Tentez de gagner un exemplaire de SM2 de Metallica !

Winston Marshall, de Mumford And Sons, a dû quitter le groupe après un tweet !

à 19 h 13 min
Lecture 8 min.
© Mumsford And Sons

Le guitariste cofondateur de Mumford And Sons, Winston Marshall, a annoncé qu’il quittait le groupe après une carrière de 14 ans.

Winston Marshall a écrit que sa décision avait été motivée par l’indignation en ligne suscitée par un tweet qu’il avait posté et dans lequel il soutenait le journaliste conservateur Andy Ngo.

Winston a déclaré : “J’ai adoré ces premières tournées. Après avoir rebondi d’une scène en sueur dans une catacombe d’Édimbourg, nous devions nous rendre à un concert à Camden avant le déjeuner du lendemain. Nous n’avons pas pu rentrer tous les membres du groupe et la basse de Ted dans la VW Polo. Je pense que c’est Ben [Lovett, claviers] qui a perdu le tirage au sort et a dû suivre en train avec son clavier. Je me souviens d’avoir parcouru l’autoroute en pleine nuit avec les gars qui dormaient à côté de moi. Nous avons réussi mais ma voix n’a malheureusement pas tenu le coup, complètement abattu par l’épuisement, j’ai dû mimer mes harmonies. Faire partie de Mumford & Sons était exaltant.”

Il a poursuivi : “Chaque concert était sa propre aventure. Chaque soir avait sa propre histoire. Que ce soit des odyssées à travers les îles écossaises, ou des concerts à Soho. Où avons-nous dormi cette nuit-là ? Des auberges à Fort William, des pubs à Ipswich, même le Travelodge de Carlisle conserve un certain charme dans mon esprit. Nous avons vu le pays, puis, comme les choses se sont miraculeusement développées, le monde. Tout en faisant ce que nous aimions. La musique. Et pas n’importe quelle musique. Ces chansons signifiaient quelque chose. Elles étaient importantes pour moi. Des chansons avec un message d’espoir et d’amour. J’étais entourée de trois auteurs-compositeurs extrêmement talentueux et de Marcus, notre chanteur à la voix unique.”

Il a ajouté : “Une voix qui pouvait envoûter aussi bien un festival de 80 000 personnes qu’une petite salle. Dix ans plus tard, nous jouions ces mêmes chansons tous les soirs dans des arènes, nous voyagions en première classe, nous logions dans des hôtels de luxe et nous étions grassement payés pour le faire. J’étais un garçon chanceux. Sur scène, à ma gauche, Ted [Dwane, basse], un ours rugissant, avec sa basse qui vole au-dessus de sa tête. À ma droite, Ben, avec sa passion inégalée pour la musique […]. Et Marcus [Mumford, chant] nous guidait avec toute la puissance d’un ouragan ou toute la tendresse d’une brise, selon ce que la chanson exigeait.”

Il a conclu : “Quelle bénédiction d’être si proche d’un tel talent. C’est avec une immense fierté que je repense au temps passé avec Mumford And Sons. Un héritage de chansons qui, je crois, résistera à l’épreuve du temps. Ce que nous avons accompli ensemble a largement dépassé les fantasmes les plus fous […]. Qui, sain d’esprit, voudrait s’éloigner de tout ça ? Il s’avère que moi, oui. Et comme vous pouvez l’imaginer, ça n’a pas été une décision facile.”

Concernant plus précisément son départ de Mumford And Sons

Winston Marshall a déclaré : “Début mars, j’ai envoyé un message sur Twitter au journaliste américain Andy Ngo, auteur du best-seller du New York Times, Unmasked. ‘Félicitations @MrAndyNgo. J’ai enfin pu lire votre livre important. Vous êtes un homme courageux’. La critique de livres a été un thème récurrent sur mon réseau social tout au long de la pandémie. Je pensais que ce tweet était aussi inoffensif que les autres. Comme j’avais tort.”

Il a poursuivi : “En 24 heures, il a été relayé par des dizaines de milliers de retweets et de commentaires furieux. Je n’avais pas prévu que mon commentaire sur un livre critiquant l’extrême gauche pourrait être interprété comme un soutien à l’extrême droite, tout aussi odieuse. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Treize membres de ma famille ont été assassinés dans les camps de concentration de l’Holocauste. Ma grand-mère, contrairement à ses cousins, tantes et oncles, a survécu. Elle et moi étions proches. Ma famille connaît douloureusement bien les méfaits du fascisme. C’est le moins que l’on puisse dire. Me traiter de ‘fasciste’ était plus que ridicule.”

Il a ajouté : “J’ai subi beaucoup d’abus au fil des années. Je suis un joueur de banjo après tout. Mais là, c’était un tout autre niveau. Et, à cause de notre association, mes amis, mes camarades de groupe, en prenaient aussi pour leur grade. Il m’a fallu plus d’un instant pour réaliser à quel point c’était douloureux pour eux. Bien que nous soyons quatre individus, nous étions, aux yeux du public, une entité. De plus, c’était le nom de notre chanteur qui figurait dans les gros titres. Ce nom a été traîné dans des accusations plutôt dégueulasses à la suite de mon tweet.”

