Haken à propos de son dernier album : "Nous n'avons jamais pensé que nous sortirions Virus pendant une pandémie !"

à 11 h 22 min
Lecture 4 min.
Haken sort une démo de 2007, et crée un Bandcamp pour publier plus de musique bonus
© Will Ireland

L’ambition n’a jamais fait défaut à Haken. Depuis que le groupe britannique de Metal Progressif s’est fait connaître avec Aquarius en 2010, il s’est efforcé de faire en sorte que chaque nouvelle étape soit plus grande, plus audacieuse et plus courageuse que la précédente.

Ces conceptions auto-perpétuées les ont placés au sommet de la scène Metal progressive contemporaine, où ils sont restés ces dix dernières années. Visions a rapidement suivi fin 2011 et The Mountain, sorti deux ans plus tard, a marié leur virtuosité technique avec des paroles brutes et émotionnelles, qui montrent une vulnérabilité rendant leur musique complexe extrêmement accessible. C’est le disque qui a fait monter en flèche un groupe en pleine ascension. Depuis, ils n’ont jamais relâché leurs efforts, produisant deux autres albums acclamés par la critique, Affinity (2016) et Vector (2018).

L’année dernière, alors que leur première décennie de vie commune touchait à sa fin, le groupe a présenté sa déclaration la plus ambitieuse et la plus grandiose à ce jour. Leur sixième album, Virus, marque l’achèvement d’une histoire qui a commencé à se dérouler il y a sept ans et qui a consumé le groupe, sur le plan créatif, au cours des trois dernières années. Fidèle au plumage multicolore de Haken, l’album pousse plus loin que jamais la vitalité polyvalente du groupe.

Le guitariste et compositeur en chef Richard Henshall a déclaré à LouderSound.com :

Virus est la suite de notre dernier album, Vector. La narration vient de l’un des morceaux de The Mountain intitulé Cockroach King, qui est une chanson que nos fans semblent vraiment aimer. Nous voulions raconter l’histoire du protagoniste que nous avions introduit dans cette chanson. Ainsi, sur Vector, nous voyons le personnage institutionnalisé, puis, avec Virus, le récit suit la détérioration de son état mental.

Le chanteur Ross Jennings a expliqué :

L’idée de Vector et Virus est née lors de notre tournée The Shattered Fortress avec Mike Portnoy en 2017. C’est quelque chose qui est né du fait que l’album cinq commençait par un V et que l’album six était VI en chiffres romains. On s’est demandé comment on pouvait jouer avec ça et ça a fait boule de neige. À défaut d’une meilleure explication, c’était juste une façon de nous amuser et de nous donner quelque chose à écrire sur les deux albums. Nous avions besoin d’une ancre et le Cockroach King en tant que personnage est devenu cette ancre.

Pourtant, le chanteur estime qu’il n’y a pas de parallèle direct entre la Twelve Step Suite de Dream Theater, qui s’étend sur cinq albums, et leurs propres projets pour les deux disques.

Je n’ai jamais fait ce lien auparavant, en fait. Parfois, ces choses s’infiltrent probablement dans notre psyché subconsciente, mais ce n’était certainement pas une décision consciente ou une source d’inspiration pour Virus.

Il tient à ajouter que les deux titres sont restés inchangés depuis que le noyau du concept a été conçu il y a trois ans :

Nous n’avons jamais pensé que nous sortirions Virus pendant une pandémie et nous ne voulons pas que les gens pensent que nous en tirons profit.

Lorsque Vector a été publié en octobre 2018, le groupe n’a publié aucun indice sur le fait que l’album était en fait la moitié d’un audacieux projet d’album en deux parties qui représenterait le plus grand défi du groupe à ce jour. Leur silence, qu’ils sont maintenant prêts à briser, était voulu. À ce sujet, Jennings a dit :

Nous avons gardé le concept du double album secret jusqu’au [moment de la sortie de Virus] parce que nous voulions que Vector soit traité en tant que tel et pas seulement comme faisant partie d’une paire. Mais je suis très dubitatif à l’idée de l’appeler un double album. Même si Virus est la deuxième partie de l’histoire, ce n’est pas [un double album] au sens classique du terme. C’est vraiment un album à part entière. Nous développons l’univers de Haken sur le plan thématique à partir de Vector, mais je me méfie des gens qui pensent qu’il s’agit simplement d’une suite. Il n’est pas nécessaire d’avoir entendu Vector pour apprécier Virus. Dès le début, il était très important pour nous que Virus puisse se suffire à lui-même.

Haken – Invasion :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : loudersound.com