Robert Trujillo de Metallica : “Je sais que la prochaine phase va être encore meilleure”

à 10 h 08 min
Lecture 3 min.
Robert Trujillo de Metallica : "Je sais que la prochaine phase va être encore meilleure"
© Adam Gasson

Dans une interview récemment publiée sur Louder, Robert Trujillo, le bassiste de Metallica, a répondu à diverses questions. Il a parlé de son enfance et de ses influences musicales entre autres.

Pour commencer, on lui a demandé son lieu et sa date de naissance. Il a répondu :

Le 23 octobre 1964 à Santa Monica, en Californie. Mais j’ai grandi à Culver City, en Californie.

À la question de savoir si c’était un bel endroit, Robert a déclaré :

C’était intéressant. Beaucoup de mes cousins étaient dans des gangs. Certains étaient dans des gangs à Culver City, et d’autres à Venise. Si vous êtes de Californie, vous savez que ces deux villes ne s’entendent pas. Cela rendait les réunions de famille intéressantes. On ne pouvait pas toujours y avoir les mêmes personnes, disons le comme ça.

Quant à savoir s’il a été témoin de beaucoup de violence, Rob a dit :

Oui, on en voyait beaucoup dans les rues. J’ai été battu à plusieurs reprises par des groupes de gars, mais j’étais plus jeune. En vieillissant, je n’ai pas vraiment eu de problèmes – peut-être que je connaissais les bonnes personnes.

Ensuite, on lui a demandé quel a été son premier contact avec le monde de la musique. Il a répondu :

C’était la musique à la maison. Ma mère était une grande fan de Motown – des gens comme Marvin Gaye, James Brown, et Sly And The Family Stone. Elle était très jeune, elle et ses copines dansaient, et il y avait cette commode sur laquelle je grimpais pour jouer de l’air guitar ou du air saxophone. Puis j’allais traîner avec mon père qui vivait à Venise, et il jouait de tout, des Rolling Stones à Led Zeppelin en passant par Beethoven. D’autre part, mes cousins écoutaient Black Sabbath ou, du côté du R&B, ils écoutaient Parliament.

À la question de savoir quand est-ce qu’il a commencé à jouer de la musique, Rob a déclaré :

Nous vivions à la frontière de Culver City, Mar Vista, qui se trouvait à environ trois miles à l’extérieur. Il y avait une culture du skateboard très forte là-bas, et j’ai fini par jouer dans plusieurs groupes. J’ai joué beaucoup de Sabbath, beaucoup d’Ozzy, mais aussi de Rush, Zeppelin, etc. Je suis allé à l’école de Jazz quand j’avais 19 ans. Je voulais vraiment être un musicien de studio, mais j’étais toujours passionné par le Rock et le Metal.

Quant à savoir si Metallica a changé depuis son arrivée au sein du groupe en 2003, Rob a dit :

Quand Metallica se réunit et se connecte, ses membres se transforment tout simplement en de grands adolescents. Cela permet de garder la musique excitante. C’est pourquoi je sais que la prochaine phase va être encore meilleure ; on a l’impression qu’il y a quelque chose de nouveau qui se passe en ce moment avec nous. Il faut toujours se heurter à des murs et à des barrières […]. Maintenant, je sens que je fais vraiment partie du groupe, je sens qu’il y a beaucoup d’unité et que nous partageons de nombreux intérêts communs. Je peux leur demander comment on change une couche et ce qui se passe vers deux ans, vous savez, l’apprentissage du pot…

L’intégralité de l’interview originale a été publiée dans la 185e édition du magazine Metal Hammer.

Source : Louder

Restez connectés à MetalZone sur Facebook