Corey Taylor de Slipknot dit que Lars Ulrich de Metallica avait "raison sur beaucoup de choses" à propos de Napster

à 15 h 45 min
Lecture 3 min.
Corey Taylor (Slipknot/Stone Sour) explique pourquoi il était "évident" d'appeler son premier album solo CMFT
© Ashley Osborn

Lors d’une apparition dans le dernier épisode du podcast Wild Ride! With Steve-O, on a demandé à Corey Taylor, le leader de Slipknot et de Stone Sour, s’il préférait que les gens consomment la musique de ses différents projets de manière old-school ou moderne.

Il a répondu :

Évidemment, je vais dire la manière old-school – acheter l’album, regarder l’artwork, lire les paroles.

Il a poursuivi :

C’est un peu bizarre, parce qu’à notre époque, il est vraiment difficile de savoir lesquels de ces putains de services de streaming paient réellement les artistes qu’ils arnaquent. Il est plus important pour moi que les gens écoutent la musique. À ce stade, j’ai en quelque sorte fait la paix avec le fait qu’il existe divers services qui ne font que nous baiser, et jusqu’à ce que la [nouvelle] législation soit réellement appliquée […], ils continueront à nous payer à ce taux. [Les services de streaming] ont fait appel contre cette loi. Cependant, je ne pense pas que les appels iront jusqu’au bout. Ils vont augmenter les taux, et les musiciens pourront à nouveau vivre de leurs enregistrements.

Corey a ensuite fait l’éloge de Lars Ulrich, batteur de Metallica, qui a vu l’image de son groupe fortement ternie aux yeux des fans de musique après que Metallica a intenté un procès contre le service pionnier de partage de fichiers musicaux Napster en 2000.

Je me souviens que tout le monde l’a emmerdé à ce sujet, alors qu’il avait raison sur tellement de points, mec. C’est effrayant. Je me demande combien de personnes regardent en arrière et se mangent les doigts à cause de ça… Parce qu’il savait – il savait qu’on se dirigeait vers le gouffre.

Metallica a poursuivi Napster après que le groupe a découvert qu’une version démo divulguée de sa chanson I Disappear circulait sur le service pionnier de partage de fichiers musicaux avant sa sortie.

En mai 2000, Lars Ulrich a remis à Napster Inc. un camion rempli de papiers, énumérant des centaines de milliers de personnes qui auraient utilisé le logiciel de la société pour partager des MP3 non autorisés des chansons de Metallica.

Les représentants de Metallica ont compilé la liste de plus de 60 000 pages comprenant 335 435 identifiants d’utilisateurs de Napster en un week-end, en réponse à la promesse de Napster de fermer les comptes des utilisateurs qui échangeaient de la musique sans autorisation. Les noms réels des utilisateurs ne figuraient pas sur la liste.

Plus tard, Metallica a adopté la musique numérique : en décembre 2012, le groupe a mis à disposition sur Spotify tous ses albums studio, ainsi que divers opus live, singles, remixes et collaborations.

Interview de Corey Taylor pour Wild Ride! With Steve-O :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : blabbermouth.net
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Architects annonce son nouvel album For Those That Wish To Exist !

Architects
For Those That Wish To Exist

Par tommy, le 09/06/2021
Family Tree

Black Stone Cherry
Family Tree

Par tommy, le 08/06/2021
Gojira annonce son nouvel album, Fortitude, et publie un nouveau single !

Gojira
Fortitude

Par tommy, le 05/06/2021
Plus d'actus sur Slipknot
L'actu Nu Metal