Mick Jeffrey de Aversions Crown : “Les musiciens sacrifient beaucoup de choses pour rendre les autres heureux”

à 17 h 18 min
Lecture 3 min.
Mick Jeffrey de Aversions Crown : “Les musiciens sacrifient beaucoup de choses pour rendre les autres heureux”
© Press

Mick Jeffrey, le guitariste de Aversions Crown, a accordé une interview au magazine Metal Hammer, qui a récemment été mise en ligne sur Louder.

À la question de savoir ce qu’il y a de pire dans un groupe, il a répondu :

Le manque de normalité dans votre vie. Vous passez à côté de beaucoup de choses que les gens considèrent comme allant de soi, comme dormir dans un lit ou prendre une douche.

Quant au meilleur conseil qu’on lui a donné, il a déclaré :

Quand j’étais à l’université, on m’a donné cette perspective où être musicien est presque une noble cause ; on sacrifie beaucoup de choses dans sa vie pour rendre les autres heureux, alors il faut être passionné. En général, les gens ne s’intéressent pas à la façon dont vous y arrivez, ils veulent juste voir un bon concert. J’y pense toujours quand je suis en tournée.

À la question de savoir quand est-ce qu’il s’est senti pour la première fois comme une rock star, il a expliqué :

Chaque fois que nous jouons devant un grand public, nous avons de vrais frissons dans le dos, les gens peuvent être tellement excités par ce que nous faisons. Par exemple, le premier concert en tête d’affiche que nous avons donné à Londres s’est déroulé à guichets fermés et la foule est devenue folle, ce qui était dingue vu que nous étions venus de l’autre bout du monde.

Quant à sa pire expérience en matière de drogue, il a dit :

Il y a beaucoup de choses dans le monde de la musique, mais je n’ai jamais vraiment été du genre à en prendre. Ma pire expérience est d’observer les gens qui prennent de la drogue, de les revoir au bout de quelques années et de constater à quel point ils se sont détériorés, mentalement ou physiquement. C’est l’un des seuls emplois où le fait de se saouler ou de se défoncer ne signifie pas la fin du travail, si bien que certaines personnes perdent le contact avec la réalité.

Concernant la dernière fois qu’il a pleuré, il a déclaré :

Je ne suis pas vraiment un pleurnichard dans la vie de tous les jours, mais la perte de mes grands-parents et de mes amis dernièrement m’a vraiment frappé.

Plus loin dans l’interview, le guitariste a commenté la longévité de son groupe, sachant qu’Aversions Crown existe depuis une décennie maintenant :

C’est très cool de jouer avec des gens qui aiment toujours autant ça. La scène heavy – principalement en Australie – n’a pas beaucoup de groupes qui durent longtemps, surtout quand la plupart ne font pas le grand saut pour aller jouer à l’étranger parce que c’est très difficile.

Le groupe de Deathcore australien a sorti son nouvel album, intitulé Hell Will Come For Us All, le 12 juin 2020 via Nuclear Blast.

Hell Will Come For Us All a été produit par le groupe, en compagnie de l’ingé son Matt Shorter, aux studios Heliport. Ensuite, l’album a été mixé et masterisé par Will Putney chez Graphic Nature Audio. En parallèle, l’enregistrement des pistes vocales a été encadré par Steve Seid. Du reste, Eliran Kantor, qui a réalisé l’artwork, a été engagé pour aider à peindre l’histoire qui est reprise tout au long de l’album.

Aversions Crown – Paradigm :

Restez connectés à MetalZone sur Facebook