MetalZone débarque sur ton mobile !
Lecture 17 min.

Metallica : Les quatre cavaliers du Thrash Metal !

Metallica est un groupe de Heavy Metal, formé en 1981 à Los Angeles en Californie, bien que son histoire soit intrinsèquement liée à la ville de San Francisco. Il s’agit de l’un des groupes de Metal les plus importants et les plus influents de tous les temps, de son Thrash Metal originel jusqu’à repousser les limites du Metal et du Hard Rock grand public, tout en s’installant dans son rôle de groupe populaire et iconique au fil des décennies. Entre l’énergie brute et les compositions complexes de Speed Metal de son premier album de 1983, Kill ‘Em All, et la production profilée pour la radio du Black Album de 1991, le groupe a produit un album classique après l’autre. Metallica a remporté dix Grammy Awards et cinq de ses albums ont débuté directement à la première place du Billboard 200. Il se classe parmi les groupes les plus lucratifs de tous les temps, avec plus de 200 millions de disques vendus dans le monde et étant le troisième plus gros vendeurs d’albums aux États-Unis, tous styles confondus. Tout au long des années 90 et au-delà, Metallica a été très actif en tant que groupe de tournées des stades, tout en sortant régulièrement de nouveaux albums. Les riffs de guitare féroces, la voix rugissante de James mais qui sait aussi explorer la douceur en puissance et la composition de la batterie juste et percutante sont restés au cœur de la musique du groupe, même s’il a exploré de nouveaux univers sur divers albums comme St. Anger en 2003 ou son dixième album studio, Hardwired…To Self-Destruct en 2016. Malgré les nombreuses ombres au tableau, après 40 ans d’existence, des productions emblématiques et controversées, des tournées de stades à travers le monde entier, Metallica est LA référence !

L’émergence du Thrash Metal & le début de la chevauchée

Metallica a été formé à Los Angeles en 1981 par le batteur Lars Ulrich. Il a lancé un appel aux musiciens locaux pour former un nouveau groupe, et finalement une première formation a été constituée, comprenant le guitariste/chanteur James Hetfield, le bassiste Ron McGovney et le guitariste solo Llyod Grant.

Dans sa première itération, Metallica a combiné les rythmes rapides de groupes de Punk hardcore avec l’influence de formations plus obscures de la New Wave Of British Heavy Metal (NWOBHM) qui se développait à la même époque, ce qui a donné naissance à l’un des premiers albums de Thrash Metal.

Metallica a produit quelques démos avec Ron McGovney avant de lui demander de quitter le groupe après avoir rencontré le mythique et talentueux bassiste, Cliff Burton. Le guitariste Lloyd Grant est remplacé par un certain Dave Mustaine. Après ces quelques changements de line-up au cours de l’année 1982, le quatuor s’est lancé dans l’enregistrement de son premier album, en 1983.

Pendant les sessions d’enregistrement, cependant, les problèmes de toxicomanie et d’alcoolisme de Dave Mustaine, ont entraîné son renvoi du groupe. Il a été rapidement remplacé grâce au recrutement d’un nouveau guitariste, Kirk Hammett, pour terminer l’enregistrement du premier opus.

La légende veut qu’un jour, dans un accès de paranoïa, Dave Mustaine ait lâché ses chiens sur les autres membres du groupe… Bien que Dave ait été longtemps hanté par ses démons intérieurs et que son passage au sein du groupe ait été relativement court, il a largement participé à la création du style Metallica à la guitare. Ce style emblématique de guitare qui, bien après son départ, a grandement contribué à la consécration et la reconnaissance de Metallica en tant que mastodonte du Metal !

Pour autant l’histoire de Dave Mustaine avec la musique Metal ne s’est pas arrêtée là. Après avoir rencontré un certain David Ellefson, les deux amis ont fondé Megadeth, vous connaissez ? Dave Mustaine est considéré comme un des pères fondateurs du Thrash Metal !

Sorti en 1983, le premier album de Metallica, Kill ‘Em All, a marqué le début de la légitimation du Heavy Metal alors marginalisé, apportant une complexité et une profondeur nouvelles au Thrash Metal. Cet opus est considéré par beaucoup comme l’une des origines du Thrash Metal. Kill ‘Em All a été une pure puissance destructrice, exécutée avec une précision chirurgicale, il a fusionné les riffs complexes de la NWOBHM comme ceux de Judas Priest, Iron Maiden et Diamond Head avec la férocité de Motörhead et du Punk hardcore. Grâce à cette première production qui a connu un succès commercial honorable dès sa sortie, Metallica a commencé à se faire connaître mais il a fallu attendre, la sortie du troisième album en 1986, pour que Kill ‘Em All soit reconsidéré à sa juste valeur et comme presque tous les albums de la discographie de Metallica, soit récompensé de nombreux prix et des ventes records.

