Randy Blythe, de Lamb Of God, revient sur son incarcération en République tchèque : "C'était une période difficile de ma vie"

à 11 h 24 min
Lecture 3 min.
Randy Blythe de Lamb Of God : "Si les choses tournent mal, je suis prêt à vivre dans les bois"
© Andrew Lipovsky

Dans une nouvelle interview avec Drew Stone des New York Hardcore Chronicles, Randy Blythe, le frontman de Lamb Of God, revient sur son calvaire dans une prison de République tchèque et sur son acquittement suite à l’accusation d’avoir causé la mort d’un fan en le poussant hors scène.

Randy Blythe revient sur un épisode sombre de sa vie

Randy, qui est également auteur et photographe, a déclaré :

Nous avons donné un concert à Prague en 2010, et un jeune homme a été blessé. Il a sauté ou a été poussé de la scène, s’est cogné la tête et est mort un mois plus tard. C’était un putain de concert de folie, et la sécurité ne faisait pas son travail. Cependant, nous n’étions pas au courant de ce qui s’était passé. Alors nous sommes revenus deux ans plus tard, je suis arrivé à l’aéroport de Prague, et j’étais impatient d’aller faire quelques photos. C’était un jour de congé. Il y avait sept gardes là-bas. Nous pensions qu’ils étaient là pour attraper un terroriste – [ils portaient] des masques faciaux et des mitraillettes et tout ça. Ils m’ont tendu un morceau de papier disant que j’étais accusé d’homicide involontaire. On s’est dit : “C’est quoi ce bordel ?”. On ne savait même pas que quelqu’un avait été blessé [à ce concert].

Il a poursuivi :

Alors je suis allé en prison pendant 37 jours en République Tchèque – une prison à Prague qui s’appelle Pankrác. Elle avait environ 123 ans à l’époque. C’était comme être dans une chanson des Misfits, en gros. Par la suite, je suis sorti sous caution, et j’ai été libéré pour, je pense, environ huit mois, puis je suis retourné au procès et j’ai été déclaré non coupable.

Il a ajouté :

C’était à la fois long et court. C’était une période vraiment triste, et c’est super tragique que ce jeune homme soit mort. Je me suis senti obligé de retourner au pays et d’être jugé, parce que sa famille n’est jamais venue m’attaquer dans la presse ; ils voulaient juste savoir ce qui était arrivé à leur enfant, et je ne peux pas les en blâmer. J’y suis donc retourné pour être jugé et j’ai été déclaré non coupable.

Plus tard dans l’interview, il a conclu en disant :

Ce n’était pas un moment léger ou amusant – c’était une période difficile de ma vie – mais c’était quelque chose que je me sentais obligé de faire. Le fait que j’aille en prison pour un petit moment n’était pas agréable, mais cela ne se compare en rien à la perte que la famille a ressentie. C’est donc quelque chose que j’ai toujours gardé à l’esprit.

L’expérience de Randy Blythe en prison a inspiré deux chansons de l’album VII : Sturm Und Drang de Lamb Of God, sorti en 2015 : 512, un de ses trois numéros de cellule de prison, et Still Echoes, écrite alors qu’il était à Pankrác. Cela l’a également amené à écrire le mémoire Dark Days, dans lequel il a partagé toute sa version de l’histoire publiquement pour la première fois.

Lamb Of God a sorti son dernier album en date, Lamb Of God, le 19 juin via Epic Records aux États-Unis et Nuclear Blast en Europe. L’opus est arrivé à la 15e place du Billboard 200, avec 30 000 unités vendues lors de sa première semaine de parution (dont 27 000 ventes physiques).

À lire aussi : Jon Schaffer, de Iced Earth, photographié parmi les supporters de Trump qui ont attaqué le Capitole

Interview de Randy Blythe pour The New York Hardcore Chronicles :