Retour sur le Never Say Die Tour ; une soirée sous le signe du metalcore et du deathcore

à 22 h 02 min
Lecture 6 min.
After The Burial publie un clip vidéo pour In Flux
-20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O

Il fait froid, et les rues sont à moitié vides lorsque nous arrivons à la Z7 de Pratteln, en Suisse, pour une nuit de Metalcore et de Deathcore, dans le cadre du Never Say Die Tour de 2022.

La salle est un peu plus chaude, mais à moitié vide également. Bon après tout, il est 17h, certaines personnes sont probablement encore sur la route, et d’autres coincées au travail pour encore une heure ou deux.

Néanmoins, la scène est prête, et les lumières s’éteignent, annonçant l’entrée des Américains de Boundaries.

Boundaries

Les jeunes musiciens de Boundaries se précipitent sur scène, dans une tempête de metalcore brutal dans la veine de Misery Signals avec une touche de Kublai Khan.

Ayant sorti leur troisième album récemment, Burying Brightness, sur 3DOT Recordings (le label de Periphery), la setlist est principalement composée de nouvelles chansons. Et elles ont un sacré punch.

Le décibelmètre est déjà à 100, et il est clair qu’il n’y aura pas de dépréciation des petits groupes ce soir.

Le set est court, évidemment, mais vraiment énergique et amusant. Une parfaite introduction à la soirée.

Cabal

C’est le tour de Cabal. Dès l’arrivée des Danois, étrangement, le niveau d’agressivité diminue. Boundaries s’est certainement déchaîné, mais il semble surtout que les musiciens de Copenhague soient un peu sur la réserve.

Peut-être était-ce une mauvaise nuit, ou peut-être étaient-ils simplement fatigués de la veille. En effet, le batteur en particulier semble être en “mode éco”, frappant deux fois moins fort que son prédécesseur.

Malgré un certain manque d’énergie, le set est techniquement correct (bien qu’il apparaisse rétrospectivement comme le plus faible de la soirée).

Invent, Animate

Après une courte pause, Invent Animate arrive sur scène dans une tornade de hurlements. Les riffs techniques fusent tandis que le chanteur délivre des lignes vocales impressionnantes avec une justesse incroyable, entremêlées de cris brutaux.

La performance est impeccable, même s’ils ont du mal à faire participer toute la foule ; les gens gardant probablement leur énergie pour les têtes d’affiche.

C’est un plaisir de voir ce formidable quatuor en live, même si le fait de n’avoir qu’un seul guitariste, et d’avoir quelques parties samplées, conduit à un son plus fin que les groupes précédents.

Il est clair que plus votre musique est technique, plus elle est difficile à restituer. L’impact des riffs techniques (et de la batterie rapide également) en direct est souvent peu reluisant.

Spite

Une petite pause s’impose. Et en attendant au bar, les lumières s’éteignent à nouveau… Spite fait son entrée et ne laisse personne indifférent.

Incontestablement le groupe le plus vicieux de la soirée, Spite délivre une forte dose de violence, devant un public totalement captivé.

Les lumières sont vraiment bien réalisées et correspondent parfaitement au son du groupe, laissant la fosse en transe, à moitié remplie de hardcore dancers et de moshers classiques se heurtant les uns aux autres.

Spite fait partie de ces groupes qui sonnent bien mieux en concert que sur CD ; l’agressivité de leur son ne ressortant réellement que lorsque le mur de guitares vous secoue les tripes et que le chanteur vous hurle au visage.

Currents

Currents n’était pas la tête d’affiche, mais c’était tout comme. La salle est bondée (et on ne le savait pas encore, mais cela marquait le pic de fréquentation de la nuit).

Les gens attendent fébrilement que les Américains sortent du côté de la scène… et voilà que commence Into Despair. La foule devient folle et perd tout sens de la retenue, c’est le moment de tout lâcher.

Currents continue avec l’un de ses nouveaux singles, The Death We Seek. Viennent ensuite Kill The Ache et A Flag To Wage… L’intensité est maximale et il n’y a pas de temps pour récupérer.

Enfin, le groupe ralentit un peu le rythme pour jouer Better Days, qui met en valeur une solide musicalité et un chant joliment posé.

Le groupe quitte la scène sous un tonnerre d’applaudissements, et laisse une forte impression, ne faisant que renforcer son statut de futur géant du genre.

Suicide Silence

La salle est un peu moins remplie, mais Suicide Silence est déterminé à faire bouger tout le monde. Chris Garza et son équipe y vont à fond, et délivrent une dose vraiment lourde de deathcore.

Le chant est presque totalement perdu et enfoui dans les guitares gigantesques, mais ce n’est pas grave, car une grande partie du public est là pour hurler toutes les paroles pendant les classiques tels que Unanswered, You Only Live Once et Disengage.

Le nouveau batteur (uniquement en tournée pour le moment), Ernie Iniguez, est abominablement monstrueux, et c’est probablement le musicien qui a le plus brillé ce soir en termes de capacités techniques.

Parmi les classiques de sa discographie, le groupe a également joué son dernier single, Capable Of Violence, s’assurant ainsi que tout le monde est à jour et prêt pour le nouvel album de l’année prochaine.

After The Burial

Ça y est. La tête d’affiche est là. After The Burial entre dans la salle à quatre, et met les enceintes en lambeaux.

Après toutes ces années, le groupe n’a toujours pas remplacé Justin Lowe, son second guitariste décédé. Et bien que cela soit compréhensible pour de nombreuses raisons, que ce soit par respect considérant qu’il ne peut être remplacé ou pour des motifs financiers, la performance sonne une fois de plus un peu plus mince que celle des autres groupes avec deux guitaristes.

Chaque banger groovy est livré avec intensité et passion, et à un moment donné, le chanteur, Anthony Notarmaso, interrompt le flux pour prendre quelques minutes et parler de la pandémie ainsi que de ce que lui et ses compagnons ont vécu pendant ces deux ans et demi.

Le chanteur explique qu’il a beaucoup souffert de se voir retirer son travail, qui est également sa plus grande passion. Pendant cette période incertaine, il a sombré dans une profonde dépression, et s’il n’avait pas demandé de l’aide à ses amis, il avoue qu’il ne serait probablement plus de ce monde.

Après avoir encouragé les spectateurs à demander de l’aide en cas de besoin, il dédie la chanson suivante au regretté Trevor Strnad de The Black Dahlia Murder, que nous avons perdu il n’y a pas si longtemps.

La nuit s’achève sur quelques sons lourds, accompagnés d’une atmosphère pesante.

-20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O -20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O
Tags : Metalcore