Le chanteur de Rammstein, Till Lindemann, est lâché par son éditeur après de nouvelles accusations portées contre lui

à 11 h 45 min
Lecture 4 min.
Rammstein : Le chanteur Till Lindemann arrêté et interrogé par la police russe
© Yulia Grigoryeva / Shutterstock.com

De nouvelles accusations ont été portées contre Till Lindemann, le chanteur sexagénaire du groupe allemand de Metal industriel Rammstein.

Le mois dernier, une femme a révélé publiquement qu’elle avait été recrutée pour participer à une fête dite “Row 0” organisée autour de l’un des récents shows de Rammstein à Vilnius, en Lituanie.

Selon ces allégations, la femme en question affirme que des employés du groupe ont recruté des femmes qui assistaient au show de Rammstein pour qu’elles passent du temps avec des membres du groupe et de l’équipe lors d’un événement privé. Les allégations désignent en particulier le chanteur du groupe, Lindemann, comme étant impliqué dans ces soirées, dont la femme affirme avoir découvert qu’elles étaient centrées sur des rencontres sexuelles.

La femme qui a formulé ces allégations a affirmé qu’elle avait été droguée lors de la fête privée et qu’elle s’était réveillée avec des ecchymoses d’origine inconnue. Elle affirme avoir fait appel à la police pour cette affaire. Rammstein a commenté la situation via Twitter le 28 mai, niant toute l’histoire.

Le groupe a écrit : “En ce qui concerne les accusations qui circulent sur Internet au sujet de Vilnius, nous pouvons exclure la possibilité que les faits allégués se soient déroulés dans notre environnement. Nous n’avons connaissance d’aucune enquête officielle à ce sujet.”

Cependant, un nouveau rapport publié le 2 juin par Tagesschau fait état d’allégations troublantes de la part de plusieurs autres femmes. Les incidents en question remontent jusqu’au début de l’année 2020, une femme déclarant qu’elle s’est réveillée sur un lit d’hôtel avec Lindemann allongé sur elle.

Le rapport indique ce qui suit : “Selon ses souvenirs, Lindemann était allongé sur elle lorsqu’elle a repris conscience et lui a demandé s’il devait s’arrêter – [Elle raconte :] ‘Je ne savais même pas ce qu’il voulait arrêter de faire’. Lindemann est parti peu après. Des membres de l’équipe [de Lindemann] ont ensuite proposé de la drogue [à la femme en question]. Elle a refusé.”

Le journal susmentionné affirme également que plus d’une douzaine de femmes ont depuis lors parlé à des journalistes de la nature de ces soirées “Row 0” organisées autour des concerts de Rammstein. Tagesschau rapporte que les différents témoignages et récits qui leur ont été présentés décrivent des femmes de certaines tranches d’âge contrôlées à l’avance par des employés du groupe pour être admises à ces fêtes, qui impliqueraient des relations sexuelles, de la drogue et de l’alcool.

L’une d’entre elles affirme avoir été informée qu’elle ne pourrait y participer que si elle était intéressée par d’éventuels rapports sexuels avec Lindemann. Le rapport indique également que divers “chat logs” et captures d’écran des soirées organisées ont été présentés pour étayer les allégations de ces femmes.

En réponse à ces allégations, Kiepenheuer & Witsch, qui a publié le livre de poésie In Stillen Nächten (In Still Night) de Lindemann en 2013, a mis fin à son arrangement avec lui. L’éditeur a invoqué les allégations récentes et la découverte par ses soins que le livre était apparu dans une vidéo pornographique dans laquelle Lindemann était impliqué.

Un communiqué publié par l’éditeur indique (comme le rapporte la branche allemande de Metal Hammer) : “C’est avec choc que nous avons suivi les allégations publiques contre Till Lindemann au cours des derniers jours. Notre sympathie et notre respect vont aux femmes concernées.”

“Dans le cadre des reportages en cours, nous avons pris connaissance d’une vidéo pornographique dans laquelle Till Lindemann célèbre la violence sexuelle à l’égard des femmes et dans laquelle le livre de 2013, In Still Night, publié par Kiepenheuer & Witsch joue un rôle. Nous considérons qu’il s’agit là d’un abus de confiance flagrant et d’un acte odieux par rapport aux valeurs que nous représentons en tant qu’éditeur.”

“Nous défendons avec conviction la liberté de l’art. À travers les actions de Till Lindemann qui humilient les femmes dans le porno susmentionné et l’utilisation ciblée de notre livre dans un contexte pornographique, la séparation entre le ‘je lyrique’ et l’auteur/artiste, que nous avons si ardemment défendue, est tournée en dérision par l’auteur lui-même.”

“De notre point de vue, Till Lindemann dépasse des limites infranchissables dans son rapport avec les femmes. Nous avons donc décidé de mettre fin à notre collaboration avec Till Lindemann avec effet immédiat, notre relation de confiance avec l’auteur étant irrémédiablement rompue.”

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Rammstein
L'actu Heavy Metal