Tom Morello de Rage Against The Machine partage ses expériences racistes avec la police, le KKK et ses fans

à 10 h 55 min
Lecture 4 min.
Tom Morello de Rage Against The Machine partage ses expériences racistes avec la police, le KKK et ses fans
© Charley Gallay, Getty Images

Hier, le guitariste de Rage Against the Machine, Tom Morello, a eu une conversation en direct avec Dan Reynolds (Imagine Dragons), The Bloody Beetroots et l’artiste Shea Diamond durant laquelle ils ont parlé de la race et de l’art en Amérique. Au cours de la conversation, Tom Morello a parlé de son expérience du racisme et a déclaré que : “Le racisme dans ce pays est aussi américain que la tarte aux pommes et le baseball”.

Tom Morello a passé la majeure partie de la conversation à interviewer ses invités et à écouter leur point de vue sur la race, mais avant d’entamer une session de questions-réponses avec ses fans, il a parlé de ses rencontres avec le Ku Klux Klan alors qu’il grandissait à Libertyville, dans l’Illinois, et de son arrestation par la police des dizaines de fois durant les années les plus fastes de Rage Against the Machine.

Tom Morello a déclaré :

Au plus fort de la gloire et de la fortune de Rage Against the Machine, j’ai été arrêté et menotté sur le côté de l’IL-176, qui traverse la ville, juste en rentrant d’un bar local parce que j’étais un noir à Libertyville. […] Pourquoi y a-t-il un homme noir d’une trentaine d’années dans ce quartier ? C’est un bruit de fond constant pour ceux d’entre nous qui en ont fait l’expérience, et c’est quelque chose que vous ne pouvez pas vraiment comprendre si vous n’en avez pas fait l’expérience.

Il a poursuivi :

Une partie curieuse de mon histoire est que j’ai “changé de couleur” au fil des ans. Dans la ville où j’ai grandi, j’étais la seule personne noire. Une fois, il y a eu une corde dans le garage de ma famille, et, de temps en temps, il y avait une croix brûlée sur la pelouse. Aussi, ma mère, qui était enseignante dans un lycée public, avait certains des trucs racistes les plus horribles épinglés sur son tableau. Ensuite, j’ai fait partie d’un groupe populaire qui avait des chansons qui étaient principalement diffusées sur des stations blanches orientées vers le Rock. La façon dont je parle n’est pas typiquement urbaine, et une grande partie de mes fans hallucinent quand je dis que je suis noir. Ils ne veulent pas le croire, ils en doutent et ça fait surface une fois par mois, que ce soit sur Twitter ou Instagram. Ils me disent : “Tu n’es pas noir !”. Pourtant, je vous assure que le Ku Klux Klan de l’Illinois du Nord pense que je le suis.

Il a ajouté :

La race est un sujet de discussion très compliqué en Amérique, car le racisme dans ce pays est aussi américain que la tarte aux pommes et le baseball. C’est entremêlé avec l’ADN de ce pays. C’est pourquoi quand vous critiquez le racisme, les gens pensent que vous critiquez l’Amérique… parce que c’est le cas. La vengeances contre ces statues est très violente, parce qu’il y a ces mythes de la suprématie blanche qui sont tissés dans notre histoire. Un jour, George Washington a échangé un homme noir contre un baril de mélasse. Thomas Jefferson a violé Sally Hemings, 14 ans, une personne qu’il possédait et avec qui il a eu un tas d’enfants. Ce sont comme les pères fondateurs n°1 et 2, et ces horreurs sont réelles.

Tom Morello a conclu en disant :

Il est difficile de dire : “Nous sommes le plus grand pays de tous les temps, nous sommes le pays de la liberté et des droits de l’homme”, quand ces grains de racisme objectivement horribles sont au cœur de notre vie. C’est une des raisons pour lesquelles vous voyez à la fois un racisme actif (les membres du KKK et le drapeau confédéré), et un racisme réactif (les gens qui ont le sentiment que l’Amérique qu’ils connaissent est menacée par la vérité).

Les quatre participants à la discussion ont récemment collaboré à un hymne de protestation appelé Stand Up. Vous pouvez écouter le morceau ci-dessous.

Tom Morello x Shea Diamond x Dan Reynolds x The Bloody Beetroots – Stand Up :

Source : Loudwire

Restez connectés à MetalZone sur Facebook