Le frontman de Korn, Jonathan Davis, parle de sa consommation passée de méthamphétamine et de sa désaccoutumance

à 11 h 13 min
Lecture 4 min.
Le frontman de Korn, Jonathan Davis, parle de sa consommation passée de méthamphétamine et de sa désaccoutumance
© Steve Thrasher

Bien qu’il soit sobre ces jours-ci, le frontman de Korn, Jonathan Davis, a lutté contre l’addiction dans le passé et a récemment parlé de sa dépendance aux méthamphétamines dans les jours qui ont précédé le succès de Korn.

Dans une interview avec Steve-O diffusée au début du mois, M. Davis a parlé de cette époque et de sa sobriété éventuelle :

Cela a commencé avant que Korn n’explose. J’ai commencé à prendre de la meth quand j’ai déménagé à Huntington, et il y avait beaucoup de meth à Bakersfield. J’ai rencontré quelqu’un qui m’en donnait des tonnes là-bas. Sur le premier album [éponyme de 1994], nous avons un titre intitulé Helmet In The Bush – ça parle de méthamphétamine [rires]. J’ai commencé à prendre de la meth à ce moment là, pendant le premier disque.  Puis je suis devenu sobre juste après le troisième album [Follow the Leader, en 1998]. J’ai arrêté la méthamphétamine quand nous avons commencé la tournée, parce que je n’arrivais plus à fonctionner. Ça devenait une question de survie, je devais arrêter. Alors le jour où nous sommes partis faire la tournée avec House Of Pain et Biohazard, nous sommes montés dans notre van et nous avons préparé nos couchettes. Je suis monté dans la mienne et j’ai dormi pendant cinq putains de jours. Je me suis réveillé et j’ai joué un concert, et depuis je n’y ai jamais retouché.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait déjà fait une tournée alors qu’il était sous méthamphétamine, il a répondu :

Non, c’était impossible, je ne pouvais pas prendre de meth et faire une putain de tournée, ça n’aurait pas marché. À la place, je buvais. C’est comme ça que je suis devenu un alcoolique enragé – et de temps en temps je prenais de la cocaïne quand je pouvais en trouver.

Quand on lui a demandé s’il avait déjà eu des moments de psychose, des hallucinations, etc. pendant qu’il consommait des drogues plus dures, il a expliqué :

J’ai toujours été assez intelligent pour savoir quand en prendre [rires]. Quand je commençais à devenir paranoïaque ou bizarre, j’allais me coucher. Cependant, j’ai vu beaucoup de gens faire de la merde. Un de mes dealers de meth avait des trous dans ses murs, et il disait : “Il y a des caméras dans les murs, mec !”. J’ai rencontré des gens qui disaient : “Des gars me suivaient en hélicoptère et je pouvais voir des agents dans les buissons !”. J’étais genre : “Mon Dieu, vous avez besoin de sommeil”. Je n’ai jamais eu une psychose bizarre ou un moment de folie pareil, mais j’ai rencontré beaucoup de gens qui ont vécu ça, et c’est là que ça devient effrayant.

Alors que Jonathan Davis a commencé à se défaire de sa dépendance relativement tôt, certains de ses camarades de groupe ont eu des problèmes de meth qui ont duré bien plus longtemps, notamment le guitariste Brian “Head” Welch. M. Welch a parlé à de nombreuses reprises de ses combats contre la dépendance et de son cheminement vers la sobriété dans le passé.

Dans la même interview, Jonathan Davis a également parlé des “horribles crises d’asthme” qu’il avait lorsqu’il était enfant. Et bien qu’il s’en soit débarrassé en grande partie, il utilise encore parfois de l’oxygène lorsqu’il se produit sur scène :

J’ai vieilli. J’ai toujours un peu d’asthme, je suis encore sous médicaments pour ça, mais ce n’est plus comme avant. Je peux respirer, c’est génial. J’ai une grosse bouteille d’oxygène sur scène que j’utilise souvent – ça m’aide, je me défonce à l’oxygène, c’est vraiment cool.

Interview de Jonathan Davis avec Steve-O :

Tags : Nu Metal Korn
Source : theprp.com
Restez connectés à MetalZone sur Facebook