Les reviews utilisateurs sont de retour !

Michael Schenker (ex-Scorpions) parle de créativité et de la raison pour laquelle il ne fera jamais la paix avec Rudolf Schenker

à 10 h 08 min
Lecture 4 min.
Michael Schenker (ex-Scorpions) parle de créativité et de la raison pour laquelle il ne fera jamais la paix avec Rudolf Schenker
© Matthias Rethmann

Pour le meilleur ou pour le pire, la réputation de Michael Schenker le précède. Né en Allemagne de l’Ouest en 1955, le guitariste prodige a rejoint son frère aîné Rudolf pour le premier album de Scorpions, Lonesome Crow, en 1972, puis s’est séparé pour rejoindre UFO et réaliser une série de projets solo de facto.

Comme il le souligne à juste titre, son influence est considérable : sans ses envolées mélodiques sur des classiques comme Another Piece Of Meat et Love To Love, des acolytes du Metal comme Dave Mustaine et Kirk Hammett ne seraient peut-être jamais devenus les musiciens qu’ils sont.

Pour les journalistes Rock, Schenker est tristement célèbre pour ses divagations semi-cohérentes qui ne leur laissent pas beaucoup de matière à écrire.

Dans une nouvelle entrevue avec Louder, on lui a demandé s’il était satisfait du nouvel album du Michael Schenker Group, Immortal. Il a répondu :

Oh, je suis absolument béni. C’est comme un cadeau du ciel. Vous savez, du genre : “Michael, voici ce que nous te donnons pour être resté fidèle à toi-même pendant cinquante ans et être Michael Schenker”.

Il a ensuite expliqué la signification du titre de l’album :

Le titre vient de Mark Steiger, le manager de Nuclear Blast en Allemagne [le label de Schenker]. Il m’a dit un jour : “Michael, si tu n’avais pas été là, Nuclear Blast n’aurait jamais existé, et toutes les autres catégories de Metal n’auraient jamais existé non plus”. J’ai fait plein d’interviews en Australie, et ils m’ont dit la même chose : si je n’avais pas été là, le Metal n’aurait jamais existé. Dave Mustaine m’a dit que lorsqu’il a entendu [le troisième album d’UFO] Phenomenon, il n’avait jamais rien entendu de tel auparavant. Kirk Hammett a dit la même chose. Et la raison en est que je vais à la source intérieure de la créativité infinie, étant Michael Schenker… Je ne cours pas après la gloire. Dans les années 80, les guitaristes lead ont copié ce que je faisais, et plus tard, apparemment, cela a conduit à la nouvelle école. Avec chaque génération, j’ai donné quelque chose de frais. Si tout le monde s’inspire de la tendance, elle finira par s’épuiser, elle sera morte. La plupart des gens recherchent la gloire, l’argent, le succès, la gratification instantanée. Cela n’a jamais été important pour moi. Ce qui était important, c’était l’instant, le moment présent, et être heureux en tant qu’artiste.

Il a ajouté :

Je n’aurais pas pu travailler avec Ozzy Osbourne. J’ai dû refuser Deep Purple, Thin Lizzy et Phil Lynott, Ian Hunter, Motörhead… Tant de personnes m’ont demandé de les rejoindre en tant que premier choix. J’ai été tenté. Mais je me souviens toujours : “Michael, tu as quitté Scorpions et UFO parce que tu avais ta propre vision”.

Plus tard dans l’interview, sachant que lui et son frère Rudolf se sont battus pendant des années, on lui a demandé si la pandémie les avait rapprochés. Il a répondu :

En 2015, j’ai découvert les mensonges de l’histoire de Lovedrive et j’ai été très déçu [Schenker soutient que la réédition et les notes de pochette de Lovedrive de Scorpions en 1979 ont minimisé sa contribution]. Cela a ouvert la boîte de Pandore. Tout d’un coup, j’ai découvert toutes ces choses étranges qui s’étaient passées depuis que j’avais quitté Scorpions. Je ne pouvais pas faire de tournée avec eux parce que j’en avais fini avec UFO, et j’avais ma propre vision. Je suis un enfant dans un bac à sable. Je joue et je découvre. Je ne suis pas en compétition. Je ne cours après rien. Je ne cours pas après l’argent. Je n’en ai jamais eu. Je suis un artiste et…

Coupé par le journaliste de Louder, qui a dit : “Mais, vu ce qui se passe, n’est-il pas temps de pardonner ?”, Schenker a poursuivi :

Ça n’a rien à voir avec le pardon. Laissez-moi juste finir. J’aime Rudolf comme un frère. Mais une certaine distance sociale est nécessaire, pour que je ne me retrouve pas dans d’autres situations délicates.

Vous pouvez écouter le nouvel album de MSG, Immortal, ci-dessous !

MSG – Sail The Darkness :

À lire aussi : Mötley Crüe a vendu les droits de l'ensemble de son catalogue à BMG pour un montant estimé à 150 millions de dollars

MSG – Immortal :

1 Commentaire

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Rock Scorpions
Source : loudersound.com
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Les maîtres du Death Metal Mélodique, Be'Lakor, sont de retour avec Hidden Window

Be'Lakor
Coherence

Par Adrien, le 13/11/2021
Baptize

Atreyu
Baptize

Par Tetralens, le 02/07/2021
Light The Torch annonce son nouvel album, You Will Be The Death Of Me (détails & single)

Light The Torch
You Will Be The Death Of Me

Par Tetralens, le 29/06/2021
Plus d'actus sur Scorpions
L'actu Rock