MetalZone débarque sur ton mobile !

Lemmy a envisagé de dissoudre Motörhead après que les lecteurs de NME les ont élus "meilleur pire groupe du monde"

à 13 h 30 min
Lecture 3 min.
© Fin Costello/Redferns/Getty Images

Lemmy ayant été reconnu à juste titre comme un trésor national bien avant son décès tragique en 2015, il serait difficile de trouver quelqu’un ayant un mauvais mot à dire sur Motörhead en 2021. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Comme le révèle une interview inédite de juillet 1981 avec le légendaire frontman du groupe, publiée dans le nouveau numéro du magazine Metal Hammer, les perspectives de Motörhead étaient si sombres au milieu des années 70 que Lemmy a en fait réservé un show d’adieu pour le groupe avant de planifier sa séparation.

En juillet 1981, quelques jours avant que Motörhead ne devienne la tête d’affiche du festival Heavy Metal Holocaust au Port Vale FC, le journaliste musical Malcolm Dome a réalisé une interview de Lemmy pour le magazine irlandais Hot Press. Pour des raisons inexpliquées, l’article n’a jamais été imprimé, et Dome l’a maintenant dépoussiéré pour le publier dans le nouveau numéro de Metal Hammer. Après avoir enregistré un album numéro 1, le féroce live No Sleep ‘Til Hammersmith, Lemmy était d’humeur bouillonnante le jour de l’interview, mais comme il l’a expliqué à Dome, Motörhead aurait pu cesser d’exister une demi-décennie plus tôt.

L’aveu honnête de Lemmy a été fait après que l’écrivain lui a rappelé que, cinq ans seulement avant que No Sleep ne soit en tête des charts nationaux, Motörhead avait été élu “meilleur pire groupe du monde” par les lecteurs du défunt magazine NME.

Quand on lui a demandé s’il avait vraiment pensé à arrêter quand cela s’est produit, Lemmy a admis : “Oui, on y a pensé.

Rien ne se passait comme prévu. Nous avions fait un album pour United Artists qu’ils ont refusé de sortir [On Parole, finalement sorti en 1979]. Il semble qu’ils s’attendaient à ce que nous fassions un album pop ou quelque chose comme ça. De plus, la compagnie ne voulait pas nous laisser sortir de notre contrat avec eux. On avait fait un single pour Stiff – Leaving Here – et UA a bloqué sa sortie. Les cons. Alors nous pensions que nous étions foutus.

On a même réservé un show d’adieu au Marquee à Londres et j’ai demandé à Ted Carroll, qui possède Chiswick Records et qui était un de mes potes, s’il voulait bien enregistrer ça“, poursuit Lemmy. “La chance était de notre côté, car il ne pouvait pas amener le matériel au club, et pour compenser, [il] nous a offert deux jours en studio. On a enregistré l’intégralité de notre album éponyme. Il est sorti en 77, parce qu’à ce moment-là, le contrat avec United Artists avait expiré, et soudain, nous étions sur la bonne voie.

Dome a ensuite demandé à Lemmy ce qu’il pensait de l’accolade douteuse que les lecteurs de NME avaient décernée à son groupe.

Au moins, ils ont admis que nous étions les meilleurs dans quelque chose“, a déclaré Lemmy en riant.

Motörhead – Motörhead :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : loudersound.com
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews

Atreyu
Baptize

Par Tetralens, le 02/07/2021

Light The Torch
You Will Be The Death Of Me

Par Tetralens, le 29/06/2021

Born Of Osiris
Angel Or Alien

Par Adrien, le 25/06/2021
Plus d'actus sur Motörhead
L'actu Heavy Metal