MetalZone débarque sur ton mobile !

Max et Igor Amadeus Cavalera présentent leur groupe Go Ahead And Die !

à 16 h 21 min
Lecture 5 min.
Max Cavalera lance un nouveau groupe de Death Metal avec son fils
© Nuclear Blast

Lors d’une récente interview accordée à Metal Hammer, Max Cavalera, légende de Sepultura, Soulfly, Cavalera Conspiracy et Killer Be Killed, et son fils, Igor Amadeurs Cavalera, ont présenté leur projet, Go Ahead And Die.

Max Cavalera a déclaré que le premier album de son nouveau groupe, Go Ahead And Die, l’a empêché de perdre la tête au cours des 12 derniers mois.

Max Cavalera a déclaré :

Tout le monde devenait fou à cause de la pandémie. L’horizon s’assombrissait et personne n’avait rien à faire. Alors en faisant cet album, j’ai eu une raison de sortir du lit et de faire quelque chose de ma vie. Cela a sauvé ma santé mentale.

Il y a une autre raison pour laquelle cette aventure est importante pour lui. C’est la première fois que Max Cavalera fait équipe avec son fils, Igor Amadeus Cavalera.

Il a ajouté :

J’ai toujours eu une grande connexion Metal avec Igor depuis qu’il est tout petit. Je lui ai montré beaucoup de trucs de mon époque, comme Celtic Frost et Discharge, et il m’a montré des trucs plus récents comme Full Of Hell et Genocide Pact.

L’album éponyme affiche son amour du Metal underground des années 80, du Crust-Punk et du Grindcore, faisant même appel à Jeff Walker, le leader de Carcass, pour dessiner le logo.

Igor Amadeus Cavalera a déclaré :

Mes deux groupes et celui de mon père sont plus portés sur le groove […]. Nous voulions vraiment avoir un côté plus “old school” avec [Go Ahead And Die].

Mais si le son de Go Ahead And Die est du pur jus des années 1980, les sujets qu’il aborde ne pourraient pas être plus actuels. Le premier single, Truckload Full Of Bodies, est directement inspiré de la pandémie, tandis que les titres I.C.E. Cage, Toxic Freedom et Worth Less Than Piss s’en prennent aux institutions politiques.

Igor a ajouté, concernant le style “old school” :

C’était vraiment l’intention – faire quelque chose de rapide et de gras, comme Extreme Noise Terror, Discharge et Doom. Le son et l’image – tout était censé aller ensemble.

Max a poursuivi :

Nous écoutions de vieux morceaux de Kreator où la batterie est plus imposante et plus rapide que le riff de guitare, et nous nous sommes dit : “Nous devons avoir cette ambiance”. Sur certaines chansons, on a l’impression que Zach [Coleman, batteur] va un peu plus vite, et parfois plus lentement, naturellement. Quand j’écoute l’album, j’ai l’impression qu’il a été fait en 1987, mais avec un message actuel, sur ce que le monde ressent en ce moment.

Extraits de l’interview pour Metal Hammer :

La première chanson de l’album est Truckload Full Of Bodies. Vous avez dit qu’elle parlait des politiciens qui ne se soucient pas de la santé de leurs concitoyens. De qui parlez-vous ? Bolsanaro au Brésil ? Modi en Inde ? De Trump aux États-Unis ?

Max a répondu :

Tous. Je lisais un article dans National Geographic, et il y avait un camion en Italie qui était rempli de corps. C’est ce qui m’a donné l’idée du nom de la chanson. Dans tous les endroits touchés, on voyait que le gouvernement tout-puissant s’en fichait. Même le nom du groupe vient de là : “Vas-y et meurs, on s’en fout, on s’en fout que tu vives ou que tu meures”. Ça fait vraiment chier parce que nous sommes des êtres humains, notre vie nous appartient, c’est une chose précieuse. Quand nous voyons des gens mourir parce que les puissants – et c’est vraiment hypocrite parce que les puissants ont pris soin d’eux-mêmes et se sont assurés d’avoir les vaccins et les médicaments à disposition – laissent les gens mourir. Le Brésil va très mal en ce moment, il y a trente mille personnes qui meurent chaque jour.

Vous vous attaquez de front à des questions politiques brûlantes avec Truck Load Full Of Bodies et Ice Cage. Vous visez définitivement les gouvernements conservateurs, ce qui va probablement énerver certains fans de Metal.

Igor a expliqué :

C’est drôle, je n’ai jamais vraiment prévu de faire un album politique. Nous nous sommes dit : “Faisons-le parce que c’est ce que nous ressentons en ce moment”. 2020 a été une année terrible, entre les élections, la pandémie, le meurtre de George Floyd et les manifestations. Nous ne pouvions pas écrire ce genre de musique et ensuite avoir des paroles sur le fait que tout va bien.

Il a continué :

Il est important d’interpeller les gens. Si une chanson sur la brutalité policière vous met en colère, vous devez réfléchir aux raisons de votre colère. Si une chanson sur la corruption politique vous met en colère, réfléchissez aux raisons de votre colère. Donc non, je ne suis pas inquiet à ce sujet.

Cet album sera-t-il unique, ou pensez-vous en faire un autre à l’avenir ?

Max a répondu :

J’adorerais, parce que c’était tellement puissant […] Je pense que l’album sera bien accueilli, parce que je crois que beaucoup de fans regrettent le son Max des années 80 – l’époque Schizophrenia, Morbid Visions.

Igor a conclu :

Si nous avons l’opportunité de faire un autre album, je suis tout à fait pour. Avons-nous eu une conversation ? Oui, en effet. […] Cela peut évoluer vers un groupe dans lequel nous nous investirons à plein temps.

À lire aussi : Découvrez le deuxième single, Damned, du premier projet post-Megadeth de David Ellefson, The Lucid

Go Ahead And Die – Truckload Full Of Bodies :

Go Ahead And Die – Toxic Freedom :

Go Ahead And Die – Roadkill :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : loudersound.com