Ian Hill, de Judas Priest, critique l'IA dans la musique : "L'IA ne peut pas vraiment jouer en direct"

à 14 h 41 min
Lecture 3 min.
Judas Priest : Ian Hill à propos du nouvel album : "C'est possible à la fin de l'année prochaine. Mais si ce n'est pas le cas, ce sera en 2023"
© James Jeffrey Taylor, Shutterstock.com

L’intelligence artificielle est devenue un sujet controversé dans le monde de l’art, en particulier en ce qui concerne son utilisation dans la création et le remplacement potentiel de l’art humain. Si l’art généré par l’IA est largement débattu, sa présence dans l’industrie musicale reste relativement minime. Cependant, le potentiel de l’IA à remplacer les musiciens humains suscite de plus en plus d’inquiétudes.

Le bassiste de Judas Priest, Ian Hill, a récemment fait part de ses inquiétudes quant au rôle de l’IA dans la musique lors d’une interview avec Elena Rosberg de Radiocast BG. Il a souligné une limite essentielle de l’IA : son incapacité à jouer en direct avec la même authenticité que les musiciens humains.

“Si quelque chose a été généré par une IA, il ne sera pas possible de le jouer sur des instruments ; il faudra utiliser des pistes d’accompagnement d’une manière ou d’une autre. Et vous le saurez. Lorsque vous écoutez des chansons actuelles, en particulier des chansons pop, vous vous dites : ‘Ce n’est pas une guitare basse. C’est un type qui joue sur un clavier’. Vous le savez”, a souligné M. Hill.

Hill s’est attardé sur l’aspect performance en direct, en déclarant : “L’intelligence artificielle ne peut pas vraiment jouer en direct. C’est ce qui compte. Une grande partie de la musique, surtout dans le monde de la pop de nos jours, est un peu fausse – des gens chantent en playback et ainsi de suite. L’IA ne peut même pas faire cela. L’intelligence artificielle ne peut pas monter sur scène. Cela ne fonctionnera pas. Donc, du point de vue de l’enregistrement, oui, ils peuvent tromper les gens – ils peuvent tromper beaucoup de gens – mais, en fait, lorsqu’un groupe joue en direct, c’est le test décisif, n’est-ce pas ? Et je ne vois pas vraiment comment cela pourrait se produire, à moins d’utiliser des hologrammes. ABBA vient de le faire, n’est-ce pas ? Mais cela a été annoncé. Vous savez que ce n’est pas ABBA. C’est une ruse.”

Le fait que même des groupes virtuels comme Dethklok ou Gorillaz aient besoin de musiciens en chair et en os pour se produire en concert vient renforcer ce point de vue. L’attrait d’un concert en direct réside dans le fait de voir les membres du groupe se produire en personne, une expérience que l’IA ne peut pas reproduire.

Pour les fans qui préfèrent le vrai, Judas Priest est actuellement en train de réaliser sa tournée Invincible Shield, avec des dates à venir aux États-Unis et en Europe.

Concerts francophones :

  • Vendredi 21 juin – Plein Air – Dessel, Belgique
  • Dimanche 23 juin – Zénith de Nancy – Maxéville, France

À lire aussi : "Je trouve que nous ne faisons pas assez de tournées" ; Kirk Hammett parle du planning de Metallica

Interview de Ian Hill avec Elena Rosberg de Radiocast BG :

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Judas Priest
L'actu Heavy Metal