Regardez David Ellefson de Megadeth livrer personnellement une basse spéciale au domicile d'un fan !

à 10 h 05 min
Lecture 3 min.
Regardez David Ellefson de Megadeth livrer personnellement une basse spéciale au domicile d'un fan !

David Ellefson, le basssite de Megadeth, a récemment mis aux enchères une de ses basses Jackson, modèle Rust In Peace, qui fête son 30e anniversaire, pour sa fondation, la David Ellefson Youth Music Foundation.

Après avoir réalisé que l’acheteur vivait à Tucson, en Arizona, à moins de deux heures de sa maison à Scottsdale, David a décidé de se rendre sur place et de livrer l’instrument en mains propres. Une courte vidéo documentant l’échange peut être visionnée ci-dessous.

Affiliée à la Grammy Music Education Coalition, la David Ellefson Youth Music Foundation a été créée en 2018 pour collecter des fonds pour des subventions, des bourses et des instruments, tant pour les étudiants que pour les programmes de musique des écoles. Aujourd’hui, dans le but de maintenir la motivation des étudiants en musique alors que les écoles sont fermées pendant la pandémie, la fondation a lancé l’initiative School’s Out! qui offre des cours gratuits et individuels sur Skype aux jeunes.

D’autre part, David Ellefson se rendra à Nashville (Tennessee), dans le courant de la semaine pour poursuivre l’enregistrement du 16e album de Megadeth. Les premières sessions ont eu lieu à Franklin, au Tennessee, avec le co-producteur Chris Rakestraw, qui a déjà travaillé sur Dystopia. Le prochain album de Megadeth sera le premier avec Dirk Verbeuren (ex-Soilwork), qui a rejoint le groupe il y a plus de trois ans. En avril, David Ellefson a parlé à Meltdown de l’avancement du nouvel album du groupe. Il a déclaré :

Lorsque Dave suivait ses traitements contre le cancer à la fin de 2019, ironiquement, ça nous a forcés à nous éloigner de l’album. Nous avons travaillé très dur pendant deux mois l’été dernier et nous avons pratiquement tout créé à ce moment là. Mais ensuite, nous avons pris du recul, et quand nous y sommes retournés, une chose qui nous a frappés, c’est à quel point il était bon. La direction s’est dit : “Oh mon Dieu ! C’est à un tout autre niveau, bien au-delà de Dystopia. C’est absolument parfait”. Je l’ai écouté et je me suis dit : “Tu sais quoi, je pense qu’ils ont raison”. Parfois, on peut être si absorbé par le processus créatif qu’on est dedans et qu’on ne peut pas dire ce genre de choses. Je suppose que c’est comme si vous goûtez continuellement la soupe que vous préparez, vous ne savez pas vraiment si vous y avez mis trop de sel. Nous avons donc pris un peu de recul, et quand nous nous sommes regroupés et que nous l’avons réécouté, nous nous sommes dit : “Wow !”.

Livraison spéciale de David Ellefson :

Source : Blabbermouth & Blabbermouth