Iron Maiden : L'histoire de Fear Of The Dark et du départ de Bruce Dickinson

à 18 h 25 min
Lecture 7 min.
Iron Maiden : L'histoire de Fear Of The Dark et du départ de Bruce Dickinson

Iron Maiden a démarré les années 90 avec son tout premier single en tête des hit-parades et deux albums qui reflètent bien les conflits qui divisent un groupe au sommet de son art…

Iron Maiden a peut-être terminé les années 80 sur une bonne note, mais quelques années plus tard, Nicko McBrain (le batteur du groupe) était assis dans un bar en Allemagne à 2 heures du matin et a déclaré à Kerrang! que le chanteur sortant avait “chié” sur ses futurs anciens camarades.

Il quitte le groupe, espèce de connard ! Ben voyons ! Il a dit : “Allez vous faire foutre, je me casse !”. Si ce n’est pas se foutre de la gueule du monde, alors qu’est-ce que c’est, bordel ?

Mais reprenons depuis le début…

Après sa prestation à Donington en 1988, Iron Maiden a terminé sa tournée, Seventh Tour Of A Seventh Tour, en décembre, et a ensuite pris une pause d’un an avant de se lancer dans la préparation de son prochain album. Pendant ce temps, Adrian Smith (guitare et clavier) et Bruce Dickinson (chant) se sont lancés tous deux dans des projets solo. Lorsque le groupe s’est réuni pour commencer à travailler sur No Prayer For The Dying, le guitariste n’était pas d’accord avec la nouvelle direction musicale plus dépouillée. Il a fini par quitter le groupe pendant la préproduction, et Janick Gers (guitare) – qui avait collaboré avec Bruce sur son album solo – a été engagé pour le remplacer.

Steve Harris (bassiste et fondateur de Iron Maiden) a déclaré après la sortie de No Prayer For The Dying (1990) :

[Adrian] a toujours eu envie de faire un album solo, et quand il l’a fait, je pense que ça lui a révélé qu’il n’était peut-être pas aussi heureux dans Iron Maiden qu’il le pensait.

Adrian a manqué à beaucoup, mais le groupe a affirmé que Janick avait apporté une nouvelle énergie et un sens de l’enthousiasme au groupe.

Lorsque Kerrang! a rencontré le groupe en tournée à Rome, Dave Murray (guitare) a parlé de la précédente tournée britannique :

C’était génial, surtout avec Janick, parce qu’il a apporté un état d’esprit vraiment génial au groupe… Janick a tellement d’énergie que cela a déteint sur nous tous. Avant cette tournée, je me suis mis à la musculation et à la natation. Dans le passé, mon idée d’une séance d’entraînement était un jogging jusqu’au pub local. Mais maintenant [avec Janick], je sens que j’ai besoin de bouger plus, qu’il y a plus d’interaction entre nous quatre sur le devant [de la scène].

L’avis de Steve Harris sur l’aventure solo de Bruce Dickinson était qu’il pouvait faire ce qu’il voulait tant que cela n’affectait pas le groupe. En fait, les musiciens de Iron Maiden ont bénéficié d’un sérieux coup de pouce grâce au projet (solo) de Bruce, sous la forme de leur premier (et unique) single qui s’est hissé à la première place des charts en Grande-Bretagne, Bring Your Daughter… To The Slaughter – un morceau que Bruce avait écrit et enregistré au départ pour la bande originale du film d’horreur A Nightmare On Elm Street 5 : The Dream Child, un projet qui a abouti par la suite à l’écriture de son premier album solo, Tattooed Millionaire (1990).

Steve a déclaré en s’amusant :

Bruce m’a fait écouter la chanson et j’ai dit : “Espèce de salaud, c’est une putain de bonne chanson ! On pourrait faire une excellente version de ce morceau [à la sauce Maiden] !”.

