"Les groupes sont les moins heureux de devoir augmenter le prix de leurs produits" ; Ten56 parle de l'inflation et des commissions sur les produits dérivés

à 17 h 08 min
Lecture 4 min.
Hellfest 2023 : Retour sur le troisième jour des festivités de cette année (Arch Enemy, Powerwolf, Iron Maiden, etc.)
© Tetralens

Le groupe de Deathcore/Metalcore français Ten56 a récemment été invité à participer au Garza Podcast, animé par Chris Garza (guitariste de Suicide Silence), dans le cadre de leur première tournée américaine.

À un moment de la conversation (disponible ci-dessous), les musiciens mentionnent la pratique des salles de concert qui prennent des commissions sur les ventes de produits dérivés des groupes, une pratique beaucoup plus courante aux États-Unis qu’en Europe.

Ils citent Alpha Wolf et Bad Omens, deux groupes qui se sont dressés contre cette pratique, notamment sur scène où ils ont dénoncé certaines salles qui prenaient apparemment jusqu’à 60% de taxes.

Le batteur Arnaud Verrier raconte : “Les festivals où nous avons joué lors de cette tournée, comme nous sommes étrangers et qu’il faut additionner les taxes d’État et tout le reste, nous avons été taxés à hauteur de 67%.”

Le guitariste Luka Garotin intervient alors : “Nous avons donc dit non [à la vente de produits dérivés].”

Verrier poursuit : “Lors d’un festival dont je ne citerai pas le nom, nous avons vendu pour un certain montant. C’était un montant plutôt cool pour un festival, et nous sommes tombés à 170 dollars… En gros, on a perdu de l’argent.”

Il ajoute : “[Vendre des produits dérivés malgré les commissions] c’est cool pour la visibilité, c’est notre première tournée aux États-Unis. C’est cool si des gens portent un t-shirt Ten56, c’est toujours un truc sympa à voir, bien sûr. Mais d’un point de vue financier, on se dit qu’aujourd’hui, on a perdu deux mille [dollars]…”

Garza explique : “Je pense qu’il est très important que les gens en soient conscients. Je ne suis pas sûr que vous soyez sous contrat ou quoi que ce soit du genre, mais vous savez, vous devez lire vos contrats et ces petits pourcentages ici et là avec les t-shirts et tout ça. Ça peut vous foutre en l’air. Parce qu’il y a d’abord la facture du merch. Il y a ça tout en haut [les frais de fabrication et d’expédition]. Et puis il y a la commission [sur les ventes]. Et si tu as une équipe, un manager par exemple, il y a ces 15% en plus. Donc si tu te plantes avec le premier pourcentage, si tu signes un contrat ou si tu parles à une société de merch, et que tu as un certain pourcentage qui n’est pas en ta faveur, tout ce qui suit est très dur.”

Verrier conclut : “C’est ce que les gens doivent comprendre en ce qui concerne les prix des produits dérivés. Évidemment, les groupes sont les moins heureux de devoir augmenter le prix de leurs produits dérivés. Pour nous, si nous voulons faire une marge de seulement 5 dollars, nous devons augmenter le prix de nos t-shirts à 35 ou 40 dollars. Cela n’a évidemment aucun sens pour nous non plus, parce que si je vais dans n’importe quel grand magasin, 40 dollars pour un t-shirt, c’est bien plus que ce que j’ai l’habitude de payer. Mais ensuite, si vous comptabilisez les coûts de production, les frais de traitement des cartes, les frais liés au merchandising, les taxes d’État, les commissions de chacun, il ne vous reste plus qu’une marge de quelques dollars sur un t-shirt à 40 dollars. C’est vraiment absurde.”

Début avril, Ten56 a publié le clip vidéo de son nouveau single, Choky, disponible ci-dessous.

Le collectif poursuit sur sa lancée avec un nouvel assaut de riffs agressifs et groovy, ainsi que des changements de rythme fracassants, tout en conservant sa signature en matière de production.

On dit de Choky qu’il “englobe tout ce que le groupe a créé sur ses deux premiers EP dans un ensemble qui maintient l’auditeur dans un état d’inconfort”.

Ten56 sur le Garza Podcast :

À lire aussi : Myles Kennedy annonce son nouvel album solo, The Art Of Letting Go, et publie la vidéo du premier single, Say What You Will

Ten56 – Choky :