L'album de Rock/Post-Hardcore à ne pas manquer en ce début d'année 2024 ; Ghost Atlas touche au plus profond avec Dust Of The Human Shape

à 12 h 31 min
Lecture 3 min.
L'album de Rock/Post-Hardcore à ne pas manquer en ce début d'année 2024 ; Ghost Atlas touche au plus profond avec Dust Of The Human Shape
© Bryan Kirks (Presse)

Jesse Cash, le cerveau de Ghost Atlas et la force motrice des génies du Metalcore progressif Erra, revient avec Dust Of The Human Shape. Artiste entouré de mystère, Cash canalise sa belle voix mélodique et son écriture complexe dans un album qui transcende les frontières conventionnelles.

Dust Of The Human Shape témoigne des multiples influences de Cash, qui puise son inspiration dans la littérature, le cinéma et une palette musicale variée. L’album constitue une véritable mosaïque d’émotions, allant des mélodies envoûtantes de Void Voyeur et de l’entraînant Lesser Gods aux accents nostalgiques du brit-Rock des années 90 de Gaps In The Armoire et de Seeker (Stretch The Night).

Cet album est intensément personnel, chaque aspect – la musique, les paroles et les images – servant d’expression intentionnelle du monde intérieur de Cash. Défi lancé à l’auditeur pour qu’il trouve sa propre voie, Dust Of The Human Shape vous invite à vous immerger dans son récit riche et introspectif.

Le découpage piste par piste met en évidence la diversité de l’album. Void Voyeur donne le ton avec une beauté mélodique, tandis que Panorama Daydream introduit un tempo plus vif et plus optimiste. Lesser Gods et Gaps In The Armoire conservent leur énergie, mettant en valeur la voix caractéristique de Cash.

Seeker (Stretch The Night) est une ballade poignante, tandis que Riding The Blindside associe des couplets mélodiques à du Post-Hardcore. Tomato Red offre un moment de suspension avec des éléments atmosphériques, menant à l’énergique Polyphonic Mind avec son refrain accrocheur.

Bedsheet Tourniquet surprend par des décalages inattendus, et la chanson éponyme, Dust Of The Human Shape, se déploie comme une ballade au piano avec des accents orchestraux. In the House of Leaves apporte une énergie qui rappelle les autres singles, tandis que l’album se conclut avec le long Death Confetti, laissant une note douce-amère.

La capacité de Jesse Cash à créer un album captivant est évidente dans l’arrangement réfléchi. La cohérence de l’identité artistique et la fusion unique des genres mettent en évidence le talent unique de Cash. Dust Of The Human Shape n’est pas seulement un album ; c’est le témoignage d’un artiste qui sait comment ouvrir et clore un chapitre musical avec brio.

La sortie de Dust Of The Human Shape est prévue pour le 26 janvier via UNFD.