Phil Labonte de All That Remains appelle à "abolir totalement les Etats-Unis" car Trump a été banni de Twitter

à 12 h 33 min
Lecture 4 min.
Phil Labonte de All That Remains appelle à "abolir totalement les Etats-Unis" car Trump a été banni de Twitter

Le frontman de All That Remains, Phil Labonte, est un libertaire convaincu. Il n’est pas vraiment un supporter de Donald Trump, mais il n’apprécie pas le fait que le président américain ait été exclu des réseaux sociaux.

En fait, il pense que c’est une raison suffisante pour que le gouverneur de son État, le New Hampshire, déclenche la dissolution des États-Unis d’Amérique. Metal Injection rapporte que M. Labonte a publié sur les réseaux sociaux la lettre suivante qu’il a envoyée à son gouverneur.

Il a déclaré :

Gouverneur Sununu, je vous écris pour vous faire part de mon soutien à une convention au titre de l’article V, comme le prévoit la Constitution des États-Unis. Il existe de multiples plateformes de réseaux sociaux et fournisseurs de services qui, au moment où je tape ceci, éliminent les voix libertaires et conservatrices, y compris celle du président Donald J Trump. Bien que je ne me fasse pas d’illusions sur le droit d’une société privée d’avoir une autonomie de décision sur qui est autorisé ou non à utiliser ses services, je crois que cette action s’inscrit dans une tentative plus large de faire taire des opinions qui, il y a moins de dix ans, auraient été considérées comme tout à fait inoffensives. Faire taire toutes ces voix, même celles qui exprimeraient des opinions vraiment détestables, est une menace bien plus grande pour notre pays que ces opinions elles-mêmes.

Il a poursuivi :

Je ne suis pas un supporter du président Trump. Je n’ai pas voté pour lui, mais cette menace de censure est bien plus grande que le compte Twitter d’un président. Je crois, et je crains, que la violence qui s’est produite à Washington D.C. le 6 janvier n’est qu’un avant-goût de ce qui risque de se produire dans notre pays. La suppression d’opinions jugées inacceptables et la création d’une censure sont le signe de différences irréconciliables – et je crains que cela n’ajoute de l’huile sur le feu. Il n’y a aucune raison pour que nous soyons dirigés par un gouvernement central aussi éloigné des besoins et des préoccupations de tant de personnes et de cultures différentes qui se répandent dans ce pays. Les opposants politiques de ceux qui sont réduits au silence ont exprimé un vif désir de faire en sorte qu’ils puissent imposer leur propre programme politique, qui ignore complètement les opinions de personnes comme moi, qui sont attachées à la liberté des petits gouvernements. Je pense qu’il est préférable que nous tenions une convention et que nous dissolvions l’union de manière pacifique et constitutionnelle plutôt que d’être contraints de vivre dans ce que l’on peut appeler une tyrannie.

Il a ajouté :

Je vis dans le NH depuis une décennie maintenant. J’ai quitté le Massachusetts pour venir ici à cause de ce que je considérais comme des lois autoritaires et déraisonnables. Si le gouvernement fédéral devait tenir les promesses de la nouvelle administration, il n’y aurait pas d’endroit pour se réfugier. J’ai voté pour vous Gouverneur, s’il vous plaît, tenez une convention au titre de l’article V pour soit ramener le gouvernement fédéral dans ses limites constitutionnelles, soit abolir complètement les États-Unis.

Le dernier album en date de All That Remains, Victim Of A New Disease, a été publié en novembre 2018 par Fearless Records en Amérique du Nord et Eleven Seven Music en Europe.

Aux dernières nouvelles, All That Remains sortira un nouvel album au printemps 2021.

All That Remains – Just Tell Me Something (feat. Danny Worsnop) :

Source : metalinjection.net