Dans les coulisses de Wage War : entretien avec le bassiste Chris Gaylord sur Stigma et l'évolution du groupe

à 10 h 11 min
Lecture 4 min.
Dans les coulisses de Wage War : entretien avec le bassiste Chris Gaylord sur Stigma et l'évolution du groupe
© Tetralens

Wage War, le groupe américain de Metalcore, a fait des vagues sur la scène musicale avec son son intense et ses paroles brutes et émotives. Avec la sortie (imminente) de son dernier album, Stigma, le groupe continue de repousser les limites de son genre, en incorporant des éléments industriels et en s’inspirant des icônes du Metal des années 90. Dans une interview exclusive, Chris Gaylord, le bassiste du groupe, nous parle de l’élaboration de Stigma, de l’évolution du groupe et de ses projets futurs.

Le processus créatif derrière Stigma

L’enregistrement de Stigma a marqué une étape importante pour Wage War. Selon Chris Gaylord, c’est l’album qu’ils ont préféré créer. “Nous nous sommes déplacés à plusieurs reprises pour écrire l’album dès les premières démos, ce qui nous a permis de collaborer et d’avoir une bonne idée de la direction que prendrait l’album”, se souvient-il. Une grande partie de l’album a été produite dans le home studio du guitariste/chanteur Cody Quistad à Nashville, un lieu qui a favorisé la créativité. “Les environnements peu stressants favorisent la créativité”, note Chris.

Fusionner le metalcore avec des éléments industriels

Stigma se distingue non seulement par sa base heavy metalcore mais aussi par ses influences industrielles. Chris explique que le groupe s’est beaucoup inspiré des légendes du metal des années 90 telles que Metallica, Pantera, Korn et Disturbed. “Ces influences transparaissent dans des morceaux comme Self Sacrifice et Tombstone”, explique-t-il, soulignant comment le groupe a décidé d’intégrer ces éléments à son son.

L’histoire de Blur

L’un des titres phares de Stigma est Blur, une chanson qui allie des mélodies entraînantes à des paroles profondément émouvantes. “Blur a été l’une des premières chansons écrites pour Stigma”, explique Chris. La chanson aborde les thèmes de l’identité et de l’autoréflexion. “Elle parle du fait de se regarder dans le miroir et de ne pas reconnaître la personne en face de soi. Dans la vie, il est facile de foncer tête baissée, mais nous oublions souvent de relever la tête en cours de route. Il s’agit de ce sentiment d’insécurité par rapport aux choix que nous avons faits ou à ce que nous sommes devenus.”

Donner vie à Stigma en concert

Pour les membres de Wage War, la scène est un aspect crucial de leur art. Chris explique que le groupe a gardé à l’esprit la scène tout au long du processus d’écriture de Stigma. “Il y a beaucoup de moments amusants avec la foule que nous attendons avec impatience”, dit-il. Le morceau d’ouverture, The Show’s About to Start, a été spécifiquement écrit comme une intro live, capturant le suspense et l’unité de l’expérience d’un concert live. Chris est particulièrement enthousiaste à l’idée d’interpréter Happy Hunting en direct, le décrivant comme un “morceau rebondissant” qui, selon lui, sera un succès auprès du public.

Plans futurs et évolution

Pour ce qui est de l’avenir, Wage War s’engage à faire évoluer son son et à poursuivre son voyage musical. “Nous prévoyons de faire cela jusqu’à ce que les roues [du bus de tournée] tombent. Continuer à faire évoluer notre son est toujours une priorité pour nous”, affirme Chris. En repensant à leur précédent album, Manic, Chris révèle qu’il a donné au groupe la confiance nécessaire pour prendre des risques et créer de la musique selon ses propres termes. “Nous avons tous une meilleure compréhension de ce qui fonctionne pour notre groupe d’un point de vue sonore, tout en ayant la confiance nécessaire pour sortir de notre zone de confort.”

Influences musicales actuelles

Lorsqu’on lui demande de parler de la musique qu’il apprécie en ce moment, Chris mentionne un large éventail d’artistes tels que Thrown, Limp Bizkit, Bad Omens, Bring Me The Horizon et Post Malone. Ces influences reflètent les goûts éclectiques du groupe et sa volonté de s’inspirer de différents genres.

Un message aux fans francophones

Alors que Wage War continue de tourner et de partager sa musique avec le monde entier, Chris a un message spécial pour ses fans francophones. “Nous espérons que vous apprécierez notre album autant que nous avons aimé le faire, et nous sommes impatients d’apporter ces nouvelles chansons de votre côté du monde !”

Le nouvel album de Wage War, Stigma, sortira le 21 juin chez Fearless Records.

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Wage War
L'actu Metalcore