Si Kill ‘Em All a annoncé littéralement la révolution musicale que Metallica allait provoquer, c’est son deuxième album, Ride the Lightning, qui a suivi rapidement en 1984, qui a constitué le prodigieux uppercut asséné à l’environnement musical de son époque. En effet, cet opus a approfondi le son du groupe avec l’inclusion d’éléments de guitare classique et de ballade sombre ; porté par une créativité musicale puissante, cet opus nous a gratifié d’épopées Progressive, de Groove et de Thrash Metal dans le plus pur style ! The Call Of Ktulu, Fade To Black, Creeping Death ou encore Ride The Lightning sont devenus des classiques ! Pourtant, dès sa sortie, cet opus a subi la foudre de certains critiques, qui ont affirmé que Metallica s’était réorienté vers un style plus accessible… Ce qui est devenu, a posteriori, bien plus préoccupant !

La légende Metallica était déjà en route. Les ventes ont largement dépassé les capacités de production de leur label et le groupe a été submergé par les propositions. Metallica a fini par signer chez Elektra Records, qui comptait dans ses rangs à l’époque Mötley Crüe et Dokken.

Master of Puppets, le troisième album est sorti en 1986 ! Si les deux premiers opus ont permis à Metallica de croître, de signer sur un label majeur et de partir en tournées, c’est ce troisième album, Master Of Puppets, qui a fait exploser la notoriété du groupe ! Cet album était un condensé des premières années de Metallica, une véritable pépite musicale qui a décimé les frontières classiques du Heavy Metal et a touché un public beaucoup plus large. Metallica a fait preuve d’une technicité plus précise et d’une production plus musclée au service d’une puissance et d’une virtuosité musicales. Master Of Puppets a été le premier album de Thrash Metal de l’histoire à être certifié platine aux États-Unis, où il s’est vendu à plus de six millions d’exemplaires. Cet album est considéré comme la clef de voûte de la discographie du groupe et une référence dans la musique Metal au sens large.

Après la sortie de leur chef-d’œuvre, une tragédie a frappé le groupe lorsque leur bus de tournée s’est renversé le 27 septembre 1986 en Suède. Cliff Burton est mort dans l’accident.
Cliff Burton contrairement à la grande majorité des bassistes des groupes de Metal et de Rock, a porté le jeu de basse à un niveau supérieur, jouant un rôle mélodique et soliste, tout en fournissant la base harmonique et rythmique du groupe. La légende raconte qu’un soir, James et Kirk se sont rendus à un concert et, n’ayant alors pas de visibilité sur la scène, ont été époustouflés par le guitariste qu’ils ont entendu et ont insisté pour le rencontrer… En réalité, c’était le bassiste, c’était le monstrueux Cliff Burton !

Malgré une carrière écourtée, les lignes de basse de Cliff Burton résonnent encore jusqu’à nos jours et il est considéré à juste titre comme un virtuose, un véritable bassiste de Thrash Metal au sommet de son art.

Metallica

Jason Newsted a été choisi pour remplacer Cliff Burton à la basse, quelque temps après la tragédie, toujours en 1986. Jason était alors le bassiste de Flotsam And Jetsam, il a désiré rejoindre Metallica et aurait appris l’intégralité du répertoire du groupe en un temps-record. La légende raconte que lors de son audition, à la question quel est votre guitariste préféré, il ait répondu, Dave Mustaine…

Metallica, à nouveau au complet mais n’acceptant toujours pas la perte du mythique Cliff Burton, a néanmoins repris la route et a enchaîné les tournées et les productions parallèles.
Deux ans plus tard, Metallica a sorti l’ambitieux album …And Justice for All en 1988, qui a atteint le Top 10 des charts aux États-Unis sans aucune diffusion à la radio et nous a gratifié d’un des succès les plus improbables dans la catégorie Metal, le single, One !

Les avis ont été plus que jamais partagés entre un chef-d’œuvre qui a manqué de justesse et un projet pompeux qui s’est essoufflé… Peu importe, cet opus a été un succès commercial phénoménal, accumulant les prix et repoussant une fois de plus les limites du nombre d’exemplaires vendus, Metallica était indéniablement un mastodonte !

