Dino Cazares confirme qu’il possède désormais “100%” de Fear Factory, et parle des multiples procès intentés par le groupe

à 13 h 20 min
Lecture 5 min.
Dino Cazares partage de nouvelles informations sur le retour de Fear Factory
© Kevin Estrada

Le guitariste de Fear Factory, Dino Cazares, a récemment été interviewé par MetalSucks au sujet du drama actuel entourant le groupe et sa campagne GoFundMe. Cette campagne a pour but de récolter 25 000 dollars afin de terminer le nouvel album du groupe, qui a été enregistré il y a plusieurs années.

Cet opus, annoncé en 2018 par le leader Burton C. Bell comme étant intitulé Monolith, a finalement été mis de côté en raison de litiges internes au groupe concernant ses marques déposées. Il y a quelques semaines, M. Cazares a annoncé que son implication dans ces litiges avait été résolue et qu’il avait “gagné”.

Peu de temps après le lancement de la campagne GoFundMe, M. Bell a pris publiquement ses distances par rapport à celle-ci, la qualifiant d'”escroquerie” sur les réseaux sociaux, tout en déclarant qu’il n’y participait pas.

Depuis lors, M. Cazares a contesté les propos de M. Bell. Bien que l’album (et les parties de Burton) ait été “achevé” en 2017, il a ressenti le besoin de retourner enregistrer les parties de guitares et de basse lui-même et d’y ajouter le jeu de batterie live de Mike Heller. Il a également fait appel à plusieurs invités et avait l’intention d’utiliser les fonds de la campagne GoFundMe pour couvrir ces coûts ainsi que ceux du mixage, du mastering, etc.

Bien que Fear Factory reste signé chez Nuclear Blast, M. Cazares a depuis expliqué sur les réseaux sociaux que le groupe avait déjà dépassé son avance sur le disque en raison des nouveaux coûts supplémentaires, d’où la campagne GoFundMe.

Il est intéressant de noter que dans l’interview susmentionnée, récemment publiée, M. Cazares révèle que lui et M. Bell ne se sont pas parlé depuis plus d’un an, déclarant :

Il a clairement indiqué qu’il prenait ses distances par rapport à Fear Factory parce qu’il travaille sur son projet Ascension Of The Watchers. Je ne fais que le citer, c’est ce qu’il a dit aux médias. Nous avons essayé de nous contacter au fil des ans, mais nous n’avons pas vraiment une bonne relation. Habituellement, lorsque Burt travaille sur un projet, il disparaît et se concentre dessus. C’est ce que je sais grâce aux trente années passées à le fréquenter et à travailler avec lui. Et c’est comme ça. Il n’y a eu aucune communication entre nous deux – dernièrement.

En effet, M. Bell se prépare actuellement pour le nouvel album de Ascension Of The Watchers, Apochrypha, qui sortira le 9 octobre via Dissonance Productions.

En parlant de la décision de M. Bell d’annoncer le nouvel album de Fear Factory en 2018 à l’insu de M. Cazares, ce dernier a dit :

À cette époque [en 2018], il a été ordonné par le tribunal que nous ne pouvions pas légalement utiliser le nom Fear Factory pour solliciter des produits tels que du merchandising, des CDs, des tournées, etc… En parler en public aurait pu causer un préjudice juridique, et c’est ce qui s’est produit par la suite. Cela a vraiment causé de la confusion chez nos fans.

S’adressant à MetalSucks dans cette récente interview, M. Cazares a révélé qu’il détenait légalement 100% des droits actuels de Fear Factory, déclarant :

J’ai tous les droits légaux de Fear Factory.

Il a ensuite révélé que non seulement M. Bell et les anciens membres Christian Olde-Wolbers et Raymond Herrera étaient impliqués dans un conflit juridique sur les marques du groupe, mais que M. Cazares était également impliqué dans un procès séparé lancé par Christian Olde-Wolbers et Raymond Herrera.

M. Cazares a aussi confirmé qu’il n’y a jamais eu de litige explicite entre lui et M. Bell au milieu de tous ces problèmes juridiques. Malgré la tension apparente qui existe, maintenant que Burton a publié des messages offensants sur les réseaux sociaux, M. Cazares considère toujours M. Bell comme un membre actuel du groupe :

Oui, je suis le seul propriétaire du nom et de la marque, mais cela ne veut pas dire que Burton ne peut pas être là à mes côtés. Nous continuons à travailler comme des fous et à faire de la bonne musique pour que les gens l’entendent.

M. Cazares ne semble pas non plus avoir d’animosité envers M. Bell, malgré son manque de communication et ses commentaires sur les réseaux sociaux :

Tout ce que j’ai, c’est de l’amour et du respect pour ce type. Si Bell revient activement au bercail, il le fera dans des conditions commerciales accueillantes.

Lorsqu’on lui a demandé si M. Bell serait considéré comme un employé salarié à l’avenir, M. Cazares a répondu :

Pourquoi ne pourrait-on pas faire ça d’une manière égalitaire ? Pour moi, tout ce qui s’est passé ne change rien.

Restez connectés à MetalZone sur Facebook