Alice Cooper raconte comment son manager, Shep Gordon, a mis fin à toutes ses collaborations et a refusé The Beatles !

à 18 h 18 min
Lecture 3 min.
Alice Cooper raconte comment son manager, Shep Gordon, a mis fin à toutes ses collaborations et a refusé The Beatles !
© Adam Bettcher, Getty Images

Dans une récente interview, Alice Cooper a expliqué pourquoi son manager Shep Gordon a refusé de signer The Beatles !

Dans un nouvel épisode du podcast Live From Nerdville de Joe Bonamassa, Alice Cooper a déclaré qu’il se trouvait dans le bureau de Shep Gordon, à l’époque où le groupe britannique (The Beatles) tentait de se réorganiser, lorsque l’appel qui aurait pu changer sa vie est arrivé. L’interview est disponible ci-dessous.

Alice Cooper a déclaré :

Il a géré Luther Vandross, Blondie, à peu près tout le monde… Gypsy Kings, Groucho Marx, Raquel Welch. Il m’a appelé dans son bureau un jour et m’a dit : “Écoute, tout le monde me rend fou, sauf toi et Groucho… Je veux que tu sois là quand je les appellerai pour arrêter toutes ces collaborations”. Je lui ai répondu : “Ok”. J’étais assis quand il leur a dit tour à tour : “Ouais, je pense que j’en ai fait assez, je pense que tu peux passer à autre chose…” Nous avons ensuite ouvert une bouteille de champagne. Il a conclu [après tous les appels] : “Voilà, c’est fait! C’est toi et moi maintenant”. J’ai simplement répondu : “Super !”.

Il a ajouté :

Mais ce n’était pas la fin de l’histoire. Le téléphone a sonné et il a dit : “Tu ne vas pas le croire… c’est George Harrison. Il veut que je sois le manager des Beatles.” J’ai crié : “Fais-le ! Gérer les Beatles est une opportunité en or !”.

Malgré l’insistance d’Alice Cooper, Shep Gordon a adopté une approche différente pour répondre à George Harrison.

Il a poursuivi :

Il [Shep Gordon] a dit quelque chose de très sage. Il a dit : “Je ne vais pas vous gérer. Je vais m’occuper de la commercialisation… Mais je ne veux pas être là quand Paul, John, Ringo et George se disputent pour de l’argent. Cela m’a dégouté des Beatles pour le reste de ma vie”. George a alors répondu : “Je comprends tout à fait”. Il s’est donc occupé de la commercialisation. C’est assez incroyable, au moment même où il a arrêté toutes ses collaborations, les Beatles l’ont appelé.

Revenant sur ses 52 années de collaboration avec Shep Gordon, durant lesquelles aucun contrat n’a été nécessaire, Alice Cooper a déclaré que le secret de cette entente était leur intense confiance mutuelle.

Il a continué :

Je ne lui ai jamais demandé combien on se faisait [d’argent] pour un concert. Je n’ai jamais demandé : “Combien on gagne avec les t-shirts ?”. Dès le début, je lui ai dit : “Écoute, je ne veux pas faire de business… Je m’occupe de la musique et du divertissement et toi du business, je ne te poserai jamais de questions”. Tout était basé sur cela – nous n’avons jamais signé de contrat.

Il a conclu :

Lorsque je discute avec de jeunes musiciens… ils se disputent à cause de : “Il a eu 12 % des t-shirts et il a eu 9 %…” Je leur réponds : “Tu ne devrais même pas savoir ça ! Tu ne devrais même pas savoir ce que coûte un t-shirt !”. Je ne sais pas combien coûte un de mes t-shirts. Je m’en fiche. Ce qui m’importe, c’est que chaque soir le concert soit parfait. C’est ma responsabilité.

Interview d’Alice Cooper pour Live From Nerdville :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : ultimateclassicrock.com