Les reviews utilisateurs sont de retour !

Nicolas Delestrade de Novelists : "Les torsades de Barilla Academia sont juste extraordinaires"

à 0 h 00 min
Lecture 24 min.
nicolas-delestrade-novelists
nicolas-delestrade-novelists

Pour la première interview de MetalZone, nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Nicolas Delestrade, le bassiste et manager du groupe de Metalcore français Novelists. Vous trouverez de nombreuses anecdotes sur Nicolas et tous les membres du groupe. Parmi elles, ses meilleurs moments de tournée, des infos sur son studio, les groupes qu’il suit en ce moment, sa passion pour la Pop et les pâtes, et bien plus encore ! Nous souhaitons remercier Nicolas pour son sens du partage et sa disponibilité. For the non-French readers, find the English version of the interview below !

Interview de Novelists

MetalZone : Pour commencer, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ? 

Novelists : Je m’appelle Nicolas, je suis bassiste et manager du groupe de Metal français Novelists. Nous sommes basés à Paris. Je m’occupe aussi de la production avec Amaël. On se partage les tâches (enregistrement, mix et mastering). Maintenant, on s’occupe même de notre son live nous-mêmes. En ce moment, je m’éloigne un peu du côté production. J’essaie de composer de nouveau, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas fait. J’ai encore jamais écrit une compo pour Novelists, je commence à m’y mettre doucement. Ça me manquait de ne plus écrire. Je le faisais à l’époque dans mon ancien groupe.

MetalZone : Vous avez récemment fait votre première tournée en Asie, comment ça s’est passé ?

Novelists : Je pense que c’est la meilleure tournée qu’on ait jamais faite. L’Asie c’est vraiment différent, et la Chine tout particulièrement. Les gens vivent sous un régime totalitaire où presque tout est censuré. Ils ont pas Google, Facebook, Spotify… On s’attendait à ce que personne ne nous connaisse, car ils ont aucun des outils marketing qu’on utilise. En fait, le public était au rendez-vous et les gens étaient totalement fous. C’était vraiment une expérience de dingue.

MetalZone :  Quel est ton meilleur souvenir de tournée ? 

Novelists : C’est pas forcément les concerts. Souvent c’est les jours de repos où on peut se poser. J’essaie d’organiser une activité sympa pour souder le groupe. Question de pas être juste des collègues. Ça peut paraitre bête, mais ce que je retiens c’est un bon airbnb, un bon resto. Les moments de pause, sans stress. Quand on est 4 potes à se faire une bonne bouffe. C’est ce qui me marque le plus.

MetalZone : Pendant qu’on parle des tournées, vous revenez tout juste de rentrer de votre première tournée américaine, comment ça s’est passé ?

Novelists : Très bien passé. C’était surprenant niveau financier. On s’attendait à perdre de l’argent. La première tournée US pour les groupes européens a toujours des frais énormes. Et on était pas sûr qu’on allait réussir à tout rembourser. On était à 30000 dollars de frais. On s’est dit “c’est pas grave, même si on est déficitaire, on y retournera et la prochaine fois ça sera plus rentable”. Étonnamment, on est rentré en positif. On a vendu un maximum de merchs, et pourtant les concerts étaient pas toujours pleins. On a eu un super contact avec les fans. On a pu rencontrer notre agent américain qui a l’air d’être quelqu’un de motivé. C’était vraiment cool. 

MetalZone : Vous vous êtes déplacés comment ? En van ?

Novelists : On est un peu des divas. On a été gâté par plusieurs tournées en tourbus dès le début du groupe. Du coup, retourner au van c’est assez difficile. Tourner en van ça nous fait pas kiffer. On est crevé, c’est pas agréable. Pour celle-ci, on a pris un gros camping-car avec tout ce qu’il faut. Les autres groupes utilisent souvent un van avec un trailer. Ils nous disent qu’on perd de l’argent. Mais j’me suis toujours dit que c’était mieux d’être de bonne humeur que d’économiser 4000 balles et avoir envie de se tuer à la fin de la tournée. On pense long terme. On veut que le groupe dure alors il faut pas qu’on ait envie de se flinguer. 