Il a continué : “Je suis vraiment désolé pour la détresse qu’ils ont subie, eux et leurs familles, ce week-end-là. Je reste sincèrement désolé pour cela. Sans le vouloir, je les ai entraînés sur un terrain qui divise. Les émotions étaient fortes. Malgré la pression exercée sur moi, ils m’ont invité à continuer avec le groupe. Cela a demandé du courage, surtout à l’époque de la soi-disant ‘cancel culture’. Je me suis excusé et j’ai accepté de prendre un peu de recul. Comme on pouvait s’y attendre, une autre vague virale s’en est prise à moi, cette fois pour avoir commis le péché de m’excuser. S’en sont suivis des articles diffamatoires me traitant de ‘conservateur’ et autres. Bien qu’il n’y ait rien de mal à être conservateur, lorsqu’on me force à m’étiqueter politiquement, j’oscille entre ‘centriste’, ‘libéral’ et honnêtement ‘un peu ceci, un peu cela’.”

À lire aussi : Wizardthrone : Archistrategos n'est pas convaincu par l'état actuel de la scène Metal !

Les conséquences et les motivations de sa décision

Winston Marshall a déclaré : “Être étiqueté à tort montre à quel point le discours politique est devenu binaire. J’avais critiqué la ‘gauche’, donc je dois être ‘de droite’, selon leur logique. Pourquoi me suis-je excusé ? ‘Frottez vos yeux et purifiez votre cœur – et appréciez ceux qui vous aiment et vous veulent du bien plus que tout au monde’ – Alexandre Soljenitsyne a écrit un jour. Dans la folie du moment, j’étais prêt à tout faire pour protéger mes camarades.”

Il a poursuivi : “Le nid de frelons que j’avais involontairement touché avait déclenché un essaim de cœurs noirs sur eux et leurs familles. Je ne voulais pas qu’ils souffrent de mes actes, ils étaient ma priorité. Deuxièmement, j’étais sincèrement ouvert au fait que je ne connaissais peut-être rien de l’auteur ou de son œuvre. ‘Il faut du courage pour se lever et parler’, a dit un jour Churchill, ‘mais il faut aussi du courage pour s’asseoir et écouter’. Et j’ai donc écouté.”

Il a ajouté : “J’ai passé beaucoup de temps à réfléchir, à lire et à écouter. La vérité est que mon commentaire sur un livre qui documente l’extrême gauche et ses activités n’est en aucun cas une approbation de l’extrême droite, tout aussi répugnante. La vérité est que dénoncer l’extrémisme au risque de se mettre en danger est indéniablement courageux. Je pense également que mes excuses précédentes contribuent, dans une certaine mesure, à faire croire que cet extrémisme n’existe pas, ou pire, qu’il est une force du bien. Alors pourquoi quitter le groupe ?”

Il a continué : “À la veille de son départ pour l’Ouest, Soljenitsyne a publié un essai intitulé Vivre sans mentir. Je l’ai lu plusieurs fois depuis l’incident de début mars. Il me touche encore profondément. ‘Et que celui qui n’a pas assez de courage pour défendre son âme – ne le laisse pas se vanter de ses opinions ‘progressistes’ et ne le laisse pas se vanter d’être un académicien ou un artiste du peuple, une personne distinguée ou un général. Qu’il se dise : ‘Je fais partie du troupeau et je suis un lâche. Je m’en fiche tant qu’on me nourrit et qu’on me tient chaud”. Le fait que je m’exprime sur ce que j’ai appris comme étant un sujet aussi controversé apportera inévitablement plus d’ennuis aux membres de mon groupe. Mon amour, ma loyauté et ma responsabilité envers eux ne peuvent le permettre. Je pourrais rester et continuer à me censurer, mais cela éroderait mon sens de l’intégrité. Éroder ma conscience. J’ai déjà commencé à ressentir cela.”

Il a conclu : “La seule façon d’avancer pour moi est de quitter le groupe. J’espère qu’en prenant mes distances avec eux, je pourrai dire ce que je pense sans qu’ils en subissent les conséquences. Je pars avec de l’amour dans le cœur et je ne souhaite que le meilleur à ces trois garçons. Je ne doute pas que leurs étoiles brilleront longtemps dans le futur. Je poursuivrai mon travail avec Hong Kong Link Up et j’attends avec impatience de nouveaux projets créatifs ainsi que les occasions de parler et d’écrire sur une variété de sujets, aussi difficiles soient-ils. – Winston Marshall”

Le groupe a écrit dans une brève déclaration : “Nous te souhaitons le meilleur pour l’avenir, Win, et nous t’aimons. M, B & T.”

Mumford And Sons – Hopeless Wanderer :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : ultimate-guitar.com
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews

Atreyu
Baptize

Par Tetralens, le 02/07/2021

Light The Torch
You Will Be The Death Of Me

Par Tetralens, le 29/06/2021

Born Of Osiris
Angel Or Alien

Par Adrien, le 25/06/2021
L'actu Rock