"Je n'ai jamais aimé Limp Bizkit et les groupes de cette époque" ; Kerry King revient sur la période tumultueuse de Slayer dans les années 1990

à 0 h 01 min
Lecture 3 min.
Kerry King dévoile le clip de Residue, avant la sortie de son album solo

Le guitariste de Slayer, Kerry King, a récemment exprimé son mécontentement quant à la direction musicale prise par le groupe à la fin des années 1990. Dans une interview franche avec Metal Blast, King a parlé de l’album Diabolus in Musica de 1998 et du paysage musical de l’époque, marqué par la montée en puissance de groupes de Nu Metal comme Limp Bizkit.

Les réflexions de King ont révélé une importante période de désenchantement. “Il y a une partie de ma carrière sur laquelle je me retourne toujours et je me dis : ‘Vous auriez dû accorder plus d’attention aux années 90 et ne pas sortir les albums merdiques que vous avez faits pendant cette période'”, a déclaré King en riant. Il a également expliqué : “Je n’aime pas ce que nous avons fait dans les années 90. J’étais très désenchanté par la musique parce que je ne comprenais pas les groupes qui devenaient populaires. Et je ne les comprends toujours pas. Je n’ai jamais aimé Limp Bizkit. Je n’ai jamais aimé les groupes de cette époque. Cela me dégoûtait.”

Le voyage de Slayer dans les années 90 a commencé avec la sortie de Seasons in the Abyss en 1990. Cependant, lorsque Diabolus in Musica est sorti en 1998, le son du groupe avait considérablement changé. Produit par Rick Rubin, l’album incorpore des éléments de nu metal, s’écartant de leur style Thrash Metal caractéristique. King a admis son implication minimale dans le projet : “Je n’ai pas prêté attention à cet album. Quelques unes de mes chansons y figuraient, mais je n’y ai pas contribué autant que d’habitude.”

Malgré les difficultés, King considère la sortie de God Hates Us All en 2001 comme un moment charnière pour Slayer. “J’ai repris mes esprits et je me suis dit : ‘On est Slayer, c’est important, il faut que je sois plus attentif à tout ça’. Et on peut dire que j’ai commencé à faire attention quand God Hates Us All est sorti”, explique-t-il. “C’était un peu notre renaissance, du genre ‘Ouais, on s’est un peu perdus pendant les années 90, mais on a redressé la barre, et c’est reparti’.”

L’évolution de Slayer dans les années 90 reflète les tendances plus générales du genre metal, où de nombreux groupes ont été confrontés à des goûts musicaux changeants et à des pressions commerciales.

Interview de Kerry King avec Metal Blast :