Dez Fafara, de DevilDriver, affirme que les coûts des tournées sont "insensés" de nos jours : "Je ne sais pas comment les gens vont faire"

à 10 h 47 min
Lecture 3 min.
Fit For A King fait l'éloge de Northlane : "Ils sont tellement talentueux que c'en est écoeurant"
© Jeremy Saffer (Presse)

Le débat sur la situation économique actuelle des tournées s’intensifie à mesure que de plus en plus de musiciens parlent de leurs propres difficultés financières lorsqu’ils sont sur la route.

Des artistes tels que Devin Townsend, Dino Cazares de Fear Factory, Anders Fridén d’In Flames et Dave Mustaine de Megadeth, entre autres, ont participé à la conversation, apportant chacun leur propre point de vue sur les difficultés actuelles de l’industrie.

En tant que musicien et manager d’autres groupes, Dez Fafara, le leader de DevilDriver, est conscient de la situation difficile dans laquelle se trouvent actuellement les groupes en tournée.

Lors d’une récente interview avec Heavy Metal Mayhem, Fafara a déclaré : “L’aspect commercial des tournées est mis en avant aujourd’hui parce que les groupes commencent à en parler. Auparavant, il était plutôt tabou de parler de ce que l’on gagne en tournée, de ce que l’on ne gagne pas en tournée, si la tournée est difficile sur le plan financier, etc. Il y a cinq ou dix ans, les gens ne parlaient pas du coût des bus ou des spectacles sur scène. Aujourd’hui, on en parle de plus en plus, parce que tout a triplé.”

“J’ai dit à quelqu’un l’autre jour : ‘Je ne sais pas si les jeunes groupes en van vont y arriver. Je ne sais pas comment les gens vont faire’. Pour vous donner un exemple, j’ai une énorme société de management. J’ai demandé à un groupe de faire une petite tournée. Il est rentré chez lui avec 235 000 dollars nets, mais avec tous les coûts et tout le reste, le groupe a gagné 12 000 dollars. Et ce, avec le merchandising – tout. 240 000 dollars – le groupe est rentré chez lui avec 12 000 dollars. Je veux dire, c’est de la folie. Et je ne sais pas ce qui va se passer. Je ne pense pas que les bus vont descendre. Je ne pense pas que les équipes vont descendre. Je ne pense pas que l’éclairage qui a doublé, l’essence qui a triplé, je ne vois rien de tout cela revenir à la normale pour que les gens puissent faire ce travail. La situation va donc être très difficile.”

Il a ajouté : “Nous sommes tous confrontés à ces choses maintenant. J’ai une deuxième tournée qui s’apprête à être annoncée avec Devildriver et Cradle Of Filth – elle sera annoncée pour octobre – et je regarde l’argent, je regarde les budgets, et je me dis : ‘Wow. C’est dur’. Même Coal Chamber qui se produit avec Mudvayne, je regarde les budgets de tout le monde, je regarde ce que tout coûte, et je me dis : ‘C’est fou ce que ça coûte’.”

DevilDriver a sorti son nouvel album, Dealing With Demons Vol. ll, le vendredi 12 mai sur Napalm Records.

Par ailleurs, vous pouvez (re)trouver notre interview du guitariste Mike Spreitzer à l’occasion de la sortie de cet opus via le lien précédent.

Dez Fafara sur The Heavy Metal Mayhem Radio Show :