Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

à 12 h 17 min
Lecture 7 min.
Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"
© Tetralens

On sait qu’Igorrr est une formation musicale française qui compte et que la sphère Metal apprécie. Ce que l’on sait moins, c’est que l’homme derrière le projet, Gautier Serre, est un compositeur et multi-instrumentiste virtuose, qui apprécie, depuis ses jeunes années, des musiciens très divers, tels que Cannibal Corpse, Chopin, Meshuggah, ou Jean-Sébastien Bach, ayant tous ce grain de folie qui les rend particuliers.

Insatisfait de l’offre radiophonique en général, il aspire à une musicalité qu’il ne trouve pas vraiment. Il décide donc de fonder le collectif Igorrr en réunissant plusieurs talents issus d’univers musicaux différents.

Texte et photos par Tetralens (tetralens.com)

L’univers singulier d’Igorrr

La démarche avec la création d’Igorrr, en 2005, est de proposer un univers musical et artistique mettant au diapason le baroque, l’électro, le breakcore et le Death Metal, entre autres ; car les influences ne sont pas limitées et l’ensemble est composé comme un plat de grand chef, où les proportions/ingrédients sont savamment dosés.

Il ne s’agit pas ici d’un opportunisme de niche, mais bien d’une intention construite d’assembler différents genres qui lui plaisent, dans une création musicale à la liberté totale.

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

Le génie de Serre et les talents des différents membres donnent naissance à un alliage inclassable, captivant et très précis, dont le résultat est loin d’être lassant ou de donner mal à la tête. Au-delà du premier gloussement en découvrant certains morceaux qui pourraient évoquer le 15ème degré d’Ultra Vomit, Igorrr est convaincant – pardon – séduisant plutôt, tant l’écriture est précise et fluide.

Ce savant mélange, qui fait la part belle à des riffs très Death ou Black Metal, cohabite avec des passages typiquement breakcore où le rythme est décomposé. On apprécie même, entre autres bizarreries, le petit passage au pipo à la fin de ieuD, ou l’accordéon presque malsain de Cheval – il ne s’interdit rien.

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

La performance comporte un certain nombre de titres du dernier opus, Spirituality and Distortion, sorti en mars 2020, comme le très hypnotique Downgrade Desert où les voix s’entremêlent à merveille ; Nervous Waltz, une entrée en matière élégante et très classique qui se transforme en un superbe chaos organisé, ou encore Camel Dancefloor où la section rythmique parvient à tisser une toile très cohérente mêlant musique orientale, électro survoltée et Death Metal puissant.

Plusieurs titres sont également issus de l’album Savage Sinusoid de 2017 (le premier avec Metal Blade Records), comme Opus Brain qui incarne la parfaite rage viscérale illustrée par le chant de JB Lebail, ou Spaghetti Forever, une sorte de space opera/musique de chambre.

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

Les morceaux aiguisent la curiosité lorsqu’ils sont écoutés individuellement. L’expérience en concert est absolument unique, et le plaisir est total dans ce maelström de sons qui s’affranchit des étiquettes.

Ce concert au Trianon fait partie d’une tournée, plusieurs fois reportée (joyeuse pandémie !), initialement prévue pour promouvoir le dernier album, Spirituality and Distortion. C’est aussi l’occasion de présenter le nouveau portrait de famille d’Igorrr, tel que nous l’avions annoncé sur MetalZone en juillet 2021.

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

Suite au départ de Laure Le Prunenec et Laurent Lunoir, la nouvelle formation est composée de deux vocalistes, la soprano Aphrodite Patoulidou et JB Le Bail au chant guttural, ainsi que du batteur Sylvain Bouvier et du guitariste Martyn Clément.

Qu’il s’agisse de la nouvelle forme ou de l’ancienne, Igorrr propose une expérience unique, un son qui sort des sentiers battus, et n’est-ce pas, après tout, ce que nous attendons de la musique extrême ?

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

Les arrangements méticuleux sont orchestrés de main de maître depuis les platines où officie l’alchimiste de l’étrange, et savamment magnifiés par des musiciens de haut vol, et une chanteuse au charisme incroyable.