Malgré ce succès, No Prayer For The Dying est loin de faire partie des classiques de Iron Maiden, la tendance du groupe à écrire des morceaux plus politisés étant la seule chose à retenir de cet album qui n’a jamais brillé assez longtemps pour capter l’imagination des auditeurs.

Fear Of The Dark (1992) n’a probablement pas non plus atteint le sommet des classements pour de nombreux fans, malgré l’énorme titre éponyme, devenu un classique instantané, et le fait que le groupe ait réussi à se libérer des contraintes qu’il s’était imposé lors de la sortie précédente. L’album de 1992 a également donné au groupe son troisième numéro un au Royaume-Uni, ce qui n’est pas un mince exploit si l’on considère que Nevermind de Nirvana était l’album le plus vendu au monde à l’époque et que le Grunge était en train de remodeler complètement le paysage du Rock.

Kerrang! a demandé à Bruce Dickinson ce qu’il pensait de tous ces groupes provenant de Seattle, lors de la première tournée du groupe en Amérique du Sud. Bruce a répondu :

Certains des groupes de Seattle sont bons, d’autres sont des blagues. En fait, les groupes anglais devraient faire du [Grunge/et expérimenter avec leur son], parce qu’ils n’ont fait que copier Black Sabbath et recycler le Rock anglais.

Iron Maiden avait peut-être atteint la première place des charts au Royaume-Uni et faisait de nouvelles percées en Amérique latine, mais aux États-Unis, sa popularité commençait à faiblir dans ce nouveau contexte musical.

Bruce Dickinson a ajouté :

Tu arrives à un point où il ne te reste plus qu’une seule option si tu veux persévérer. Tu dois renier tes racines et faire un album pour la radio – mais nous avons refusé. Metallica [qui venait de sortir le Black Album] peut maintenant vendre cinq millions de disques, alors qu’il n’en vendait qu’un million auparavant. Cependant, ces quatre millions de personnes supplémentaires ne sont pas les mêmes fans enragés qui ont suivi le groupe et acheté ses premiers albums.

En surface, Bruce et le groupe semblaient donc optimistes et la campagne promotionnelle de Fear Of The Dark était plutôt réussie. À la suite de cette sortie, Iron Maiden à de nouveau était la tête d’affiche à Donington, ainsi que des concerts Monsters Of Rock en Europe, mais les fissures qui n’avaient cessé de se développer en coulisses se sont soudainement ouvertes. Bruce a rapidement informé le reste du groupe qu’il partait, bien qu’il leur restait encore une dernière tournée à faire ensemble – ce qui a conduit à la diatribe de Nicko à 2 heures du matin et à cinq mois très gênants sur la route.

Bruce Dickinson a déclaré à propos de sa décision :

Je pense que j’ai été un somnambule créatif pendant les cinq dernières années. Le reste du groupe et tous les fans adoraient le pur style Iron Maiden, et il n’y a rien de mal à ça. Mais je n’arrêtais pas d’essayer de faire de nouvelles choses, et de dire : “Regardez ça les gars !”, et j’ai fini par m’épuiser. J’ai réalisé que j’essayais d’entraîner cette énorme entité [le groupe] là où elle ne voulait pas aller.

Il a conclu en disant que la tournée avait été “très étrange” mais aussi une “expérience vraiment agréable”.

Nicko McBrain n’était pas du même avis, il a déclaré à Kerrang! :

Pour moi, c’est toujours la tournée promotionnelle de Fear Of The Dark. Ce n’est pas “la tournée d’adieux de Bruce”. Ça n’a rien à voir avec ça. J’ai hâte d’arriver à la fin de cette tournée et de trouver un nouveau chanteur.

La chasse était ouverte, mais Bruce Dickinson a laissé un vide particulièrement compliqué à combler…

Iron Maiden – Bring Your Daughter To The Slaughter :

À lire aussi : Meshuggah reporte sa tournée européenne à 2022 et ajoute des dates supplémentaires

Iron Maiden – Fear Of The Dark :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : kerrang.com