Le guitariste de Hatebreed : "Si les gens pouvaient s'entendre et arrêter de se disputer pour tout et n'importe quoi, ce serait génial"

à 8 h 11 min
Lecture 5 min.
Le guitariste de Hatebreed : "Si les gens pouvaient s'entendre et arrêter de se disputer pour tout et n'importe quoi, ce serait génial"
© Tetralens

À l’occasion du concert de Hatebreed au Motocultor Festival de cette année, Wayne Lozinak, guitariste du groupe de Metalcore américain, a accordé une interview à Tetralens pour MetalZone.

Lorsqu’on lui demande son avis sur la nouvelle vague de groupes de metalcore, sachant qu’Hatebreed a été un pionnier du genre, Wayne déclare à Tetralens : “Je ne nous considère pas vraiment comme un groupe de metalcore, même si techniquement nous devrions l’être, parce que c’est un croisement entre le hardcore et le Metal. Mais pour moi, le metalcore a des passages très distincts avec des cris et d’autres avec des voix mélodiques. C’est ce qui semble caractériser le metalcore.”

Il ajoute : “Il semble que le metalcore évolue un peu et devienne plus inventif. Et c’est une bonne chose. Il faut garder une certaine fraîcheur et de la nouveauté. Je dirais que nous sommes un peu plus basiques… Nous avons toujours joué avec des groupes de metal et des groupes de hardcore et nous avons été influencés par les uns et les autres. J’ai l’impression que les groupes plus récents sont passés à l’étape suivante, avec plus de chant. C’est cool, j’aime ça.”

Le guitariste de Hatebreed : "Si les gens pouvaient s'entendre et arrêter de se disputer pour tout et n'importe quoi, ce serait génial"

Parlant des fans qui sont toujours au rendez-vous en Europe, il avoue : “C’est positif. Tant que les fans viendront, nous continuerons à jouer. Nous adorons ça. J’aime particulièrement le Hellfest – c’est l’un de mes festivals préférés. C’est énorme, il y a tellement de grands groupes qui jouent.”

“De plus, nous n’étions pas retournés [en Europe] depuis le coronavirus, alors être enfin de retour après toutes ces années est formidable, car nous venions généralement ici quelques fois par an. C’était donc un peu bizarre de ne pas pouvoir venir en Europe.”

Le guitariste de Hatebreed : "Si les gens pouvaient s'entendre et arrêter de se disputer pour tout et n'importe quoi, ce serait génial"

Concernant le huitième album du groupe, Weight Of The False Self, qui contient des paroles et des thèmes très positifs qui permettent à Hatebreed de se démarquer des autres groupes du secteur, Wayne explique : “Je pense que c’est assez universel. Nous aimons faire de la musique lourde et agressive, mais Jamey [Jasta, chanteur] veut toujours transmettre quelque chose de positif, un message auquel les gens peuvent s’identifier, et c’est le cas pour beaucoup d’entre eux.”

“Beaucoup de personnes nous ont dit que certaines de ses paroles les avaient aidées à traverser des moments difficiles et, vous savez, certaines de ces personnes se font tatouer les paroles parce qu’elles représentent beaucoup pour elles. Je pense donc que c’est cool [de mélanger ces deux aspects différents].”

Le guitariste de Hatebreed : "Si les gens pouvaient s'entendre et arrêter de se disputer pour tout et n'importe quoi, ce serait génial"

Lorsqu’on lui demande sa performance live préférée de cet été, réalisée par un autre groupe, il répond : “C’était cool de voir la célébration de Pantera. Évidemment, c’est Zakk [Wylde, Black Label Society, guitare] et Charlie [Benante, Anthrax, batterie] qui jouaient. C’était génial. Zakk est l’un de mes guitaristes préférés.”

Abordant le sujet des gens qui critiquent Wylde parce qu’il ne sonne pas suffisamment comme “Dimebag” Darrell, le défunt guitariste de Pantera, Wayne déclare : “Zakk est comme il est… Si vous attendez de lui qu’il soit Dimebag, ça n’arrivera pas. C’est un joueur à part. Il a son propre style. Je savais donc que ce serait différent. Mais c’est cool. Il faut se dire que c’est Zakk qui rend hommage à Dime, et qu’il maintient ses chansons en vie.”

Le guitariste de Hatebreed : "Si les gens pouvaient s'entendre et arrêter de se disputer pour tout et n'importe quoi, ce serait génial"

Lorsqu’on lui demande s’il pense que l’état chaotique actuel du monde pourrait au moins inspirer plus de bonne musique de la part d’artistes de tous horizons, le guitariste conclut l’interview en disant : “J’aimerais que les choses soient différentes parce que le monde paraît tellement dingue actuellement. Personne n’arrive à s’entendre. Tout le monde se dispute. J’ai l’impression qu’Internet n’a fait qu’empirer les choses, car des gens qui ne se seraient jamais parlé se disputent sur tous les sujets possibles. Et j’aimerais que cela cesse. Cela me permettrait de faire de la musique joyeuse [rires]. Je m’en contenterais. Si les gens pouvaient s’entendre et arrêter de se disputer pour tout et n’importe quoi, ce serait génial.”

Le guitariste de Hatebreed : "Si les gens pouvaient s'entendre et arrêter de se disputer pour tout et n'importe quoi, ce serait génial"

Le dernier album de Hatebreed, Weight Of The False Self, est sorti le 27 novembre 2020 via Nuclear Blast.

À propos de Tetralens

Cette interview a été réalisée par Tetralens, qui est également la propriétaire de toutes les photos que vous avez vues ci-dessus.

Tetralens est une photographe basée à Paris. Si vous souhaitez discuter avec elle de son travail et/ou collaborer avec elle, vous trouverez toutes ses informations ci-dessous !

TETRAlens rassemble toutes les expressions de mon travail photographique, récent ou datant de plusieurs années. J’y présente principalement un extrait de mes captures de concerts live, essentiellement issus de la scène Metal et Rock, ainsi qu’un petit aperçu de mes autres sujets photographiques, tels que les paysages, les détails et l’architecture. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu capturer à travers mon objectif ce que mes yeux voulaient immortaliser : le tranchant d’une lumière, la force d’un instant, la douceur d’un regard, l’énergie d’un moment, ces choses qui rendent le monde plus beau. Depuis mon plus jeune âge, cette passion m’a suivi dans mon quotidien ou dans mes voyages, mes yeux regardant constamment la nature, les villes et les gens comme une source d’inspiration pour nourrir mon expression artistique. Le canal le plus emblématique étant la musique live, les événements à travers lesquels l’humain est un vecteur des vibrations les plus positives.

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Hatebreed
L'actu Metalcore