Review de Koloss par Meshuggah

à 10 h 59 min
Lecture 4 min.
MetalZone-Meshuggah-Koloss-Album

Koloss par Meshuggah

Koloss porte bien son nom.

Note globale

Authenticité
Composition
Production
4.3

Souvent connu comme étant le fondateur du Djent, Meshuggah est pourtant un groupe bien à part. Grandement imité mais jamais égalé, le groupe suédois propose sa propre gamme de Metal brutal fondé sur des jeux rythmiques complexes.

Meshuggah en quelques mots

Meshuggah est un groupe de Metal Progressif suédois originaire de Umeå. Il est actuellement composé de Jens Kidman (chant), Fredrik Thordendal (guitare lead, chœurs), Mårten Hagström (guitare rythmique, chœurs), Dick Lövgren (basse) et Tomas Haake (batterie).

À ce jour, Meshuggah a réalisé 8 albums studio : Contradictions Collapse (1991), Destroy Erase Improve (1995), Chaosphere (1998), Nothing (2002), Catch Thirtythree (2005), obZen (2008), Koloss (2012) et The Violent Sleep Of Reason (2016). 

Meshuggah délivre toujours autant d’intensité

Meshuggah est un des rares groupes de Metal Progressif à ne posséder aucune trace de chant dans sa discographie, uniquement des cris. Les musiciens sont connus pour avoir un univers sonore extrêmement pesant. Koloss est sorti le 26 mars 2012 via Nuclear Blast, et 18 342 copies ont été vendues lors de la première semaine de parution. C’est le septième album du groupe, mais pas de signe de faiblesse. Meshuggah est encore plein de vigueur. L’album a été produit par les membres du groupe, puis mixé par Danne Bergstrand et masterisé par Göran Finnberg. Le son est organique, lourd et agressif. 

Niveau composition, le groupe est moins expérimental que sur les opus précédents. Tous les morceaux sont organisés autour de grooves puissants et une sorte d’aura tribale. Certaines chansons sont un peu plus rapides (I Am Colossus, The Demon’s Name Is Surveillance), d’autres un peu plus lentes (Do Not Look Down, Break Those Bones Whose Sinews Gave It Motion), mais globalement le tout est très mid tempo. Des riffs ambiants sont parsemés à travers l’album afin d’apporter une touche obscure en supplément de la lourdeur constante. 

Du Metal bien lourd

Écoutez un album de Meshuggah d’une seule traite est toujours un challenge. Celui-ci est un peu plus digeste que les autres. Néanmoins, on a quand même le plaisir d’avoir cette sensation d’être passé sous un rouleau compresseur à la fin de Koloss. Si vous cherchez un album pour vous muscler le cou, Meshuggah est pour vous. Hormis les grooves déments, l’album est doté de plusieurs solos techniques très jazzy. 

Au niveau des paroles, l’album est une grosse critique sociale. Les thèmes abordés sont la folie de l’Homme (I Am Colossus), le chemin de vie des individus pré-fait par le système (Do Not Look Down), la religion (Demiurge), les sociétés secrètes (Behind The Sun), les conséquences de nos actions (Break Those Bones Whose Sinews Gave It Motion), le contrôle de la population par l’espionnage (The Demon’s Name Is Surveillance), et l’humanité est même comparée à un virus dans la chanson Swarm.

Concernant les visuels, il y a aussi eu pas mal de travail. L’artwork réalisé par Luminokaya est incroyable. L’artiste a pris 9 mois à réaliser l’illustration nommée Gateman. Quelques clips ont également été produits pour la promotion de Koloss. La plupart sont assez basiques, hormis le clip animé pour I Am Colossus, qui réussit vraiment à transporter le spectateur dans une dimension parallèle sombre. 

Koloss porte bien son nom

En résumé, Koloss porte bien son nom. Il s’agit d’un album lourd et imposant. Meshuggah ne se fatigue pas, et la virtuosité si particulière de ses membres est toujours aussi fascinante à écouter. En plus de cela, les paroles sont bien écrites et délivrées avec conviction. Koloss vous assure votre dose de journalière de Metal bien lourd !

Chansons préférées de Koloss : I Am Colossus, Break Those Bones Whose Sinews Gave It Motion, Demiurge

Restez connectés à MetalZone sur Facebook