🤘 Nouveau : Vous pouvez désormais commenter l'actu et écrire vos propres reviews sur Metalzone ! 🤘

Les musiciens de Tool donnent plein de détails intéressants sur la création de Fear Inoculum

à 15 h 37 min
Lecture 4 min.
Les albums de Tool font fureur en streaming
© Travis Shinn

Danny Carey, le batteur de Tool, et Justin Chancellor, le bassiste du même groupe, ont récemment été invités dans le cadre de la nouvelle série de podcasts de Kerrang!. Au cours de l’épisode, ils ont parlé de la création du nouvel album du groupe, Fear Inoculum, ainsi que des commentaires du producteur Joe Barresi et plus encore.

Tool est un groupe très méticuleux

Pour commencer, Danny Carey s’est exprimé sur la longue attente de 13 ans entre 10,000 Days et Fear Inoculum :

Nous avons tourné pendant 5 ou 6 ans après 10 000 Days. Nous ne sommes pas un groupe qui écrit pendant les tournées. De plus, nous ne voulions plus nous voir pendant un petit moment, donc nous avons pris une pause de quelques années. J’ai eu des enfants, j’ai eu des procès, pas mal de trucs… peu importe.

Puis nous avons commencé à travailler. Nous avons probablement travaillé dessus pendant 5 ans, comme nous l’avons fait pour tous les autres enregistrements de Tool.

J’aimerais pouvoir dire qu’il a fallu 13 ans pour le faire, il n’y a rien de mal à ça.

Puis, il a poursuivi en disant :

Lorsque nous écrivons, c’est tellement un puzzle que parfois on finit par utiliser des parties d’une chanson en cours pour en créer une autre…

Personne dans le groupe n’est vraiment compositeur. C’est comme si on était tous dans le coup, on le fait tous ensemble, jour après jour. Et je ne suggère cette méthode à aucun autre groupe, sinon vous pourriez passer 13 ans à écrire un album vous aussi. (rires)

Mais, c’est comme ça qu’on fonctionne. Et c’est comme ça que nous l’avons toujours fait et c’est pour ça que ça prend autant de temps. Mais le résultat final, c’est que nous croyons tous en chaque mesure – pas seulement en chaque couplet ou chaque refrain. Chaque instant est scruté à la loupe.

On n’envoie pas de musique à Maynard tant qu’on ne l’a pas terminée. C’est moi, Adam et Justin, et ensuite on envoie ça à Maynard.

Parce que Maynard, il lui faut quelque chose de concret. Il veut s’engager dans la musique et créer toute une histoire. Et rien ne le déprime plus que quand on lui envoie un truc et qu’on le change. C’est comme si on lui détruisait tout son travail. Parce qu’une fois qu’on le lui donne, il s’engage et c’est tout. Il ne veut pas le changer.

On avait essayé de faire ça sur les albums précédents. On lui avait envoyé quelque chose et puis tout d’un coup on lui avait dit : “Oh attends, on a décidé de changer le refrain à nouveau” et ça l’avait rendu fou.

Ensuite, Justin Chancellor a parlé plus en profondeur de la façon dont ils ont appris à ne présenter à leur frontman Maynard James Keenan que des morceaux de musique terminés :

J’étais vraiment excité à l’idée de quelques morceaux et je m’emportais et les envoyais à Maynard… Et il m’écrivait : “C’est génial, c’est génial, c’est fait ? C’est la version finale ?” Et j’ai dû répondre : “En fait, c’est en attente, je ne suis pas sûr que ça soit fini”. Et, bien sûr, le lendemain, tout a changé et j’ai dû lui dire et il m’a écrit : “Ne m’envoie plus ce genre de choses, fais-moi savoir quand ça sera fini”.

C’est devenu le protocole. Lorsqu’on avait terminé et qu’on lui présentait des morceaux, il nous disait : “Vous êtes vraiment sûrs que c’est exactement ce que vous voulez faire ?”.

Je suis encore impressionné par ce qu’il a fait. Il m’a tout simplement époustouflé sur chaque chanson de l’album.

Il a fait quelque chose d’étonnant, d’inattendu et de transcendant. Il a élevé le tout… Alors qu’on pensait que ce que nous avions fait était déjà fantastique.

Joe Barresi, le producteur de l’album, a également révélé les origines du solo de batterie sur Chocolate Chip Trip :

Dans le studio où nous étions, nous cuisinions tout le temps des cookies aux pépites de chocolat. C’était un petit plaisir supplémentaire – j’ai pris quelques kilos en plus – et Danny a appelé son solo de batterie Chocolate Chip Trip parce que tout ce que nous faisions pendant l’enregistrement, c’était manger des cookies aux pépites de chocolat.

Joe Barresi a également parlé d’une session d’enregistrement de batterie où la force de frappe de Danny Carey a accidentellement fait tomber une bougie derrière lui, qui a enflammé la batterie, provoquant une panique folle avant que les gicleurs du bâtiment ne s’activent et ruinent le matériel.

À lire aussi : James Hetfield de Metallica : "Je suis la preuve que la musique a sauvé des vies"

Photo de l’accident en studio pendant l’enregistrement de Fear Inoculum :

Source : The Prp

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.