Asomvel

Asomvel
World Shaker

Review de , le

C’est le dernier album en date (bien qu’un autre soit en production à l’heure où j’écris ces phrases) de ce groupe que l’on pourrait classer dans les revival comme Greta Van Fleet ; pourtant je ne suis (vraiment) pas fan de Van Fleet car copier tel quel un riff et s’inspirer autant de Led Zeppelin n’a pas d’intérêt à mes yeux, même si ça sonne et que les musiciens sont bons.

Si je n’aime pas ce concept pourquoi si bien noter cet album ? Et bien, Motörhead n’a pas la même élégance que Zeppelin (proche de la possession musicale et de l’alchimie par excellence), non Motörhead c’est du Speed-Rock N’ Roll crade et violent ; et dans cette époque de plaintes incessantes de la part des artistes dans leurs chansons et de leurs faiblesses auditives : je suis heureux de retrouver un groupe crade, violent, bruyant, qui joue à fond avec une puissance dans ses textes.

Asomvel, c’est un groupe de début des 90’s (époque de m*rde mais pas que heureusement). Après le décès du membre fondateur, c’est son neveu qui reprend le relais : tout comme AC/DC, c’est une affaire de famille ; en parlant d’AC/DC, le chanteur (qui est le remplaçant donc) atteint la voix de Lemmy comme celle de Brian Johnson sur certaines de leurs chansons. En effet, ce sont les inspirations majeures de ce groupe : Rickenbacker en main, amplis poussés à fond, voix cassée et rythmique en béton.

C’est le style de Rock/Metal qui m’a définitivement ancré dans ce monde, le retrouver c’est comme retourner dans son pays/sa ville d’origine ; c’est connu mais ça redevient une découverte.

Je ne ferai pas ici la liste des chansons de cet album, il faut l’écouter en entier c’est sauvage et lourd, pas besoin de réflexion ; si Motörhead et AC/DC ne sont que l’héritage de Chuck Berry et de divers artistes blues (de Muddy Waters à John Lee Hooker ou Little Richard) et de rythmiques de la country américaine (Johnny Cash et autres) ; alors Asomvel n’est que l’héritage d’AC/DC et de Motörhead.

Car si nous l’oublions souvent lorsque l’on écoute du Metallica ou du Megadeth, on écoute du Motörhead et donc on écoute aussi du Little Richard (vulgarisé, mais vous comprenez l’idée) donc tout est une histoire d’héritage, d’influences et de partages de la connaissance.

Asomvel continue d’alimenter cet héritage, et ça me satisfait au plus haut point : un groupe moderne qui en jette autant (mis à part Airbourne), ce n’est pas tous les jours ; puis je ne parle même pas du public : 3 à 4 générations qui hurlent dans une salle avec les musiciens, gueulant haut et fort des hymnes Rock N’ Roll sauvages et violents, il n’y a rien de plus beau.

Vous avez déjà voté !

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.