Mike Portnoy à propos de la discographie de Dream Theater : "Je peux jouer les chansons les plus difficiles en mangeant un sandwich au thon"

à 18 h 53 min
Lecture 5 min.
Mike Portnoy à propos de la discographie de Dream Theater : "Je peux jouer les chansons les plus difficiles en mangeant un sandwich au thon"
© TDC Photography, Shutterstock.com
Solar Guitars: Guitares 100% Metal!

Lors d’un récent épisode de Modern Drummer IG Live animé par Charlie Benante, batteur de Anthrax, Mike Portnoy a révélé la composition la plus difficile à jouer dans la discographie de Dream Theater.

À la question : “Avez-vous déjà été perdu pendant un concert ?” [à propos des setlists longues et compliquées de Dream Theater], Mike Portnoy a répondu : “Non, croyez-le ou non. J’ai cette mémoire d’éléphant où je ne pense même pas à ce genre de choses. Si je pense à la setlist, aux parties, je vais paniquer et tout foirer. Mais je n’y pense tout simplement pas.”

“De plus, à l’époque de Dream Theater, c’est moi qui écrivais la setlist, et j’écrivais une setlist différente pour chaque concert. En même temps, je donnais aux autres gars, aux équipes techniques une liste d’environ 50 chansons.”

“Et puis chaque soir, j’écrivais une setlist différente et je la soumettais au groupe et à l’équipe la veille du concert. C’était donc beaucoup de travail et nous devions toujours être sur le qui-vive.”

“Mais comme je l’ai dit, heureusement, tout était intégré, et c’est devenu pratique après Dream Theater, parce que je passais d’un groupe à l’autre, et d’une tournée à l’autre.”

“Au cours des dix dernières années, il m’est arrivé de jouer avec trois groupes différents pendant un week-end, un concert de trois heures avec The Neal Morse Band, puis un concert avec The Winery Dogs, puis un concert avec Twisted Sister, et tout devait être en place.”

“Heureusement, j’ai la chance d’avoir une mémoire d’éléphant. Et une autre partie du problème est que je joue très spontanément, donc ça n’a jamais été comme Neil Peart où tout son jeu était précisément prédéfini.”

“Pour moi, c’était toujours – la structure est là, les rythmes sont là, les grooves sont là, mais les remplissages étaient en quelque sorte toujours spontanés. Donc heureusement, je n’avais pas à me souvenir de toutes les nuances.”

À propos de la chanson la plus difficile

“Celle qui m’en demande beaucoup, oui, peut-être plus que la difficulté, car je n’ai jamais rien trouvé de difficile. Une fois que vous avez passé tant de temps à l’écrire, à la composer, à l’enregistrer, à la répéter en tant que groupe, lorsque vous devez la jouer en concert, pour moi, c’est toujours comme une seconde nature.”

“Ainsi, même nos chansons les plus difficiles, comme The Dance Of Eternity, au moment où nous sommes sur scène, je peux les jouer tout en mangeant un sandwich au thon, je n’ai pas besoin d’y penser. Donc je dirais que c’est plus une question d’endurance.”

“Par exemple, The Glass Prison et This Dying Soul – ces deux chansons, même si elles sont sur des albums différents, ont été écrites pour être finalement connectées. J’ai écrit cette chose – cinq chansons de cinq albums différents qui étaient censées être interconnectées.”

“Mais une fois, par exemple, lorsque j’ai fait la tournée Shattered Fortress il y a quelques années avec les gars de Haken, et que nous avons joué toutes ces chansons de Dream Theater que je n’avais jamais jouées ensemble auparavant – The Glass Prison et This Dying Soul, l’une dure 12 minutes, l’autre 13 minutes, alors vous les mettez ensemble et c’est un assaut de 25 minutes sans pause.”

“C’est implacable, ce sont les chansons les plus lourdes que nous ayons écrites. Donc ce n’était pas un défi en termes de jeu technique, c’était juste un défi en termes d’endurance. Et je regarde ce que tu fais Charlie, ça me sidère.”

“J’ai regardé ton live stream l’autre jour et je t’ai vu jouer Skeletons In The Closet, j’ai pensé : ‘Comment diable fait-il ça ?’. Je ne pourrais jamais être capable de faire ça. Et c’est la même chose avec Max [Portnoy, son fils], certains des trucs que Max joue avec son groupe, je ne peux pas les faire.”

À lire aussi : Serj Tankian de System Of A Down publie la vidéo de son nouveau single, Pop Imperialism

À propos de son fils Max qui est également batteur

“C’était son choix. S’il avait voulu être plombier ou électricien, je l’aurais soutenu aussi. Mais je ne pense pas qu’il voulait faire autre chose !”

“Il a littéralement grandi assis derrière une batterie, le technicien de la batterie avait l’habitude de garder un bol de bonbons derrière la batterie pour Max. Alors il s’asseyait juste là et mangeait des bonbons et regardait le concert, et tapait pendant que je jouais !”

“Je lui ai donné toutes les possibilités de faire autre chose s’il le souhaitait, mais je pense que c’était juste amusant pour lui.”

Modern Drummer IG Live : Charlie Benante et Mike Portnoy :

Dream Theater : Scene Seven: I. The Dance of Eternity :

Solar Guitars: Guitares 100% Metal! Solar Guitars: Guitares 100% Metal!
Source : ultimate-guitar.com
Articles les plus récents
Solar Guitars: Guitares 100% Metal!
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Texas Flood

Stevie Ray Vaughan
Texas Flood

Par Kingeddie, le 28/09/2022
Si on avait besoin d'une cinquième saison

Harmonium
Si on avait besoin d'une cinquième saison

Par tetsuo_shima_73, le 28/09/2022
Paranoid

Black Sabbath
Paranoid

Par TonyOsbourne13, le 27/09/2022
Plus d'actus sur Dream Theater
L'actu Metal Progressif