Ne vous y trompez pas, le fait que le Trianon ait affiché complet ce soir-là n’est pas un hasard, mais le résultat d’un accueil toujours aussi positif de la part des amateurs de ces sons décadents et fous, agrémentés de samples presque épileptiques. Une expérience aux frontières du trip shamanique électronique.

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

Setlist :

  • Intro / Paranoid Bulldozer Italiano
  • Spagetthi Forever
  • Hollow Tree
  • Nervous Waltz
  • Downgrade Desert
  • Camel Dancefloor
  • Tout petit moineau
  • ieuD
  • Parpaing
  • Polyphonique Rust
  • Pavor / Caros / Viande
  • Opus Brain
  • Himalaya Massive Ritual
  • Cheval / Apo / Robert
  • Very Noise

Igorrr – Downgrade Desert :

Horskh, le surprenant

Pour ouvrir cette messe de l’étrange offerte par Igorrr, c’est le groupe de Metal Indus/électro, Horskh qui s’est lancé. Un mix qui ne m’enthousiasmait guère sur le papier, mais qui suscite tout de même ma curiosité sur un ou deux morceaux. J’avoue sans détour que je me suis totalement laissé emporter en live !

L’énergie brute et le son tranchant proposés par ce trio ont été bien accueillis par un public heureusement composé de mélomanes ouverts d’esprit plutôt que de puristes faiblement aventureux.

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

Le chanteur Bastien Hennaut avec ses airs de Maynard James Keenan à ses débuts, mène le show sans effacer ses compagnons ; un batteur presque possédé qui envoie du lourd, et un guitariste officiant également au clavier. Les arrangements très représentatifs du genre (qui laissent planer un semblant de Static X ou de Combichrist par moments) se superposent avec précision aux voix saturées et brutales, notamment sur les très efficaces Black Switch, May Day et Strobes, issus de l’album Wire, sorti en janvier 2021.

Une performance où l’atmosphère froide et tranchante nous entraîne dans les profondeurs d’un univers sombre et aveuglant à la fois, qui nous donne envie de les revoir très vite.

Igorrr et Horskh au Trianon, une expérience Metal sous le signe de la "liberté totale"

Horskh – Strobes :

À propos de Tetralens

Cet article a été rédigé par Tetralens, qui est également la propriétaire de toutes les photos que vous avez vues ci-dessus.

Tetralens est une photographe basée à Paris. Si vous souhaitez discuter avec elle de son travail et/ou collaborer avec elle, vous trouverez toutes ses informations ci-dessous !

  • Site web : www.tetralens.com
  • Facebook : www.facebook.com/tetralens
  • Instagram : www.instagram.com/tetralens

TETRAlens rassemble toutes les expressions de mon travail photographique, récent ou datant de plusieurs années. J’y présente principalement un extrait de mes captures de concerts live, essentiellement issus de la scène Metal et Rock, ainsi qu’un petit aperçu de mes autres sujets photographiques, tels que les paysages, les détails et l’architecture. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu capturer à travers mon objectif ce que mes yeux voulaient immortaliser : le tranchant d’une lumière, la force d’un instant, la douceur d’un regard, l’énergie d’un moment, ces choses qui rendent le monde plus beau. Depuis mon plus jeune âge, cette passion m’a suivi dans mon quotidien ou dans mes voyages, mes yeux regardant constamment la nature, les villes et les gens comme une source d’inspiration pour nourrir mon expression artistique. Le canal le plus emblématique étant la musique live, les événements à travers lesquels l’humain est un vecteur des vibrations les plus positives.

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Never Mind The Bollocks, Here's The Sex Pistols

The Sex Pistols
Never Mind The Bollocks, Here's The Sex Pistols

Par Steven Perry, le 08/08/2022
Foo Fighters annonce son nouvel album, Medicine At Midnight, et sort le single Shame Shame

Foo Fighters
Medicine At Midnight

Par Robert Bonham, le 08/08/2022
Korn

Korn
Korn

Par Ryuketsu, le 08/08/2022
Plus d'actus sur Igorrr
L'actu Heavy Metal