Lars Ulrich : “Jouer des reprises sera toujours une partie importante de l’ADN de Metallica”

à 10 h 43 min
Lecture 3 min.
Le producteur Bob Rock : Le son de la caisse claire de Metallica sur St. Anger a maintenu le groupe ensemble
© Ethan Miller, Getty Images

Lors d’une apparition dans l’épisode de mercredi dernier (29 juillet) de l’émission Trunk Nation avec Eddie Trunk de SiriusXM, Lars Ulrich a parlé du penchant de Metallica pour les reprises d’artistes qui les ont influencés ou inspirés, lui et ses compagnons de groupe.

Le batteur a déclaré :

Vous devez vous rappeler que Metallica a commencé comme un groupe de reprises. Quand nous nous sommes réunis et que nous étions en Californie du Sud en février ou mars 1982, il y avait en quelque sorte deux chemins à l’époque. Le premier c’était de jouer des reprises – vous alliez jouer Smoke On The Water ou Ain’t Talkin ‘Bout Love ou Rock And Roll All Nite ou Black Dog dans des bars. Le deuxième, c’était de jouer ce qu’on appelait des “originaux” à l’époque – vous jouiez vos originaux. Nous n’étions pas particulièrement intéressés par le fait de faire des soirées Led Zeppelin, et nous n’avions pas de chansons qui étaient, je cite, “originales”, mais en même temps, nous étions pleins d’entrain, nous voulions jouer, interagir, transpirer et tout le reste. Nous avons donc trouvé un autre moyen, une combinaison des deux, qui consistait à jouer un tas de reprises, mais c’étaient des chansons que personne ne connaissait. On jouait du Diamond Head, du Blitzkrieg, du Savage et tout ça.

Il a poursuivi :

En tant que fans de musique, nous parlons toujours de nos influences, de nos inspirations. Je peux vous regarder dans les yeux, et vous dire que nous sommes toujours aussi fans de la musique qui nous a façonnés en grandissant, et il y a beaucoup de nouvelle musique qui nous excite encore aujourd’hui. Nous sommes donc toujours d’incroyables fans de musique, et je dirais même au-delà, des fans de cinéma, d’art et de tout le reste. Quand j’entends une chanson que j’aime vraiment, j’ai souvent envie de la jouer. Alors, évidemment, rendre hommage à Mercyful Fate ou à des gens comme Nick Cave ou à Discharge et Blue Öyster Cult, tous ces différents groupes qui ont eu un si grand impact sur nous, est une grande joie. […] De plus, cela peut aider à faire découvrir des groupes à certains fans. C’est donc une situation gagnant-gagnant.

Lars Ulrich a conclu en disant :

Jouer des reprises sera toujours une partie importante de l’ADN de Metallica. Et qui sait ce qui nous attend, nous avons toujours des discussions à propos de ce que nous pouvons faire avec la musique des autres, donc je m’attends à ce que ce soit une partie significative de ce que nous allons continuer à faire.

Restez connectés à MetalZone sur Facebook