Billy Gibbons, de ZZ Top, révèle son plectre préféré, son amitié avec Depeche Mode et le conseil de B.B. King qui a changé sa vie !

à 14 h 52 min
Lecture 5 min.
Billy Gibbons, de ZZ Top, révèle son plectre préféré, son amitié avec Depeche Mode et le conseil de B.B. King qui a changé sa vie !
© TDC Photography, Shutterstock.com

Billy Gibbons, le frontman de ZZ Top, a récemment accordé à Total Guitar une interview et un aperçu de son album, est revenu sur les 50 ans de ZZ Top et a donné quelques astuces, conseils et opinions philosophiques sur la six-cordes. Accrochez-vous à vos chapeaux !

Ayant grandi à Houston, au Texas, dans les années 1950 et 1960, le jeune Billy Gibbons est tombé amoureux de la musique des grands du Blues comme Jimmy Reed, B.B. King, Freddie King et Lightnin’ Hopkins.

Il a joué de la guitare avec sa Gibson Melody Maker de 1962, s’est fait les dents avec le groupe de Psycho-Rock, The Moving Sidewalks et, en 1969, a fait équipe avec le regretté bassiste Dusty Hill et le batteur Frank Beard pour former ZZ Top.

La spécialité du trio est le Boogie Rock, plus intelligent qu’il n’y paraît, avec un travail de guitare extrêmement habile, le tout délivré avec un sens hypnotique du mysticisme. Ils ont passé les années 70 à faire de nombreuses tournées, à enregistrer d’excellents albums comme Tres Hombres (1973) et Tejas (1976), et à écrire des chansons comme le classique La Grange. Mais le Little Ol’ Band From Texas a évolué avec son temps et s’est fait connaître du grand public lorsque MTV a inclus son album Eliminator dans sa programmation en 1983.

Des synthétiseurs et des séquenceurs dernier cri ont donné un coup de fouet au Blues Rock de ZZ Top sur des tubes comme Gimme All Your Lovin’, Sharp Dressed Man et Legs.

En juin 2020, le batteur Matt Sorum (Guns N’ Roses, Velvet Revolver, The Cult) a suggéré à Billy d’oublier le monde, de se rendre dans le désert et de “faire du bruit”. Avec une petite équipe comprenant le producteur de Nashville Mike Fiorentino, ils se sont installés au studio Escape, situé à une trentaine de kilomètres dans le désert californien près de Joshua Tree, et ont écrit et enregistré Hardware (2021).

Le troisième album solo de Billy Gibbons est un ensemble moderne-rétro rempli de sons et de mélodies typiquement texans, puisant dans le Blues Rock et la musique surf des années 60.

L’intégralité de l’interview est disponible sur Guitarworld.com.

Le peso mexicain comme plectre

“C’était une chose formidable dans le désert – le peso mexicain était toujours dans ma poche, et c’était quelque chose sur lequel je pouvais compter et qui ne me laisserait jamais tomber. J’ai des copains qui préfèrent utiliser un plectre très souple, mais je me suis habitué à la férocité du peso. Il n’y a pas de flexibilité, tu peux vraiment attaquer en sachant qu’il ne te laissera pas tomber. C’est puissant !”

À lire aussi : Scott Ian d'Anthrax sur Metallica : "Personne ne pensait qu'ils deviendraient plus populaires qu'Iron Maiden"

Toujours monter sur scène

“Nous avons tourné pendant sept années consécutives sans interruption, de nos débuts fin 69 à 76. Beaucoup de gens auraient pu prendre ça pour une excursion dans l’ennui total, mais c’était tout le contraire.”

“Le set durait deux heures, et il y avait un créneau entre la première et la deuxième heure pour deux chansons – chaque soir, le choix du ‘morceau inattendu’ passait de Dusty à Frank et revenait à moi, et on ne savait jamais ce qui allait être joué. Cela a permis de maintenir l’élan – nous étions là à jouer des choses que nous ne savions pas comment jouer, mais tout à coup, nous étions à fond dedans, donc les compétences ont été affinées nuit après nuit.”

Une amitié improbable

“Nous avons toujours été influencés par le Blues, mais au début des années 80, je suis devenu un fan et un adepte de Depeche Mode, qui est arrivé sur la scène en tant que groupe de Synth-pop. Le groupe a tout chamboulé avec Personal Jesus et I Feel You. Je suis allé le voir à ses débuts, j’ai observé son set – pas de batteur, pas de guitariste, pas de bassiste, juste trois claviers et un micro, et c’est tout.”

“Mais l’effet explosif m’a soufflé, et cette rencontre fatidique a déclenché une amitié. Ce gars barbu du Texas avec une bande de gars Synth-Pop du Royaume-Uni ? Qui aurait cru que cela mènerait à une amitié ! Des années plus tard, Martin [Gore] et Dave [Gahan] m’ont appelé et m’ont dit : ‘Mec, on a une chanson et on a besoin de ‘Texas Mud”. Cette chanson était Soothe My Soul.”

Le conseil de B.B. King

“Pendant des années, j’ai joué avec des cordes ‘flatwound’ qui étaient assez lourdes, je pensais que c’était de là que venait ce gros son Blues. Une fois, j’ai partagé une loge avec B.B. King et il m’a dit : ‘Hé Billy, je peux jouer de ta guitare ?’. Il l’a gratté quelques fois, l’a rendu et a dit : ‘Mec, pourquoi tu travailles si dur ? Tu dois alléger la charge – tu as besoin de cordes légères’ et c’est ce qui a définitivement tout changé…”

Billy F Gibbons – West Coast Junkie :

Billy F Gibbons – She’s On Fire :

Soothe My Soul (Billy F Gibbons & Joe Hardy Remix) :

Tags : Rock ZZ Top
Source : guitarworld.com
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Master of Reality

Black Sabbath
Master of Reality

Par Robert Bonham, le 25/06/2022
Dans le même sang

Trust
Dans le même sang

Par SixxMars013, le 09/06/2022
Fear Inoculum

Tool
Fear Inoculum

Par Dabdoob, le 31/05/2022
Plus d'actus sur ZZ Top
L'actu Rock