Review de Neon par Erra

Lecture 6 min.
review-erra-neon-sumerian-records

Neon par Erra

Neon est un bon album où subsistent tout de même quelques déceptions…

Note globale

Authenticité
Composition
Production
4.0

Erra fait partie des groupes les plus frais de la scène Metalcore. Avec ses deux premiers albums, il a réussi à se forger une réputation solide. Appréciés pour leur son alliant beauté et brutalité, les musiciens semblent délaisser doucement leurs racines Metalcore pour se diriger vers un son plus Metal Progressif. Et Neon est un pas de plus dans cette direction.

Erra en quelques mots

Erra est un groupe de Metalcore né en 2009. Originaire de Birmingham, Alabama (USA), il est actuellement composé de Jesse Cash (chant et guitare), J.T. Cavey (cri), Sean Price (guitare), Alex Ballew (batterie), et Conor Hesse (basse). Avant la sortie du nouvel opus, Neon, le 10 août 2018, le groupe a réalisé 3 EP (Erra en 2009, Andromeda en 2010 et Moments Of Clarity en 2014), et 3 albums (Impulse en 2011, Augment en 2013 et Drift en 2016). Après avoir écouté les 3 premiers albums en boucle dans l’attente du petit nouveau, le temps est enfin arrivé de s’intéresser à Neon.

Une nouvelle dimension

Dès la pochette, nous sommes plongés dans une autre dimension. Le style Neon est fabuleux bien que certains le trouveront déplacé dans un contexte Metal. Mais, revenons un peu en arrière. Avant même la sortie officielle de l’album, le groupe se montrait catégorique quant à l’univers représenté par cette nouvelle addition à leur discographie : elle devait être plus sombre. La date de sortie, initialement, estimée courant février, fut repoussée pendant une période indéterminée. Jusqu’à ce qu’arrive de nouvelles informations le 12 juin 2018 lors de la sortie du premier single Disarray.

Au premier abord, Disarray n’est pas très convaincant. On se rend vite compte qu’Erra use de ses qualités de composition pour proposer une chanson qui ne sera certes pas décevante, mais pas non plus à la hauteur de nos plus hautes espérances. Le morceau reste malgré tout efficace bien que dans la retenue. Il trouvera tout son sens une fois écouté dans le contexte de l’album. Par la suite est arrivé le deuxième single, Breach. Lequel fut plus en adéquation avec les attentes des fans. Dès l’intro, Erra nous procure des sensations fortes. La chanson est dynamique, telle des montagnes russes, ce qui la rend plus intéressante que Disarray. Après ce superbe deuxième single, nous étions prêts à écouter la bête dans son intégralité.

Neon est la continuité de Drift

Suite à l’écoute approfondie du nouvel album, Neon, et de ses 10 pistes alliant lourdeur et douceur, diverses sensations nous submergent. Globalement, l’album procure une belle écoute de qualité. Les morceaux disposent de rythmes et d’atmosphères différents (le duo Monolith/Valhalla en témoigne bien). Cela apporte une certaine richesse à son ensemble, et rend l’expérience agréablement fluide. En outre, nous pouvons remarquer une progression naturelle de Drift à Neon. Le son est plus mature et varié que sur les premiers albums, Impulse et Augment. Bien que les fans des premières heures ne se retrouveront pas dans l’intégralité du nouvel opus, des éléments de la totalité de la discographie du groupe se distinguent dans les nouveaux morceaux. Une sensation de lourdeur prend parfois le dessus, ce qui ne déplaira pas aux auditeurs de longue date.

Le mix n’a rien a voir avec celui de Brian Hood sur Impulse et Augment. Il ressemble beaucoup plus à celui de Drift. Il est de très bonne qualité et permet à la performance de prendre toute son ampleur. Les voix sonnent naturelles et les instruments ne font pas surproduits. Niveau performance, Alex est toujours très constant et propose un jeu de batterie sauvage et adapté. Au sujet des guitares, nous retrouvons principalement des riffs et des solos à l’identité post-Augment. Quant à la performance vocale, elle est excellente comme à l’habituel. J.T. vient de loin depuis ses vocal covers sur Youtube, et Jesse sonne encore mieux que sur les premiers albums en raison de l’entraînement procuré par son projet solo, Ghost Atlas.

Un album doux-amer

Ici, l’intégralité de la performance est convaincante, et pleine de surprises. La lourdeur et constante agression de Valhalla illustrent parfaitement ce dont est capable le groupe, et est une belle promesse de ce que leurs live nous réservent. Avec Signal Fire, Expiate et Unify, Erra nous propose des morceaux plus mélodiques, paisibles. Certains passages sont très réminiscents des premiers travaux du groupe. La mélodie de refrain d’Expiate, par exemple, ressemble au pont de Continuum, morceau présent sur Drift.