MetalZone : Quelle est la plus belle rencontre que tu as faite en tournée ?

Novelists : Et bien c’est encore pendant les jours de repos. En octobre 2017, pendant la tournée avec Make Them Suffer, on avait loué un camping-car. Il était dégueulasse, et au bout de 3 jours de tournée on s’est arrêté quelque part pour tout nettoyer. On a trouvé une station de lavage dans la campagne en Ecosse. Il n’y avait rien à des kilomètre à la ronde, à part la station et un vieux monsieur super sympa. Il nous a aidés à tout nettoyer, et il nous a pas fait payer. Il en a profité pour nous montrer sa moto et nous payer des bières. Il nous a raconté sa vie pendant 1 heure, c’était adorable. Autrement, je suis aussi bon ami avec Conor Hesse de Erra. Ça fait des années qu’on est contact. Je pense c’est mon meilleur ami dans le milieu de la musique. Après y a aussi beaucoup de groupes avec qui on s’entend bien : Make Them Suffer, Betraying The Martyrs, Landmvrks, Kadinja… 

MetalZone : Pourquoi as-tu choisi de faire de la musique ? 

Novelists : Je sais pas, ça m’est un peu tombé dessus comme ça. Je devais aller en prépa pour une école d’ingé. J’ai refusé, je suis allé à la fac, et je foutais rien. J’ai sauté 2 classes, alors j’ai eu mon appart à la fac seul à 16 ans et demi. J’avais pas du tout la discipline pour aller en cours. Du coup, je glandais et je jouais de la guitare. Je voyais beaucoup Charly, qui était dans Novelists jusqu’à l’année dernière. Il me faisait écouter du Metal, et me montrait des trucs à la guitare. Puis on a décidé de fonder un groupe. Ça nous plaisait bien. Puis on a arrêté, et Novelists est arrivé. Ça s’est fait assez naturellement, je pensais pas faire de la musique mon métier. 

MetalZone : Peux-tu partager avec nous le nom des artistes et/ou albums que tu écoutes le plus en ce moment ?‍

Novelists : J’écoute pas trop de choses de 2018. J’ai adoré le dernier album de Lower Than Atlantis. J’écoute pas tellement de Metal, j’aime bien écouter Northlane, Polaris, ce genre de groupes. Mais généralement j’écoute plus de la Pop, genre Camila Cabello, Justin Bieber, Halsey… Pas trop de Metal, plutôt de la soupe quoi. Ah si, j’écoute Deftones et Bring Me The Horizon. D’ailleurs, j’ai bien aimé le dernier single de BMTH (Medicine). Le producteur du groupe c’est Dan Lancaster, et j’suis un grand fan de ce gars. On sent qu’il a bien mis sa patte dans le single. J’en ai marre des producteurs qui apportent juste un côté technique, qui cherchent le son parfait. Au final, tout commence à se ressembler. Des mecs comme Nolly de Periphery par exemple, c’est pas tellement mon délire. Dan Lancaster, en plus d’être un excellent ingé son, apporte quelque chose de plus. Ce qu’il fait a plus de personnalité que les autres. 

MetalZone : Quelle est ta chanson préférée de Novelists

Novelists : Twenty Years, car c’est la première chanson qu’on a sortie. Elle aura toujours une place dans nos coeurs, une sorte de valeur sentimentale. Aussi, souvent, nos goûts s’adaptent à la réaction des gens. Y’a des morceaux que j’adorais avant qu’ils sortent, puis ils ont pas tellement marché, alors maintenant je les aime moins. Par exemple, L’Appel Du Vide a pas beaucoup fonctionné et j’ai du mal à l’écouter maintenant. Alors que typiquement, Souvenirs, je l’aimais pas beaucoup, mais elle a tellement fonctionné que maintenant je l’apprécie beaucoup plus. Mes favorites sont À Travers Le Miroir, Monochrome… ce genre de chansons. Eyes Wide Shut j’aime moins, elle est plus vénère, elle a moins de personnalité. C’est un bon single mais elle est moins profonde. Elle est plus facile à écouter, et du coup plus facile à s’en lasser. 

