71% des producteurs et ingénieurs du son ont travaillé gratuitement au cours des 3 dernières années

à 18 h 35 min
Lecture 3 min.
71% des producteurs et ingénieurs du son ont travaillé gratuitement au cours des 3 dernières années

Un rapport de la Music Producers Guild* révèle que 88% des ingénieurs du son et des producteurs sont invités à travailler gratuitement. 71% auraient accepté de travailler gratuitement pour au moins un client au cours de ces trois dernières années.

Des statistiques frappantes

Le rapport a été partagé lors de la Pivotal Music Conference annuelle du MPG. Lors de l’enquête, 50% des personnes interrogées ont indiqué qu’elles faisaient une faveur à un ami. 20% ont dit qu’ils se sentaient obligés de faire une faveur à un client. 42% des participants ont déclaré faire du travail “sur mesure”, ce qui signifie qu’ils ne sont payés que si le client est satisfait.

C’est une statistique surprenante, mais il s’avère que les artistes autofinancés sont les bénéficiaires les plus fréquents. 77% des répondants ont déclaré faire une faveur à un artiste autofinancé. 34% d’entre eux ont déclaré que le travail non rémunéré était pour un label indépendant. Ce qui est étonnant, c’est que 17% des répondants ont déclaré avoir fait du travail non rémunéré pour une grande maison de disques. Les autres bénéficiaires de la production sonore gratuite comprennent les productions télévisuelles et cinématographiques, les stations de radio et les projets caritatifs.

Un phénomène relativement chronophage

Alors, combien de temps ces projets gratuits consomment-ils ? Selon le rapport de MPG, 41% disent qu’ils ont passé entre un jour et une semaine sur le travail non rémunéré. 36% disent avoir passé entre une et quatre semaines. 5% des personnes interrogées ont déclaré que leur travail à titre gracieux était la façon dont elles passaient la plupart de leur temps.

Ce problème persiste dans les coulisses de l’industrie musicale

MPG estime que la valeur moyenne de ce travail non rémunéré est d’environ 4 000 livres sterling (4 500 euros) par an. La directrice générale de MPG, Olga Fitzroy, a dit qu’elle a été choquée de voir ces pourcentages. Le travail non rémunéré a toujours été un problème pour ceux qui travaillent dans les coulisses de l’industrie musicale.

Je savais que le travail non rémunéré était un problème dans notre industrie, mais je ne savais pas à quel point il était endémique. Bien sûr, les gens feront des faveurs à leurs amis, mais il est tout à fait inacceptable que les maisons de disques et les studios commerciaux exploitent les professionnels de cette façon. Nous n’employons pas quelqu’un pour installer une nouvelle salle de bains et décidons ensuite de le payer si nous en avons envie.

*La Music Producers Guild est une organisation indépendante et démocratique au Royaume-Uni.

Source : Digital Music News

Tags : Heavy Metal
Restez connectés à MetalZone sur Facebook