Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé

à 19 h 51 min
Lecture 6 min.
Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé
© Tetralens
-20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O

Après une première édition en 2019, le petit festival indoor nommé Omega Sound fest, organisé par AMC productions et l’association CROM, fait son retour en 2021 avec une organisation de qualité et une programmation très équilibrée.

À l’affiche, des groupes locaux et des talents confirmés, qui se sont relayés pendant deux jours pour célébrer le Metal.

Le vendredi, l’ambiance a été assurée par des valeurs sûres de la scène française comme Sidilarsen, Smash Hit Combo ou encore Black Bomb A et Tagada Jones au Centre Culturel Jean-Carmet à Murs Erigné près d’Angers.

Le terrain était ainsi préparé pour accueillir les festivaliers samedi, venus des environs, mais aussi d’autres régions pour l’occasion.

Texte et photos par Tetralens (tetralens.com)

Retour sur l’Omega Sound Fest

Nervous Decay le groupe de Death Metal nantais, créé en 2017, dont certains membres ont déjà joué avec Mental Vortex, ouvre les hostilités avec une section rythmique percutante, Guilhem Lesage assure particulièrement à la batterie. Performance jouée devant une salle déjà bien remplie, dans une ambiance plutôt morose.

Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé

Les Angevins d’Arcania, groupe créé il y a plus de 20 ans, à l’origine sous le nom de Silverskull, poursuivent en proposant un Thrash Metal énergique.

Ils interprètent notamment une reprise de la Marseillaise, (probablement) en référence à la visite présidentielle dans la région le même week-end, entre des morceaux de Sweet Angel Dust et de l’album de 2014, Dreams are Dead. Aucune info à ce jour sur un nouvel opus.

Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé

L’organisation est sans fausse note et l’IPA coule à flots. Les t-shirts et autres beanies partent comme des petits pains entre deux sets, aux stands de merchandising idéalement répartis dans le fond de la salle.

L’ambiance se réchauffe avec l’arrivée de Black Rain, un collectif d’Annecy, grâce à un son Metal sans complexe, qui nous ramène directement à la grande époque des Guns N’ Roses.

Des riffs saturés, un look à base de bandanas et de futals en cuir et une présence scénique ultra festive, coïncident pour un show bon esprit qui fait bouger les festivaliers, à l’exception peut-être d’une poignée de puristes du Black Metal. Les musiciens sont en pleine forme et offrent au public et aux photographes des attitudes mémorables.

Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé

Betraying The Martyrs est l’un des groupes phares du Metalcore, arborant les couleurs de la France depuis 2008, avec un superbe palmarès comparable à certains des plus emblématiques du genre comme Asking Alexandria ou Parkway Drive, avec qui ils ont déjà tourné d’ailleurs.

Betraying the Martyrs a depuis son 4e album en 2019, traversé une série de coups durs ; dont un incendie emportant tout leur matériel ; une période de coronavirus ; et le départ d’Aaron Matts, ce qui a fait trembler les fans quant à l’avenir du groupe.

Quelques jours avant l’Omega Sound Fest, ils annoncent l’intégration de leur nouveau chanteur, Rui Martins, et la sortie d’un nouveau single.

Lorsqu’ils arrivent sur scène, ils sont accueillis par un public très dense et chaleureux, visiblement impatient.

Dès la première chanson, ils mettent le feu aux poudres avec une présence scénique de folie, même pas rouillés après presque 500 jours loin de la scène et du public, comme le dit Victor Guillet entre deux chansons.

Black Hole, le tout nouveau morceau joué en live pour la première fois, n’a aucun mal à convaincre, Rui Martins séduisant le public avec sa voix puissante.

Parmi les morceaux joués, le très emblématique Eternal Machine met tout le monde en transe. Pour fêter l’événement comme il se doit, les musiciens se livrent même à un petit crowdsurfing vers la fin du set.

Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé

Après une pause pour manger et/ou boire, ainsi que discuter avec des métalleux de tous horizons, nous nous préparons pour la suite.

Rotting Christ, nous plonge dans une toute autre ambiance, avec une atmosphère immersive totalement en phase avec leur univers gothique/Black Metal.

La performance nous enveloppe de ses influences très diverses et riches, aux thèmes mythiques et mystiques, notamment tirés de leur dernier album, The Heretics, de Rituals ou du reste de leur incroyable discographie, qui reste toujours ancrée dans les fondamentaux de l’esprit libre anticlérical, sur un son très sombre et profond.

Sakis Tolis aka Necromayhem, chanteur de Rotting Christ, nous a d’ailleurs accordé une interview plus tôt dans la soirée, que vous découvrirez prochainement sur MetalZone.

Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé

The Great Old Ones, groupe bordelais de Post-Black Metal clôture le festival avec un set joué de manière presque fantomatique, dans une ambiance digne de leurs inspirations lovecraftiennes.

Les sons sombres et mystérieux, délivrés dans un set de toute beauté, clôturent parfaitement ce festival, sans perdre l’intérêt du public, notamment grâce aux changements de tempo.

Plusieurs groupes de Metal français se sont réunis sur une même scène, voilà comment ça s'est passé

Avec une organisation bien structurée, un staff au top, ainsi que des bénévoles toujours souriants, les artistes et médias du festival sont choyés et tout le samedi est super fluide.

En marge du festival, une exposition et une conférence sur la sociologie du Metal sont même proposées…

Cette deuxième édition est à la hauteur de nos attentes, et nous ne pouvons qu’espérer qu’il y en aura beaucoup d’autres !

À propos de Tetralens

Cet article a été rédigé par Tetralens, qui est également la propriétaire de toutes les photos que vous avez vues ci-dessus.

Tetralens est une photographe basée à Paris. Si vous souhaitez discuter avec elle de son travail et/ou collaborer avec elle, vous trouverez toutes ses informations ci-dessous !

  • Site web : www.tetralens.com
  • Facebook : www.facebook.com/tetralens
  • Instagram : www.instagram.com/tetralens

TETRAlens rassemble toutes les expressions de mon travail photographique, récent ou datant de plusieurs années. J’y présente principalement un extrait de mes captures de concerts live, essentiellement issus de la scène Metal et Rock, ainsi qu’un petit aperçu de mes autres sujets photographiques, tels que les paysages, les détails et l’architecture. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu capturer à travers mon objectif ce que mes yeux voulaient immortaliser : le tranchant d’une lumière, la force d’un instant, la douceur d’un regard, l’énergie d’un moment, ces choses qui rendent le monde plus beau. Depuis mon plus jeune âge, cette passion m’a suivi dans mon quotidien ou dans mes voyages, mes yeux regardant constamment la nature, les villes et les gens comme une source d’inspiration pour nourrir mon expression artistique. Le canal le plus emblématique étant la musique live, les événements à travers lesquels l’humain est un vecteur des vibrations les plus positives.

-20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O -20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O
Tags : Heavy Metal