MetalZone : Est-ce que le prochain opus de Novelists sera un album concept comme Noir

Novelists : Non, je pense pas. Noir était un album particulier. Nos labels nous ont dit que c’était trop tôt dans notre carrière pour faire un album comme ça. Et ils avaient certainement raison car plein de fans nous ont pas suivis. Avec Noir, on voulait juste faire ce qu’il nous plaisait. On l’a un peu regretté car on s’est dit qu’on aurait mieux fait de le sortir en 3 ou 4ème album. Du coup, je pense que le prochain sera beaucoup plus classique. Dans le sens où ça sera une collection de morceaux différents sans lien particulier entre eux. On va faire des trucs plus sexy pour attirer de nouveaux fans. On va innover tout en gardant ce que les anciens fans aiment. Mais, un album concept, c’est quelque chose que j’ai envie de refaire à l’avenir. Quand j’écoute Noir de A à Z, c’est vraiment un album cohérent. Le coup des 4 mouvements, c’est Flo, guitariste classique à la base, qui nous a dit qu’il voulait apporter ce phénomène de la musique classique dans le Metal. On s’est dit que c’était une bonne idée, et ça nous a permis d’exprimer nos différentes facettes musicales.

MetalZone : Y aura-t-il des featurings sur le nouvel album de Novelists

Novelists : Ouais, je pense. Perso, je veux un feat avec Alazka. Je suis un fan du groupe depuis des années et on est devenu des bons amis. J’aimerais même faire une collab complète et pas juste un feat. Autrement, j’aimerais bien Aaron Marshall d’Intervals. D’ailleurs, petite anecdote : on ne devait pas avoir Jesse Cash d’Erra sur l’album. Au départ, on avait juste du mal à trouver un refrain sur Joie De Vivre, alors j’ai envoyé la chanson à Conor d’Erra et il m’a dit qu’il allait demander à Jesse de trouver une mélodie. Il nous l’a envoyée, on a bien aimé mais Jesse a une voix tellement haute que Mattéo ne pouvait pas chanter la ligne. Et vu qu’on aime bien les gars d’Erra, on a gardé tel quel. 

MetalZone : On a vu que t’aimais bien la Pop, et que t’avais des goûts variés. Si tu devais faire une collab avec un artiste français, qui choisirais-tu ?

Novelists : PNL je pense. C’est le seul artiste français que j’aime vraiment bien.

MetalZone : Et si tu devais choisir une star de renommée mondiale ?

Novelists : Shawn Mendes ou Chino Moreno de Deftones.

MetalZone : Quelle est l’importance du marketing dans le monde de la musique ? 

Novelists : Le marketing c’est important, mais pas autant que je le pensais. Y’a des groupes qui sont énormes à cause du marketing. Mais ça dépend du style. Quand tu t’adresses aux jeunes, le marketing c’est efficace. Mais si tu t’adresses à de grands fans de musique et des initiés, c’est pas si important. Il vaut mieux avoir de très bonnes compo. Le marketing sert à amener le produit aux oreilles des gens, mais si c’est nul tout le monde s’en fiche. Le plus important c’est de produire de la bonne musique. Le marketing ça vient après. Ce n’est pas la clé du succès, c’est juste un élément dans une longue chaîne. 

MetalZone : Peux-tu nous donner le nom d’un artiste de la scène Metal actuelle qui est selon toi sous-estimé ? 

Novelists : Alazka, je ne comprends pas pourquoi le groupe n’est pas plus gros. C’est vraiment le plus sous-estimé à mes yeux. En France, je dirais Landmvrks, même s’ils commencent à faire du bruit. Kadinja aussi, bien qu’ils viennent d’être signés. Ah, c’est pas du Metal, mais y’a également New Blow, un tout petit groupe de Rock. Allez écouter le morceau Invincible, c’est mortel. 