En revanche, on peut questionner l’enchaînement des pistes sur Neon. Quel est l’intérêt de faire suivre Expiate par Unify ? Bien que le solo de guitare soit le bienvenu, il finit trop tôt et nous laisse sur notre faim. Et cela ne s’arrange pas avec Ultimata qui vient conclure juste après. Les membres de Erra avaient énoncé leurs favoris du nouvel album : Breach, Valhalla, Ghost of Nothing et Ultimata. Comme dans chaque album, jusqu’ici, les derniers morceaux étaient de magnifiques conclusions. Il paraissait logique d’entendre cela pour ce quatrième opus. Avec Ultimata, il y a comme un arrière goût d’inachevé. Le morceau est bon, mais on ne peut s’empêcher de constater le potentiel inachevé de cette dernière piste. Le morceau propose des passages très intéressants, mais souffre d’être beaucoup plus linéaire que les précédents (Render The Void, Dementia, The Hypnotist). L’outro nous laisse frustrés. Ghost Of Nothing aurait beaucoup mieux servi ce rôle de conclusion avec son pont aux allures de The Hypnotist.

Hope You Left Behind // Home Is Undefined

Pour conclure, Neon est un bon album où subsistent tout de même quelques déceptions… Avec ce quatrième opus, Erra visait à proposer une atmosphère plus sombre qu’avec ses albums précédents. Néanmoins, hormis Ghost Of Nothing et Valhalla, aucun morceau ne transporte l’auditeur dans une écoute vraiment plus sombre. C’est pourquoi, un arrière-goût d’inachevé reste présent à la fin de l’album. L’univers est maîtrisé mais trop peu exploité. Les membres gagnent en maturité et s’assagissent. Le résultat est dans la retenue avec des hauts et des bas. Lorsqu’on écoute Hyperreality on se demande comment la piste a pu se retrouver sur le même album que Ghost Of Nothing. Les dernières paroles de l’album, “Hope You Left Behind // Home Is Undefined“, illustrent nos sentiments à la fin de l’exploration de Neon.

Chansons préférées de Neon : Signal Fire, Ghost Of Nothing, Expiate

Tags :  / Erra
Restez connectés à MetalZone sur Facebook

La newsletter Metalzone

Abonnez-vous à la newsletter MetalZone pour ne rien rater de l'actualité Metal & Rock ! Recevez chaque jour un condensé de l'actualité directement dans votre boîte mail !

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire les conditions générales d'utilisation.

News Metal & Rock les plus récentes

Le récap de la semaine (02-08 décembre 2019)

Cette semaine fut chargée en news. Pour vous simplifier la vie, voici le récap de la semaine du...

15:28 /

Dimebag Darrell de Pantera est mort il y a 15 ans aujourd’hui

Aujourd'hui marque le 15ème anniversaire de la mort de Dimebag Darrell, le guitariste de...

13:53 / / Pantera

Ozzy Osbourne offrira 25 000 $ à celui qui retrouvera le matos volé de Randy Rhoads

Il y a peu, du matos qui appartenait à Randy Rhoads a été volé à l’école de musique de...

11:46 / / Ozzy Osbourne

Intronaut publie un teaser pour sa nouvelle chanson Cubensis

Le groupe de Metal Progressif américain Intronaut vient de publier un teaser pour sa nouvelle...

10:52 / / Intronaut

AC/DC est de retour avec Brian Johnson et Phil Rudd (un nouvel album de Rock arrive !)

Vous vous rappelez probablement de la rumeur qui disait qu'AC/DC allait partir en tournée mondiale...

08:37 / / AC/DC

Devin Townsend est bel et bien décidé à revisiter le catalogue de Strapping Young Lad en live

Avant sa performance du 21 novembre à Helsinki, en Finlande, Devin Townsend s'est entretenu avec...

07/12 / / Devin Townsend

Le guitariste de Bad Wolves dit que le Metalcore est ce qui a tué le Nu Metal

Kerrang! vient de sortir un nouvel épisode de son podcast Inside Track, cette fois-ci, détaillant...

07/12 / / Bad Wolves

Diabulus In Musica annonce son nouvel album Euphonic Entropy (Metal Symphonique)

Le groupe de Metal Symphonique espagnol Diabulus In Musica vient d'annoncer les détails de son...

07/12 / / Diabulus In Musica

Led Zeppelin se met aux petites voitures

Cette année, on a eu le droit à pas mal de merchandising incroyable, ne serait-ce qu'avec les...

07/12 / / Led Zeppelin

Metal & Rock : Les stats Spotify des groupes en 2019

Dans ce qui est devenu une tradition, Spotify, le service de musique en streaming, a publié sa...

07/12 /