La haute trahison et l’absolue consécration !

Mais c’est avec l’album éponyme de Metallica qui est sorti en 1991, plus connu sous le nom de Black Album en raison de la pochette quasi intégralement noire, que le groupe a franchi un cap et s’est ouvert définitivement au grand public en troquant ses longues compositions pour des structures de chansons plus concises et plus adaptées aux ondes radio.

Parsemé de tubes comme Wherever I May Roam et Enter Sandman, il a donné lieu à un album numéro un qui s’est vendu à plus de sept millions d’exemplaires aux États-Unis. Le Black album a été l’album le plus vendu du groupe et s’est écoulé à 30 millions d’exemplaires dans le monde, ce qui en fait l’un des albums les plus vendus de l’histoire de la musique.

Musicalement, Metallica a mis de côté les expérimentations Progressives et s’est recentré sur un style simple et efficace, garanti en partie par une production concise dirigée par Bob Rock. Cet opus a été l’un des albums les plus controversés de l’histoire du Metal et a créé un précédent dans l’industrie musicale ; pour certains fans inconditionnels, il a annoncé le déclin artistique de Metallica à une époque où son succès commercial était en plein essor.

À la suite de la sortie cet opus, Metallica s’est lancé dans une longue tournée qui a duré près de deux ans.

Cette tournée a été le théâtre d’un évènement majeur dans l’histoire du Metal, le concert anthologique, Monsters Of Rock de 1991 à Moscou, plus précisément sur le terrain militaire de Tushino. Aux côtés de AC/DC, Pantera et Black Crowes, Metallica a joué devant un public de 500 000 personnes selon l’estimation des autorités locales et de près d’un million de personnes, selon les syndicats…

Sur fond de conjoncture politique particulière (chute de l’U.R.S.S.), c’est l’armée rouge qui a assuré la sécurité de cet évènement, qui a littéralement dégénéré en émeutes, entraînant l’intervention de blindés et d’hélicoptères de combat…

Dans les années 90, Metallica a changé les règles du jeu pour tous les groupes de Heavy Metal ; le groupe était incontestablement respecté par tous, qu’il s’agisse des fans puristes de Thrash Metal, qui ont évidemment adoré les premières productions du groupe, ou des fans de Rock plus occasionnels qui se sont ralliés à la cause de Metallica grâce au battage médiatique des radios et des chaînes de télévision, sans oublier, les performances scéniques anthologiques que Metallica était capable de servir. D’autre part, Metallica avait également gagné le respect des critiques et des professionnels de l’industrie musicale de l’époque.

Aucun autre groupe de Heavy Metal n’a jamais été capable de réaliser un tel exploit. Cependant, le groupe a perdu une partie de son public de la première heure avec son album qui est sorti en 1996, Load, qui a été considéré comme la trahison de trop, bien que l’album ait été un succès dès sa sortie cet été là, entrant dans les charts à la première place et se vendant à trois millions d’exemplaires en deux mois.

Parallèlement à cette sortie, le groupe a fait évoluer son image vers le Rock Alternatif : dixit les cheveux longs et gras, le groupe est devenu cette infatigable machine infernale qui s’est fait connaître de tous et qui a joué dans presque tous les grands stades du monde. Metallica est devenu un monstre dépassé par sa notoriété et son succès, un colosse aux pieds d’argile !

ReLoad, le septième album de Metallica, qui a combiné de nouvelles compositions avec des chansons qui ont été écrites durant l’enregistrement de l’album précédent, est sorti en 1997 ; malgré de très sévères critiques, il s’est écoulé au rythme désormais habituellement soutenu et a donné naissance à plusieurs singles à succès, dont Fuel et The Memory Remains. A cette période de sa carrière, certains critiques ont affirmé que Metallica pouvait se permettre de sortir un album quelconque mais que les ventes de l’album et des places de concerts seraient assurées par la pharaonique notoriété du groupe qui est littéralement devenu une institution aux États-Unis et dans le monde entier. ReLoad s’est hissé à la première position des charts dans sept pays !

Garage Inc, un double album de chansons inédites et de reprises, a suivi en 1998, qui n’était pas considéré comme un album à part entière, mais plutôt comme une compilation. La reprise par Metallica de Turn the Page de Bob Seger a contribué à maintenir leur présence dans les charts, et le groupe a continué d’inonder le marché avec le mythique S&M en 1999. S&M a été enregistré lors d’un concert avec l’orchestre symphonique de San Francisco, cet opus a démarré à la deuxième place des charts, confirmant à nouveau l’immense popularité du groupe.