MetalZone : Comment est né le DNA Music Studio

Novelists : Y’a 9 ans, avec mon premier groupe, on est allé chez un ingé son. Ça a coûté cher et c’était catastrophique. Je connaissais rien mais je trouvais que ça sonnait mal. Du coup, j’ai commencé à enregistrer et mixer un peu tout seul. J’étais pas très bon au départ. Au fil du temps, j’ai pas mal bossé et j’ai commencé à en faire un business. J’ai eu un paquet de groupes parisiens. J’avais pas vraiment prévu d’en faire un business mais ça me plaisait. C’est devenu quelque chose de plus sérieux et maintenant c’est mon boulot à temps plein. Amaël est aussi devenu bon avec le temps, alors on a monté le DNA Music Studio ensemble, et comme ça on arrive mieux à gérer la charge de travail. 

MetalZone : C’est quoi le plus dur à produire pour toi ? 

Novelists : La batterie. C’est le plus dur à bien capturer. Il faut que le batteur soit super bon, que la batterie soit accordée, que les micros soient bien choisis, bien placés… Autrement faut booster la performance avec des samples ou tout programmer. Pour Novelists par exemple, Eyes Wide Shut c’est la première vraie batterie. Avant c’était tout du MIDI. On fait partie de la génération sauvée par le MIDI. On a pris l’habitude que tout sonne bien sans rien faire, et j’suis pas sûr que ça nous ait rendu service.

MetalZone : Pour conclure, quelles sont tes pâtes préférées ? 

Novelists : J’ai plusieurs envies différentes, mais globalement, c’est les torsades de Barilla Academia, juste extraordinaire. Y’a aussi les linguines de De-cecco et les serpentinis de Panzani. Voilà mes pâtes préférées. Dans le groupe, on attache beaucoup d’importance à la nourriture. Si dans une journée tout est pourri mais qu’on mange des pâtes au pesto, ben ça devient la meilleure journée du monde. Quand je disais qu’on est des divas tout à l’heure, c’est pas vrai. En fait, il nous suffit de peu pour être vraiment heureux en tournée. Mais sans de la bonne nourriture, on a vraiment du mal et on est facilement très déprimé. En plus, en tournée t’es fatigué et t’as tendance à tout remettre en question. Au final, on est assez simple, mais sans ça on arrive pas à bien fonctionner. Chacun son truc.

MetalZone : Un dernier mot pour vos fans et nos lecteurs ?‍

Novelists : On est en train d’écrire le troisième album. On va essayer de tout enregistrer avant cet été, et de le sortir avant la fin de l’année. On espère que ça plaira ! Merci de m’avoir invité, c’était un plaisir.

Interview de Novelists (English Version)

MetalZone : Can you introduce yourself for those who don’t know you yet ?

Novelists : My name is Nicolas, I am the bassist and manager of the French Metal band Novelists. We are based in Paris. I also take care of the production with Amaël. We share the tasks (recording, mix and mastering). Now, we even take care of our own live sound. At the moment, I am moving away from the production side. I’m trying to compose again, it’s been a long time since I’ve done it. I’ve never written a piece for Novelists yet. I missed writing. I was doing it at the time in my old band.

MetalZone : You recently made your first Asian tour, how did it go ?

Novelists : I think it’s the best tour we’ve ever done. Asia is really different, and China especially. People live under a totalitarian regime where almost everything is censored. They do not have Google, Facebook, Spotify… We did not expect anyone to know us because they have none of the marketing tools we use. In fact, crowds were pretty big and people were totally crazy. It was a really crazy experience.

MetalZone : What is your best tour memory?

Novelists : It’s not necessarily concerts. Often it’s the days where you can rest. I always try to organize a nice activity to improve relationships within the band. In order not to be just colleagues. It may seem silly, but what I remember is a good airbnb, a good restaurant. Break times, without stress. When we are 4 friends having a great meal. That’s what sticks with me the most.

MetalZone : While we’re talking about touring, you’ve just returned from your first US tour, how did it go?

