Il y a 40 ans, Ozzy Osbourne sortait Blizzard of Ozz

à 14 h 29 min
Lecture 5 min.
Il y a 40 ans, Ozzy Osbourne sortait Blizzard of Ozz
© Jet

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le premier album solo d’Ozzy Osbourne, Blizzard of Ozz, qui est sorti le 20 septembre 1980, est l’un des plus grands albums de l’histoire du Metal.

Tout d’abord, il s’agit d’un retour en force d’un artiste qui semblait complètement abattu et épuisé. Fin 1978, alors qu’il avait enregistré huit albums avec Black Sabbath, Ozzy Osbourne était en train de s’effondrer. Affecté par la drogue et l’alcool et n’arrivant plus à écrire, il s’est absenté et a manqué six semaines de répétition avec le groupe. Finalement, les autres membres de Sabbath – qui avaient eux-mêmes de graves problèmes d’alcool et de drogue – ont décidé qu’ils ne pouvaient plus avancer avec Ozzy.

Dans le livre Louder Than Hell : The Definitive Oral History of Metal, Tony Iommi, guitariste de Sabbath, a déclaré :

À ce moment-là, Ozzy ne voulait rien faire à part sortir et se saouler. Alors, c’est arrivé au point où les autres gars ont dit : “Bon, écoute, si on ne fait rien, on va se séparer. On ne va pas le supporter. On va partir”. Nous avons donc pris la décision à trois. On a dit : “On va devoir remplacer Ozzy”.

À ce moment-là, Ozzy Osbourne vivait dans un hôtel délabré qu’il pouvait à peine se permettre puisqu’il avait dépensé énormément d’argent en cocaïne et en alcool. Il avait perdu sa femme, son groupe, son estime de soi et, pensait-il, son charisme. Mais Sharon Arden, la fille du manager de Black Sabbath, Don Arden, a estimé qu’Ozzy était la star du groupe lorsqu’il était sur scène avec Sabbath, et qu’il pouvait encore faire partie de quelque chose d’exceptionnel. Elle l’a donc pris sous son aile, d’abord comme ami, puis comme manager, et lui a redonné confiance en lui en tant qu’artiste. Elle a ensuite travaillé avec lui pour mettre sur pied une nouvelle équipe de musiciens. Au départ, ils voulaient recruter le guitariste Gary Moore, mais il n’était pas intéressé, alors, à la suggestion de Dana Strum, l’amie d’Ozzy, ils ont engagé un jeune guitariste virtuose du nom de Randy Rhoads.

Dans ses mémoires, I Am Ozzy, M. Osbourne a écrit :

Nous sommes allés dans un studio quelque part pour que je puisse l’entendre jouer. Je me souviens qu’il a branché sa Gibson Les Paul sur un petit ampli d’entraînement et qu’il m’a dit : “Ça vous dérange si je m’échauffe ?”. Puis il a commencé à faire ces exercices. J’ai dû lui dire : “Arrête, Randy, arrête-toi tout de suite”. Il m’a dit : “Qu’est-ce qui ne va pas ?”. Et j’ai répondu : “Tu es engagé”. Tu aurais dû l’entendre jouer, mec.

À partir de ce moment et jusqu’au 19 mars 1982, M. Rhoads est devenu l’arme pas si secrète d’Ozzy. Pour compléter le line-up, Ozzy voulait que Dana Strum joue de la basse, mais ça n’a pas marché, alors il a ajouté l’ex-bassiste de Uriah Heep, Bob Daisley, et un de ses amis, Barry Screnage, comme batteur temporaire.

Avec du sang neuf, une forte musicalité et une excellente connexion, M. Rhoads, M. Daisley et M. Osbourne ont commencé à écrire dans un studio à Monmouth, au Pays de Galles. Au début des années 1980, le groupe a fait une démo de trois de ses chansons les plus qualitatives et les plus populaires, Crazy Train, I Don’t Know et Goodbye to Romance avec le batteur Dixie Lee. Réalisant qu’ils avaient besoin de quelqu’un qui puisse garder un rythme plus intense et plus régulier, ils ont auditionné et engagé le batteur Lee Kerslake, qui avait déjà joué avec M. Daisley dans Uriah Heep. C’était un léger compromis puisqu’Ozzy visait Tommy Aldridge, qui était très occupé à l’époque. Cependant, M. Kerslake a répondu aux besoins du groupe, même si M. Daisley et lui se sont retrouvés plus tard pris au piège d’une bataille juridique pour des droits d’auteur impayés.

Le groupe Blizzard of Ozz, comme on l’appelait à l’époque, s’est envolé pour le studio Ridge Farm à Rusper, en Angleterre, pour commencer à enregistrer l’album avec le producteur Chris Tsangarides, et son ingénieur Max Norman. La première chanson qu’ils ont enregistrée était Goodbye to Romance. De nombreuses péripéties plus tard, l’album était terminé.

Lorsque le groupe Blizzard of Ozz a terminé l’album, CBS Records a créé un artwork qui comportait le nom d’Ozzy en gros caractères et Blizzard of Ozz en caractères beaucoup plus petits. Immédiatement – erreur ou non – l’album a été considéré comme le premier album solo d’Ozzy Osbourne. Selon toute vraisemblance, lorsque la maison de disques a réalisé la force de l’album, elle s’est dit qu’il serait plus facile de le commercialiser comme l’album solo de l’ancien chanteur de Black Sabbath que comme un groupe totalement nouveau.

Blizzard of Ozz est entré en 21e position du Billboard et a été classé 7e au Royaume-Uni. L’album a été certifié or le 31 juillet 1981 et platine le 18 juin 1982. À ce jour, il s’est vendu à plus de quatre millions d’exemplaires aux États-Unis.

Aujourd’hui, Blizzard of Ozz n’est pas seulement l’un des albums de Metal les plus réussis de tous les temps, c’est aussi l’un des plus influents. Alex Skolnick, le guitariste principal de Testament, a dit à son sujet :

Le premier album de Heavy Metal que j’ai acheté était Blizzard of Ozz. Je ne connaissais pas encore Sabbath. C’était une grande découverte pour moi. Entendre jouer Randy Rhoads était complètement époustouflant. Cela a pratiquement réinventé ma façon de penser à la guitare électrique et à ce qu’on peut en faire, ce qui était assez incroyable.

Restez connectés à MetalZone sur Facebook