Corey Taylor de Slipknot décrit son premier album solo comme “un retour en arrière futuriste”

à 9 h 06 min
Lecture 5 min.
Corey Taylor de Slipknot décrit son premier album solo comme “un retour en arrière futuriste”

Corey Taylor, le frontman de Slipknot et de Stone Sour, s’est entretenu avec Terry “Beez” Bezer de Knotfest.com au sujet de son prochain premier album solo, prévu pour septembre. Corey Taylor a enregistré cet opus avec son groupe solo composé de Jason Christopher à la basse, Dustin Schoenhofer à la batterie, et Zach Throne et Christian Martucci (Stone Sour) à la guitare.

Il a déclaré :

C’était quelque chose que je comptais faire l’année prochaine de toute façon […], mais je me suis dit que c’était le moment de le faire [à cause de la pandémie]. Moi et mon groupe avons été mis en quarantaine. Nous nous sommes éloignés les uns des autres pendant environ deux semaines, y compris de notre producteur, Jay Ruston, et des gens du studio avec lesquels nous avons travaillé. Nous étions au Hideout [studio d’enregistrement à Las Vegas] de Kevin Churko.

Il a poursuivi :

Il y a une chanson qui remonte à l’époque où j’étais au lycée, donc ça vous dit depuis combien de temps je conserve cette musique. C’est juste des choses qui ne correspondent pas vraiment à l’un ou l’autre groupe [Slipknot et Stone Sour]. Il y a une énergie et une vibration différentes. Plus les gens me demandaient si j’allais faire un truc en solo, plus je me disais : “Eh bien, je sais à quoi ça ressemblerait en quelque sorte, parce que j’ai toutes ces chansons qui n’ont pas vraiment de place ailleurs”. Et voilà, boum. Nous sommes entrés, nous avons enregistré 98 à 99% de la musique en direct dans le studio. Les seules choses que nous avons doublées sont le chant, le piano et un peu de guitare acoustique. Nous avons fait 25 chansons en deux semaines et demie.

À la question de savoir combien de chansons se retrouveront sur l’album final, Corey a répondu :

Treize. Nous avons fait treize originaux. Nous avons enregistré sept reprises, puis nous avons fait six versions acoustiques des originaux que nous avons créés. Ou peut-être qu’on en a fait cinq, je ne m’en souviens plus. Il y a peut-être six reprises et six versions acoustiques – je ne sais plus. Tout ce que je sais, c’est que nous avons fait une quantité de travail insensée en deux semaines et demie – ce qui nous pensions prendrait deux mois – et nous avons géré. Nous faisions une chanson par jour. On a fini, et on s’est dit : “Eh, d’accord. Qu’allons-nous faire maintenant ?”. Tout s’est mis en place si vite, c’est fou.

Il a ajouté :

C’est tout ce que je voulais que ce soit. Il y a du Slade là-dedans, il y a du Johnny Cash, il y a du Alice In Chains. Je veux dire, de grands refrains, du Rock fun, d’énormes solos. C’est incroyable. Il y a deux ans, j’ai commencé à apprendre à jouer du piano pour pouvoir enregistrer une chanson que j’ai écrite pour ma femme, et elle est finie. C’est vraiment bien – c’est probablement l’une des meilleures choses que j’ai jamais écrites.

Corey a parlé de la chanson qu’il a écrite au lycée, et qui est restée très longtemps dans ses archives :

Je l’ai enfin terminée – après 30 ans, j’ai enfin terminé cette chanson. Et c’est une tuerie. Il y a un riff qui ressemble à du Pantera d’une certaine manière, mais il y a aussi cette ambiance générale de The Charlie Daniels Band, qui est vraiment, vraiment cool. Donc c’est très lourd, mec, et c’est vraiment, vraiment bien.

À la question de savoir s’il a déjà choisi une chanson que nous allons entendre en premier, Corey a répondu :

En fait, il y en a deux – il y a deux chansons que nous allons sortir en premier. L’ambiance générale de l’album est amusante – c’est la fête. On met ça quand on veut se sentir bien. Il y a donc deux chansons que nous envisageons de sortir en même temps. Il y en a une qui sera le “single concasseur” – vraiment génial, gros refrain, grosse vibe. Et puis il y en a une autre qui sera toute aussi amusante, mais totalement différente, et les gens vont perdre la tête en l’entendant.

Il a ajouté :

Je vois cet album comme un retour en arrière futuriste. C’est un hybride de tous ces genres différents qui me plaisent vraiment. C’est une version moderne des vibrations que les gens ont déjà entendues, je les ai prises et jetées à travers un filtre de folie pour changer le résultat. Tous ceux qui l’ont entendu ont été époustouflés, alors je suis vraiment, vraiment ravi.

Slipknot a récemment annulé tous les concerts de sa tournée prévue pour l’été 2020, y compris le Knotfest Roadshow, le Knotfest UK et le Knotfest At Sea, en raison de la pandémie de coronavirus qui balaie le globe. Le groupe de Nu Metal a passé la majorité de l’année dernière en tournée pour promouvoir son dernier album en date, We Are Not Your Kind, sorti le 9 août 2019 via Roadrunner Records.

Interview de Corey Taylor pour Knotfest.com :

Source : Blabbermouth

Restez connectés à MetalZone sur Facebook