Novelists : Very good. It was surprising financially. We expected to lose money. The first US tour for European bands always has huge costs. And we were not sure we would be able to repay everything. We were at $ 30,000 in fees. We said “it does not matter, even if we are in deficit, we will come back and next time it will be more profitable”. Surprisingly, we came back positive. We sold a lot of merchs, even if the shows were not always full. We had a great feeling with the fans. We met our American agent who seems to be someone very motivated. It was very cool.

MetalZone : How did you travel? With a van?

Novelists: We are divas. We were spoiled by several tours with a tourbus at the beginning of the band. So, going back to the van is quite difficult. Touring in a van does not make us feel good. We are tired, it’s not nice. For this tour, we took a big camper with everything we needed. Other bands often use a van with a trailer. They tell us we are losing money. But I still think that it is better to be in a good mood than to save 4000 euros and want to kill yourself at the end of the tour. We think long term. We want the band to last, so we do not want to feel like killing each other.

MetalZone : What is the most beautiful encounter you’ve had on tour ?

Novelists : Well it’s still during the days of rest. In October 2017, during the tour with Make Them Suffer, we rented a camper. It was disgusting, and after 3 days of touring we stopped somewhere to clean everything up. We found a washing station in the countryside in Scotland. There was nothing for miles around, other than the station and a very nice old gentleman. He helped us clean everything up, and he did not charge us. He took the opportunity to show us his motorcycle and offered us beers. He told us about his life for 1 hour, it was adorable. Otherwise, I am also good friends with Conor Hesse of Erra. We’ve been in contact for years now. I think he’s my best friend in the music business. After that there are also a lot of bands with whom we get on well : Make Them Suffer, Betraying The Martyrs, Landmvrks, Kadinja

MetalZone : Why did you choose to make music ?

Novelists : I do not know, it just fell on me like that. I had to go prep for a school of engineering. I refused, I went to college, and I did not care. I was young and I did not have the discipline to go to class. So, I skipped classes and played the guitar. I saw my friend Charly a lot. He was in Novelists until last year. He made me listen to Metal, and showed me stuff on the guitar. Then we decided to start a band. We liked it. Then we stopped, and Novelists came to be. It was quite natural, I never expected music to become my job.

MetalZone : Can you share with us the names of the artists and / or albums that you listen to the most at the moment ?

Novelists : I do not listen to too many things from 2018. I loved the last album from Lower Than Atlantis. I do not listen to Metal so much, I like listening to Northlane, Polaris, that kind of bands. But generally I mostly listen to Pop music, like Camila Cabello, Justin Bieber, Halsey… Well, I also listen to Deftones and Bring Me The Horizon. By the way, I enjoyed the last single from BMTH (Medicine). The band’s producer is Dan Lancaster, and I’m a big fan of this guy. You can really feel his influence on the stuff he produces. I’m sick of producers who just bring a technical side, looking for the perfect sound. In the end, everything starts to sound alike. Guys like Nolly from Periphery for example, it’s not so much my cup of tea. Dan Lancaster, in addition to being an excellent sound engineer, brings something more. What he does has more personality than others.

MetalZone : What is your favorite Novelists song?

Novelists : Twenty Years, because this is the first song we released. It will always have a place in our hearts, a kind of sentimental value. Also, often, our tastes adapt to the reaction of people. There are songs I loved before they came out, and then they did not sell so much, so now I like them less. For example, L’Appel Du Vide did not worked so great and I have trouble listening to it now. On the other hand, I did not like Souvenirs that much, but it worked so much that now I appreciate it much more. My favorites are À Travers Le Miroir, Monochrome … this kind of songs. Eyes Wide Shut I enjoy less, it is more angry, it has less personality. It is a good single but it is less deep. It’s easier to listen to, and therefore easier to get bored.

MetalZone : Will the next Novelists record be a concept album like Noir?

