Review de Act V : Hymns With The Devil In Confessional par The Dear Hunter

à 15 h 48 min
Lecture 6 min.
the-dear-hunter-act-v

Act V : Hymns With The Devil In Confessional par The Dear Hunter

The Dear Hunter a créé un chef d’oeuvre.

Note globale

Authenticité
Composition
Production
5.0

The Dear Hunter est certainement l’un des groupes les plus consistants. Chaque album est bon et le groupe n’est jamais à court d’idées. Il arrive à rester frais et proposer de la musique de grande qualité même avec son rythme de publication effréné.

The Dear Hunter en quelques mots

The Dear Hunter est un groupe de Rock Progressif américain fondé en 2005 à Providence (Rhode Island). Il est actuellement constitué de Casey Crescenzo (chant, guitare, clavier), Maxwell Tousseau (guitare, clavier, choeurs), Robert Parr (guitare, clavier, choeurs), Gavin Castleton (clavier, choeurs), Nick Sollecito (basse) et Nick Crescenzo (batterie, choeurs).

À ce jour, la discographie du groupe compte de nombreux EP et 7 albums : Act I : The Lake South, The River North en 2006, Act II : The Meaning of, and All Things Regarding Ms. Leading en 2007, Act III : Life and Death en 2009, The Color Spectrum en 2011, Migrant en 2013, Act IV : Rebirth in Reprise en 2015 et Act V : Hymns with the Devil in Confessional en 2016.

L’univers de The Dear Hunter

Pour parler correctement de cet album, il faut faire un point sur The Dear Hunter et sa série d’albums concepts présentés sous forme d’actes. Un jour, Casey Crescenzo, le cerveau du groupe, a entrepris de raconter une longue histoire à travers 6 albums. Act I est la première partie du récit en six actes. C’est le début de l’histoire qui se déroule à l’aube du xxe siècle. Cet opus traite de la naissance et de l’enfance du personnage principal. Ce dernier est connu sous le nom de The Dear Hunter ou The Boy. Il est le fils d’une prostituée nommée Mme Terri. Act II commence avec la mort de la mère du personnage principal. Il se rend alors dans une maison close voisine dans l’espoir d’en apprendre davantage sur sa mère et sa vie en tant que prostituée. Il finit par tomber amoureux d’une prostituée nommée Mme Leading. Peu de temps après, leur relation se brise et il la quitte en raison de son regrettable métier. 

Au début de l’acte III, le protagoniste devient un soldat et se bat pour échapper à son passé. Plus tard dans l’album, le héros est sauvé d’une attaque au gaz moutarde par un soldat anonyme. Par coïncidence, The Dear Hunter retrouve son père. De plus, le soldat qui l’a sauvé n’est autre que son demi-frère. Lors de la guerre, le demi-frère est tué au combat et le protagoniste voit son père ne montrer aucune émotion vis-à-vis de la tragédie, ce qui le rend furieux. Il décide alors d’empoisonner son père et de voler l’identité de son frère. Il exécute son plan dans l’espoir de pouvoir vivre avec sa belle-mère après la guerre, car il ressemble beaucoup à son défunt demi-frère. L’album se termine sur les pensées de The Boy, qui espère qu’un “jour ou l’autre, il réapprendra à aimer”. Act IV suit la conclusion de l’acte III. Le personnage principal assume l’identité de son demi-frère décédé après la résolution de la Première Guerre mondiale. Finalement, dans l’acte V, The Dear Hunter doit faire face aux terribles conséquences de ses actions. 

Act V : Hymns With The Devil In Confessional n’est pas juste un album de Rock

Act V est sorti le 9 septembre 2016 via Equal Vision Records. Il a été produit par Casey Crescenzo, mixé par Mike Watts et masterisé par Mike Kalajian. De nombreuses personnes ont travaillé sur cet album. Seulement un an sépare Act IV : Rebirth in Reprise et Act V : Hymns with the Devil in Confessional. Une grande partie de Act V a été enregistrée en même temps que Act IV. Malgré tout, chacun de ses opus a une identité bien distincte. Pour le moment, Hymns with the Devil in Confessional est le chapitre le plus musicalement varié. Il est plus sombre et plus profond que les autres, et fournit un niveau de complexité qui souligne les épreuves émotionnelles du personnage. On retrouve du Rock, du Blues, du Jazz, de la musique folk et de la musique classique. The Dear Hunter ne cherche pas particulièrement à appartenir à un genre. Il souhaite juste s’exprimer.

La série peut être qualifiée d’oeuvre majeure, de par son ampleur et sa qualité. Pour le moment, aucun groupe du genre n’a osé s’attaquer à une tâche pareille. C’est déjà assez difficile d’écrire un bon album, alors six opus à la suite avec une histoire remplie de détails qui s’entremêlent, on oublie. Et pourtant, Casey Crescenzo le fait avec brio. Act V est l’avant dernier volet du plus colossal “opéra rock” jamais réalisé à ce jour. Il est plus posé et moins festif que Act IV. Il s’éloigne également un peu du Rock des débuts, au profit de nombreux passages symphoniques. D’ailleurs, Casey Crescenzo a confirmé que Act V sera le dernier opus dans un style Rock. Le prochain et dernier album, Act VI, sera très spécial et terminera la série en apothéose. Il semblerait que Casey Crescenzo prévoit de réaliser une symphonie. Le dernier volet s’inscrira donc probablement dans le domaine de la musique classique. En outre, malgré le fait que Act V soit le fruit d’un long développement narratif, il n’est pas réservé aux fans de longue date. Il est tout à fait accessible aux néophytes.

The Dear Hunter a créé un chef d’oeuvre

Une fois de plus, The Dear Hunter propose de la musique exceptionnelle à ses fans. La flamme est toujours là. Casey Crescenzo a toujours été un musicien hors pair, et le fait qu’il continue de s’améliorer au fil du temps tient du miracle. Act V prouve à nouveau que The Dear Hunter est dans une classe à part. Avec un peu de chance, une fois l’acte VI sorti, le groupe aura enfin la reconnaissance qu’il mérite depuis toujours. The Dear Hunter a créé un chef d’œuvre.

Chansons préférées de Act V : Hymns With The Devil In Confessional : The Moon / Awake, Light, Gloria