu’il a subies lors de l’altercation (voir plus bas).

Il semble que cette altercation ait eu lieu lors de la performance du groupe aux côtés de D.R.I. au Cafe 611 à Frederick, dans le Maryland, le 12 septembre.

Selon Flanagan, les individus en question ont importuné les spectateurs toute la soirée et portaient des cagoules ; ils ont ensuite proféré de graves accusations à l’encontre des musiciens avant de les asperger de gaz lacrymogène, ce qui a poussé les membres de Cro-Mags à riposter.

De leur côté, les collaborateurs de Destroy Zine ont donné une version contradictoire des événements, annonçant leur intention de publier leur version des faits dans leur troisième numéro à paraître.

En réponse aux accusations du magazine, Cro-Mags a partagé le message suivant en ligne : “C’est une bien triste histoire. Un petit magazine local nous a demandé une interview, et ne sachant pas qui ils étaient, nous leur avons donné trois laissez-passer pour un show. Ils sont venus dans la salle avec des cagoules, des matraques, du gaz lacrymogène et un kit pour faire des points de suture.”

“L’un d’entre eux accuse Harley de ‘harcèlement sexuel’ (chaque fois que quelqu’un fait de telles déclarations mensongères, une autre victime réelle est lésée) à la table de merchandising, devant des douzaines de personnes, toutes témoins, et une bagarre éclate. L’un des jeunes masqués a aspergé Harley et son fils de gaz lacrymogène, et tout le monde autour d’eux a été aspergé en même temps. Tout cela s’est passé avant que le groupe ne joue, dans une salle remplie de monde et de plusieurs jeunes enfants.”

“Destroy Magazine va maintenant écrire ce qu’ils veulent dans leur magazine à ce sujet et faire leurs fausses accusations. Les personnes qui ont été agressées (Harley a été aspergé de gaz lacrymogène et tailladé avec un couteau) ont toutes porté plainte dans le Maryland.”

“Nous sommes tristes d’avoir été assez stupides pour leur donner trois laissez-passer gratuits pour un show par ailleurs excellent. Nous sommes tristes que pour attirer l’attention et les lecteurs, et pour faire avancer leur agenda de porteurs de cagoules, ils aient besoin d’utiliser le nom d’un groupe qui a une certaine notoriété. Nous sommes tristes que nous vivions à une époque où n’importe qui peut dire ce qu’il veut pour attirer l’attention sur ce qu’il promeut.”

“Nous nous excusons auprès des personnes qui sont venues nous écouter jouer ; nous, les premières parties et DRI. Et sachez que nous apprécions votre soutien.”

“Nous vivons tous dans ce cloaque des réseaux sociaux où n’importe qui peut dire n’importe quoi pour attirer l’attention. Mais nous savons ce qui s’est passé, tout comme des dizaines de témoins, les caméras à l’intérieur de la salle et la police”.

“Merci encore pour tout l’amour et le soutien… à bientôt !”

Posts de Harley Flanagan :

À lire aussi : "Parfois, je coupe le son au bout de dix secondes" ; Flemming Rasmussen, producteur de Metallica, partage ses sentiments mitigés à l'égard de St. Anger

Post de Cro-Mags :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cro-Mags (@realcromags)

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Cro-Mags
L'actu Metalcore