Novelists : No, I do not think so. Noir was a very special album. Our labels told us it was too early in our career to make an album like this. And they were certainly right because a lot of fans did not follow us. With Noir, we just wanted to do what we liked. We regretted it a little because we thought we would have done better to release it in the 3rd or 4th album. So, I think the next will be much more classic. In the sense that it will be a collection of different pieces without any particular link between them. We’re going to do some sexier stuff to attract new fans. We will innovate while keeping what the old fans like. But, a concept album is something I want to do again in the future. When I listen to Noir from front to back, it’s really a coherent album. The idea of the 4 movements came from Flo, who started as a classical guitarist. He told us he wanted to bring this phenomenon of classical music in the Metal genre. We thought it was a good idea, and it allowed us to express our different musical sides.

MetalZone : Will there be any featuring on the new Novelists album?

Novelists : Yeah, I think. Personally, I want a feat with Alazka. I have been a fan of the band for years and we became good friends. I would even like to do a full collab and not just a feat. Otherwise, I would like Aaron Marshall from Intervals. By the way, little anecdote : we were not supposed to have Jesse Cash of Erra on the album. At first, we just had a hard time finding a chorus melody on Joie De Vivre, so I sent the song to Conor from Erra and he told me he was going to ask Jesse to find one. He sent it to us, we liked it but Jesse has such a high voice that Mattéo could not sing it properly. And since we like the guys from Erra, we kept it as is.

MetalZone : If you had to collaborate with a French artist, who would you choose?

Novelists : Probably PNL. It’s the only French artist that I really like.

MetalZone : And if you had to choose a world famous star?

Novelists : Shawn Mendes or Chino Moreno of Deftones.

MetalZone : How important is marketing in the world of music?

Novelists : Marketing is important, but not as much as I thought. There are bands that are huge because of marketing. But it depends on the style. When you target young people, marketing is effective. But if you’re talking to big music fans and musicians, it’s not that important. It is better to have very good songs. Marketing is used to bring the product to people’s ears, but if it sucks no one will care. The most important thing is to produce good music. Marketing comes after. It’s not the key to success, it’s just an element in a long chain.

MetalZone : Can you give us the name of an artist of the current Metal scene who is underrated?

Novelists : Alazka, I do not understand why the band is not bigger. It’s really the most underrated in my eyes. In France, I would say Landmvrks, even if they are starting to make some noise. Kadinja too, although they have just been signed. Oh, it’s not Metal, but there’s also New Blow, a tiny Rock band. Go listen to the song Invincible, it’s deadly.

MetalZone : How was the DNA Music Studio born?

Novelists : 9 years ago, with my first band, we went to a sound engineer. It was expensive and it was terrible. I knew nothing but I thought it sounded bad. So, I started to record and mix a little bit on my own. I was not very good at first. Over time, I worked hard and started to make it a business. I had not really planned to make a business out of it but I liked it. It has become something more serious and now it’s my full time job. Amaël has also become good over the years, so we created the DNA Music Studio together, and that way we can manage the workload better.

MetalZone : What’s the hardest thing to produce for you?

Novelists : Drums. It’s the hardest to capture well. The drummer has to be super good, the drums need to be tuned correctly, you have to choose the mics well, place them well… Otherwise you must enhance the performance with samples or program everything. When it comes to Novelists for example, Eyes Wide Shut is the first time we used real drums. Before it was all MIDI. We are part of the generation saved by MIDI. We’ve got used to things sounding good without putting in any hard work, and I’m not sure it served us well.

MetalZone : To conclude, what is your favorite pasta?

Novelists : I have several different cravings, but overall, it’s the “torsades”’ of Barilla Academia, just amazing. There are also the “linguines” of De-cecco and the “serpentinis” of Panzani. In the band, we attach a lot of importance to food. If we’re having a bad day but we eat pasta with pesto, well it becomes the best day ever. When I said we were divas earlier, that’s not true. In fact, we don’t need much to be really happy on tour. But without good food, we feel bad very quickly and easily get depressed. In the end, we are quite simple, but without that we can not work efficiently.

MetalZone : A last word for your fans and our readers?

Novelists : We are writing our third album. We will try to record everything before this summer, and release it before the end of the year. We hope you’ll enjoy it! Thank you for inviting me, it was a pleasure.

Eyes Wide Shut de Novelists

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.