Le guitariste de Misery Signals à propos du piratage : “Il est temps que les gens se rendent compte des dommages que cela cause réellement”

à 12 h 18 min
Lecture 3 min.
Misery Signals est de retour pour reconquérir le trône du Metalcore
© HollenbaughPhotography.com

Dans une nouvelle interview avec Louder, Ryan Morgan, le guitariste de Misery Signals, a parlé des conséquences du piratage. 

Il y a une quinzaine de jours, Greg Puciato, le chanteur de The Dillinger Escape Plan, a décidé de sortir son nouvel album solo en avance, car un “critique de merde” a fait fuiter son opus avant la date prévue.

À ce sujet, Ryan a déclaré :

La nouvelle de la fuite de l’album solo de Greg Puciato, trois semaines avant sa sortie, a rappelé le souvenir des démos de Misery Signals, juste avant la sortie de notre premier album complet, Of Malice and the Magnum Heart. À l’époque, le groupe était si nouveau que j’étais presque flatté que les gens s’intéressent suffisamment à nous pour faire fuiter les morceaux. Mes premières pensées ont été : “Oh, ça fait plaisir – les gens anticipent nos sorties, et tout ce que nous avons publié pour le moment, c’est un petit EP brut que nous avons produit nous-mêmes. Ils veulent tellement plus de notre musique qu’ils sont prêts à la voler”. Cependant, ce n’était vraiment pas poli, c’était “des travaux en cours”. Ces démos ont circulé, et cela a nui à l’impact de l’album lui-même. Les gens avaient déjà entendu les ébauches des idées, mais pas dans leur forme finale et étoffée. Je pense que c’est pire que l’album lui-même qui sort plus tôt.

Il a poursuivi :

Il est devenu très clair, maintenant que nous sommes dans l’industrie musicale depuis tant d’années, à quel point la marge de profit est étroite lorsqu’on sort un disque de façon indépendante. Il faut vraiment trouver le bon moment, et que les gens soient attentifs, pour que le plus grand nombre possible d’auditeurs anticipent la publication de l’album. Il y a donc une stratégie derrière la sortie d’un single ou d’une vidéo, suivie de cette pause où le public doit attendre et, espérons-le, commander l’album à l’avance. Lorsqu’un album est diffusé [en avance/illégalement], le rythme est tout déréglé. Cet été, quand nous avons sorti Ultraviolet, nous aurions perdu la tête si nous n’avions pas vendu des packs de précommande, avec des vinyles et des t-shirts, pendant que nous faisions un gros travail sur les réseaux sociaux. Si cet album avait fuité, je ne pense pas que nous aurions été capables de sortir du lot.

Il a ajouté :

Et ne parlons même pas de l’état du monde en ce moment, et du manque de possibilités de tournée. Cela ampute la partie travail de promotion d’un disque. De plus, il y a beaucoup plus de gens qui s’investissent pour faire connaître votre groupe lorsque vous organisez une tournée. Les promoteurs installent vos affiches dans toute la ville, diffusent des annonces, les groupes avec lesquels vous jouez partagent votre travail avec leur public. Il y a tout un travail en amont avant que quelqu’un ne mette les pieds dans une salle.

Dans un tourbillon de musicalité, les membres de Misery Signals ont délivré leur nouvel album, intitulé Ultraviolet, le 7 août de cette année. Ce disque a marqué la première sortie complète du groupe en sept ans, et la première avec le chanteur fondateur Jesse Zaraska depuis leurs débuts en 2004.

Misery Signals – The Tempest :

Restez connectés à MetalZone sur Facebook