Oli Sykes de Bring Me The Horizon : "J'ai l'impression de refaire de l'art, pour l'amour de l'art"

à 14 h 55 min
Lecture 3 min.
Bring Me The Horizon séduit Paris avec un show d'envergure (avec Motionless In White & Spiritbox)
© Tetralens

Alors que les fans se réjouissent de l’arrivée du nouvel album NeX GEn, Oli Sykes, le leader de Bring Me The Horizon, revient sur le parcours qui a mené à ce nouveau chapitre de l’évolution du groupe. Dans une interview accordée à Kerrang!, Sykes parle du processus créatif derrière le dernier album et du sentiment de liberté artistique qu’il a ravivé en lui.

“La façon dont nous faisons les choses maintenant, c’est comme si je faisais de l’art à nouveau, pour l’amour de l’art”, a déclaré M. Sykes. Ce sentiment résume l’éthique qui a présidé à la création de NeX GEn, un projet qui a considérablement évolué depuis sa conception.

Prévu à l’origine comme une série rapide d’EPs pendant la période de confinement du COVID-19, le projet Post Human a mis près de quatre ans à se concrétiser. Sykes avoue avec humour : “Je pensais que nous allions rester enfermés pendant des années. Soudain, nous sommes sortis du confinement et nous sommes repartis en tournée”. Cette tournure inattendue des événements, associée au succès viral de Can You Feel My Heart? sur TikTok, a prolongé le calendrier de sortie, mais a finalement renforcé la détermination du groupe.

NeX GEn adhère au projet initial d’un son plus varié et plus ambitieux. Avec des apparitions de Daryl Palumbo de Glassjaw et de Spencer Chamberlain et Aaron Gillespie d’Underøath, l’album plonge dans le Post-Hardcore du début des années 2000 tout en développant les thèmes apocalyptiques du précédent opus.

En réfléchissant à l’évolution du projet, Sykes reconnaît que le concept initial “s’est transformé en quelque chose de différent de ce qu’il avait en tête”. Ce qui avait commencé comme une simple série d’EPs s’est transformé en une entreprise complexe de construction d’un monde qui intègre des éléments thématiques issus de leurs performances live.

Les défis personnels auxquels Sykes a été confronté pendant la pandémie ont également influencé l’orientation thématique de NeX GEn. “Je pensais que j’étais guéri, mais en réalité j’étais juste distrait [par le succès de BMTH]”, révèle-t-il en évoquant ses problèmes d’addiction et d’introspection pendant le confinement. Cette introspection a conduit à une approche plus nuancée des paroles, équilibrant la noirceur et la recherche d’espoir.

Malgré les défis, Sykes se réjouit de l’esprit de collaboration renouvelé au sein du groupe. Après le départ de Jordan Fish, membre de longue date de la formation, les autres membres ont joué un rôle plus actif dans le processus créatif. “J’ai eu l’impression qu’il y avait un certain ADN de Bring Me The Horizon qui avait peut-être disparu dans les derniers albums”, note Sykes, soulignant l’impact positif de cette unité renouvelée.

Alors que Bring Me The Horizon entame cette nouvelle phase, Sykes se sent libéré des contraintes du passé. “Là où nous sommes maintenant, j’ai l’impression que nous pouvons faire ce que nous voulons”, dit-il. Qu’il s’agisse de musique lourde, de pop ou d’avant-garde, le groupe n’est pas limité par les genres, ce qui lui permet d’explorer pleinement son potentiel créatif.

Bring Me The Horizon – Kool-Aid :

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Bring Me The Horizon
L'actu Rock