Leland Sklar, musicien de studio légendaire, explique comment il trompait les producteurs avec lesquels il travaillait : "Je m'assurais qu'ils me voient actionner la commande"

à 14 h 55 min
Lecture 3 min.
Leland Sklar, musicien de studio légendaire, explique comment il trompait les producteurs avec lesquels il travaillait : "Je m'assurais qu'ils me voient actionner la commande"

Lors d’une récente interview avec le producteur et YouTuber Rick Beato, Leland Sklar, légendaire bassiste de studio dont le travail peut être entendu sur plus de 2500 albums, et qui a joué sur des disques et/ou en live avec Toto et Phil Collins parmi beaucoup, beaucoup d’autres, a révélé l’origine de son assez bien connu “producer switch” qui ne fait rien.

Dans la vidéo (disponible ci-dessous), Sklar se souvient qu’une session avec son collègue guitariste Tommy Tedesco l’a incité à développer le fameux “producer switch”, une commande qui ne sert à rien d’autre qu’à faire croire aux producteurs exigeants qu’il a changé de son.

Il explique : “Je travaillais sur la bande originale d’un film. Les studios Universal avaient un très bon studio dans leurs locaux. Nous y avons réalisé des tonnes de programmes télévisés et de films, et j’étais en train d’y faire une session. Juste à côté de moi, il y avait Tommy Tedesco, et des baffles étaient installés, de sorte que [seules nos têtes étaient visibles]. Nous travaillions avec un orchestre de bonne taille.”

“De l’autre côté de la pièce, le gars qui dirigeait… il voulait essayer différentes choses. Et à un moment, il dit : ‘Tommy, tu as une mandoline ?’. Tommy répond : ‘Ouais’. Il joue à nouveau. L’autre dit : ‘Non, ce n’est pas ça. Tu as un bouzouki ?’. Tommy répond : ‘Ouais’. Et je suis assis à côté de lui, absolument mort de rire parce qu’il n’avait que sa guitare acoustique. Il n’arrêtait pas de se pencher et de se redresser [donnant l’illusion de changer d’instrument]. Il était tellement doué qu’il jouait dans différentes positions [sur le manche de sa guitare] jusqu’à ce que le chef d’orchestre finisse par entendre ce qu’il voulait.”

Il ajoute : “À la fin de la session, je l’ai regardé et je lui ai dit : ‘Tommy, je viens d’en apprendre plus sur le fonctionnement de ce métier en cinq minutes que pendant toute ma scolarité’. Je suis rentré chez moi, j’ai pris ma basse, j’y ai percé un trou et j’y ai mis un interrupteur à bascule de marque Switchcraft. Il n’y avait pas de fils ou quoi que ce soit d’autre. Et, à partir de là, quand un type me disait ‘Tu peux faire quelque chose de plus pétillant ?’, je m’assurais qu’il me voyait actionner l’interrupteur, et il était tout content. […] Bien sûr, si j’étais avec un producteur compétent qui savait de quoi il parlait, [je faisais vraiment] ce qu’il demandait.”

Interview de Leland Sklar par Rick Beato :

Tags : Rock