Metallica a passé la majeure partie de l’année 2000 dans la controverse en menant une bataille juridique contre Napster, un service de partage de fichiers qui permettait aux utilisateurs de télécharger gratuitement des fichiers musicaux…

S’attaquant de manière agressive à la violation des droits d’auteur de ses productions, Metallica a réussi à bannir plus de 300 000 utilisateurs du service, créant ainsi un vaste débat sur la disponibilité de la musique numérique qui reste tristement d’actualité.
En janvier 2001, le bassiste Jason Newsted a annoncé son départ du groupe en bons termes. Peu après la participation du groupe aux ESPN Awards en avril de la même année, James Hetfield, Kirk Hammett et Lars Ulrich sont entrés en studio d’enregistrement pour commencer à travailler sur leur prochain album, avec le producteur Bob Rock qui a assuré la basse en studio.

En juillet 2001, Metallica a abandonné de façon surprenante son procès contre Napster, affirmant que sa position controversée avait fait plus de mal que de bien à son image de groupe populaire. Ce même été, les sessions d’enregistrement du groupe sont mises entre parenthèses car James Hetfield est entré dans un centre de désintoxication pour lutter contre ses addictions. Il a terminé son traitement et a rejoint Metallica en studio en 2002 pour enregistrer St. Anger, qui est sorti en 2003. Malgré une attente de six ans, cet opus était dans la digne lignée des productions de la dernière partie de la discographie de Metallica. Il s’est hissé à la première position des charts dans douze pays et assuré un succès commercial planétaire, Metallica a persévéré dans la voie qui l’a mené au statut de légende !

L’enregistrement de St. Anger s’est conclu sur une recherche effrénée d’un nouveau bassiste. Après de très nombreuses auditions, c’est l’ex-bassiste d’Ozzy Osbourne et de Suicidal Tendencies, Robert Trujillo, qui a été recruté et il a rejoint Metallica durant leur tournée planétaire de 2003.

Quatre ans plus tard, Metallica a sorti son neuvième album Death Magnetic en 2008. Un album énergique et puissant qui a permis au groupe d’effectuer un retour aux sources, celles des années 80. L’ancien producteur de Slayer, Rick Rubin, a remplacé le producteur de longue date du groupe, Bob Rock. Rick a réussi à réinjecter un peu de Thrash Metal dans la musique de Metallica… Rétrospectivement, c’est pour le moins intrigant… Injecter du Thrash Metal dans Metallica…

Quant à Kirk Hammett, qui s’était vu interdire de jouer des solos de guitare sur St. Anger, a repris dignement sa place de guitariste soliste.

Cet opus a été un retour en force qui a satisfait presque tous les différents publics du groupe et a été un pharaonique succès commercial !

Death Magnetic a passé trois semaines en tête du classement du Billboard et s’est hissé à la première position des charts dans dix-huit pays… La messe est dite !

Au cours des années suivantes, Metallica s’est lancé dans une série de tournées de stades à travers le monde et dans de nombreux projets parallèles, tout en travaillant à l’écriture d’un nouvel album studio.

En novembre 2016 Metallica a sorti son dixième album, Hardwired…To Self-Destruct, un double album qui a été la première nouvelle musique du groupe depuis huit ans. Si cet opus n’a pas brillé par une volonté sauvage de puissance Thrash Metal, il a rayonné grâce à la créativité musicale portée par une technicité et une maturité artistiques.

Produit par Greg Fidelman, James Hetfield et Lars Ulrich, cet opus a débuté, dès sa sortie, à la première position des charts dans le monde entier. Alors que Metallica a commencé sa carrière en 1981, cet album sorti en 2016, a prouvé que les quatre cavaliers de l’apocalypse étaient inoxydables !

Metallica
© Golden 1 Center

En 2019, Metallica a célébré le 20e anniversaire de S&M en se réunissant à nouveau avec l’orchestre symphonique de San Francisco pour plusieurs concerts d’arrangements orchestraux de leurs chansons originales. Ces concerts ont fourni la matière première de S&M2, qui est sorti en 2020.

Metallica a interrompu sa tournée de 2019 car James Hetfield a dû une fois de plus faire face à ses démons intérieurs et a été admis de nouveau en cure de désintoxication…

Mort, addictions, critiques, disputes, scandales… Jusqu’à présent, rien n’a pu arrêter l’infernale chevauchée des quatre cavaliers, même si certains d’entre eux ont passé le relais !

Les anecdotes sur Metallica